Un archéologue prétend avoir trouvé des preuves d’une précédente civilisation avancée en Antarctique

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Partagez vos idées avec nous sur ces sujets, parfois controversés.

La fonte des glaces sur une partie de l’Antarctique a révélé des traces de civilisation ancienne, avance William James Veall.

William est un chercheur indépendant qui utilise un satellite de télédétection pour rechercher des sites d’intérêt archéologique potentiel. Il a étudié l’ingénierie aux universités technologiques de Bakingstoke et Southampton et l’archéologie à l’Université de Southampton au Royaume-Uni. William conçoit des véhicules aériens sans pilote pour arpenter des zones inaccessibles et se décrit comme un archéologue satellite.

William prétend qu’une civilisation préhistorique a pu avoir sculpté ce qui semble être d’énormes têtes humaines, des animaux et des symboles sur le terrain antarctique.

Fig. 1 (Autorisation de William James Veall)
Fig. 2 (Autorisation de William James Veall)
Fig. 3 (Autorisation de William James Veall)
Fig. 4 (Autorisation de William James Veall)
Fig. 5 (Autorisation de William James Veall)
Fig. 6 (Autorisation de William James Veall)

Il interprète les photos satellites qu’il a prises du Cap Adare (la péninsule la plus au nord-est de l’Antarctique) montrant de grandes têtes humaines, des portraits d’animaux et des symboles sculptés sur le terrain. Si son interprétation est correcte, cela signifierait qu’une civilisation avancée a créé ces formes il y a des milliers d’années.

Cela contredit la chronologie conventionnelle selon laquelle l’Antarctique n’a pas été découverte avant le début du XIXe siècle après J.C. Les rumeurs d’une grande masse ou d’un continent de l’extrême sud ont été diffusées depuis l’Antiquité et motivent des explorateurs comme le capitaine James Cook à le chercher. Mais l’histoire officielle n’inclut aucune référence à une civilisation avancée qui pourrait atteindre l’Antarctique et créer de telles sculptures avant les temps modernes.

Des affirmations similaires ont été faites auparavant par ceux qui voient apparemment des figures artificielles dans différentes régions du monde et même à la surface de Mars.

De telles affirmations sont souvent rejetées par les sceptiques qui y voient des formations naturelles et un résultat de la paréidolie (le fait d’attribuer des formes humaines ou animales à des manifestations naturelles, comme les nuages par exemple).

En réponse à cette suggestion, William a déclaré par courrier électronique qu’il avait «recherché des images satellites et du matériel de taille de pierre depuis près de 40 ans et qu’il devait nécessairement élaborer des critères stricts pour éliminer les accusations fréquentes de paréidolie».

Il invite d’autres scientifiques à approfondir et à confirmer les indices qu’il a détectés par satellite. S’il s’agit effectivement de sculptures datant d’il y a des milliers d’années, elles se sont considérablement érodées. Les images sont également prises dans l’espace, donc une enquête plus approfondie est nécessaire pour confirmer les images aux contours flous.

Mais William croit possible qu’il y ait environ 6000 ans, l’ancienne culture sumérienne de l’Irak moderne ait pu débarquer à cet endroit. Cette culture était parmi les plus avancées de son temps.

Un linguiste et ancien script sumérien s’accorde sur l’interprétation de William à propos des symboles.

Les symboles que William a choisis parmi les images ressemblent à l’écriture sumérienne, a-t-il dit. Le Dr Clyde Winters est d’accord avec lui.

Clyde est titulaire d’une maîtrise en linguistique et anthropologie de l’Université de l’Illinois-Urbain. Dans une lettre adressée à William et passée en revue par Epoch times, il écrit: «Les inscriptions semblent être du sumérien linéaire.» D’après lui, les symboles apparaissant sur le «visage» de la figure 2 ci-dessus désignent un chaman ou un oracle, un homme puissant, lorsqu’il est interprété par l’écriture sumérienne.

Le travail précédent de Clyde a été controversé et certains sceptiques ont remis en question sa légitimité en tant que linguiste. Mais Clyde a défendu ses références dans un article de RationalWiki, décrivant son éducation et sa carrière universitaire, y compris des articles qu’il a écrits sur l’histoire génétique et linguistique de diverses civilisations qui ont été publiés dans des revues à comité de lecture. Un article de ce genre a été publié dans les prestigieux  actes de l’Académie nationale des sciences .

La région où les «sculptures» ont été trouvées est un lieu logique pour le contact transocéanique ancien avec l’Antarctique, dit William.

William dit que le Cap Adare est un lieu logique pour le contact transocéanique ancien avec l’Antarctique, puisque les explorateurs antiques pouvaient longer la côte Est de l’Australie. Depuis que l’explorateur britannique James Ross a découvert le Cap Adare en 1841, son emplacement relativement commode en a fait un site d’accostage important pour l’exploration de l’Antarctique.

Il a également identifié des «sculptures» similaires sur l’île de Marambio, appelées «porte d’entrée de l’Antarctique» par les Argentins, qui l’utilisent comme point d’accostage en Antarctique.

(Autorisation de William James Veall)

D’autres témoignages controversés ont été présentés par des personnes qui affirment que l’Antarctique était habité dans un passé lointain.

Une montagne en forme de pyramide dans la chaîne Ellsworth de l’Antarctique. (Google Earth)

William n’est pas le premier à suggérer qu’une civilisation antique avancée ait une connaissance approfondie de l’Antarctique et qu’elle y ait peut-être vécu. Par exemple, certains chercheurs ont dit qu’une carte créée en 1513 par un cartographe turc, Piri Reis, montre une connaissance détaillée du terrain de l’Antarctique qui a été transmis depuis un âge lointain.

Les montagnes en forme de pyramides dans la chaîne de l’Ellsworth en Antarctique occidental ont été interprétées de manière controversée comme étant artificielles par certains et comme des formations naturelles par d’autres.

Note sur les images : William a précisé que les fonds ont été légèrement retouchés pour améliorer la clarté de l’image, mais que l’imagerie satellite originale n’a pas été retouchée de quelque façon.

Version originale : Archaeologist claims to have found evidence of advanced ancient civilization on Antarctica

 
VOIR AUSSI