Un ancien lutteur devient président de la Mongolie

Le 8 juillet, un ancien lutteur a été élu président de la Mongolie.

Khaltmaa Battulga, 54 ans, candidat du Parti démocrate – parti dans l’opposition – a remporté les élections du second tour, en obtenant 50,6 % des votes. La proclamation des résultats du scrutin du premier tour le 26 juin n’avait pas été satisfaisante.

M. Battulga a battu son adversaire, l’orateur parlementaire Miyeegombo Enkhbold du Parti socialiste mongol qui a réuni 41,2 % des voix.

Les partisans mongols écoutent le discours du candidat à l’élection présidentielle mongole, Khaltmaa Battulga du Parti démocrate de Mongolie, lors d’un rassemblement à Ulan Bator, le 23 juin 2017. (Fred Dofour/AFP/Getty Images)

Le nouveau président a grandi en luttant, car son père était entraîneur de Bökh, la lutte traditionnelle mongole.

Dans les années 1980, M. Battulga a participé à une compétition appelée Sambo, qui est un art martial créé en URSS dans les années 1930. En 1990, il a remporté la médaille d’argent au Championnat du monde de Sambo.

Le sport lui a permis de voyager et d’apprendre l’anglais. Dans les années 1990, alors que son pays passait d’une politique d’un parti totalitaire unique à une démocratie, il débutait en entrepreneuriat. Il a commencé en confectionnant des jeans et en les vendant. Grâce à l’argent qu’il a empoché, il s’est engagé dans l’importation de caméras vidéo et plus tard de divers appareils électroniques provenant de Singapour et d’autres endroits en Asie. Son entreprise, Genco (clin d’œil au personnage « Le Parrain », Genco Abbandando, conseiller sans scrupule de Don Corleone), s’est attribué le monopole des usines publiques et des usines de transformation de la viande durant la privatisation dans les années 1990. Plus tard, ses activités se sont étendues dans les secteurs du taxi, de la restauration, de l’épicerie, de la loterie ainsi que d’autres industries.

Le candidat à l’élection présidentielle de Mongolie Battulga Khaltmaa du Parti démocrate de Mongolie lors d’un rassemblement électoral à Ulan Bator, la capitale de la Mongolie le 11 juin 2017 (Byambasuren Byamba-Ochir/AFP/Getty Images)

En 2004, il a été élu au Parlement, le State Great Khural. En 2006, il est devenu président de la Fédération mongole de judo. De 2008 à 2012, il a été élu ministre des réseaux routiers, du transport, de la construction et du développement urbain.

En tant que président de la démocratie parlementaire, son pouvoir est limité au veto législatif et aux nominations judiciaires. Il a promis de lutter contre ce qu’il considère la collusion entre le gouvernement et les dirigeants des compagnies minières. Les mines de charbon, de cuivre et d’or constituent une part importante de l’économie du pays riche en ressources naturelles. Khaltmaa Battulga a été perçu comme une menace pour la Chine en raison de sa grande influence sur l’économie mongole. La Chine est le plus grand partenaire commercial de la Mongolie.

La participation électorale était de 60,9 %, cependant elle comprenait près de
100 000 votes blancs, représentant un signe notable d’insatisfaction à l’égard des deux candidats, dans un petit pays de 3 millions habitants.

Version originale : Former Mongolian Wrestler Becomes President

 
VOIR AUSSI