Bernard Tapie évoque son cancer sur France 2 : « Pour moi, ce n’est pas une catastrophe. »

Quelques semaines après avoir annoncé qu’il souffrait d’un grave cancer de l’estomac, Bernard Tapie s’est confié au journaliste Laurent Delahousse, au cours d’un reportage émouvant diffusé le 19 novembre dernier dans l’émission 19 heures, le dimanche.

Âgé de 74 ans, le célèbre homme politique et magnat des affaires a entamé depuis plusieurs semaines un de ses combats les plus éprouvants. Ministre de la Ville sous la présidence de François Mitterrand, député des Bouches-du-Rhône, député européen, patron d’une écurie cycliste, président du club de football de l’Olympique de Marseille (OM), président de l’équipementier Adidas, comédien et animateur télé, la vie de Bernard Tapie ressemble à un véritable roman.

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

Aujourd’hui, il fait probablement face à son dernier grand défi : vaincre un terrible cancer de l’estomac qui menace de s’étendre à l’ensemble de l’œsophage. Suivi par le professeur Émile Sarfati – chef du service de Chirurgie générale, digestive et endocrinienne de l’hôpital Saint-Louis, à Paris – l’ancien homme fort de l’OM semble néanmoins déterminé à jeter ses dernières forces dans cette ultime bataille.

Bien qu’il s’estime affaibli, il paraît pourtant toujours disposer d’une partie de l’énergie prodigieuse qui lui permit de se hisser « tout en haut de l’affiche » dès les années 80.

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche
Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

Bernard Tapie a d’ailleurs profité d’une longue entrevue avec Laurent Delahousse dans le jardin des Tuileries, à Paris, pour revenir sur son parcours hors du commun et aborder le sujet douloureux de sa maladie.

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche
Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

« Ça ne va forcément pas bien, c’est une maladie terrible, il y a 400 à 500 personnes par jour qui meurent, ça fait une toutes les 3 minutes, donc c’est vraiment un truc très dur. […] Je n’avais jamais eu de symptômes avant. Je me lève le matin avec l’envie de lui péter la gueule à ce cancer. […] La chimiothérapie est très dure. Elle doit, je l’espère, déboucher sur une chirurgie elle aussi très lourde. On pourrait me retirer l’œsophage et l’estomac. »

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche
Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

Le présentateur de l’émission 19 heures, le dimanche est également revenu sur le témoignage de soutien des supporters de l’OM qui avaient déployé plusieurs banderoles à l’attention de Bernard Tapie dans les travées du stade Vélodrome, pendant la rencontre opposant le club de la cité phocéenne à l’équipe de Toulouse, lors de la clôture de la 7e journée de Ligue 1, le 24 septembre dernier.

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche
Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

Un élan de solidarité qui a visiblement beaucoup ému l’ancien ténor du club, avec lequel il a d’ailleurs remporté la fameuse Ligue des champions en 1993, seule victoire d’une équipe française dans la compétition reine à ce jour : « Qu’est-ce que voulez ressentir quand vous avez 50 000 mômes qui vous donnent leur amitié, qui vous font un témoignage de leur affection ? Ça veut dire que vous avez servi à quelque chose. […] De les voir aussi présents, c’est la plus belle cure de chimiothérapie que j’ai jamais reçue. »

Malgré les moments difficiles qu’il vit actuellement, Bernard Tapie tient cependant à rester positif : « Pour moi, ce n’est pas une catastrophe. J’ai vécu d’une manière incroyable, formidable, chanceux. J’ai connu des moments de bonheur inimaginable. »

Et de conclure avec sagesse : « Quand on a 70 ans et plus, il faut accepter que l’on va aller vers l’épreuve ultime qui est la mort. »

Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche
Capture d’écran France Info | France 2, 19 heures, le dimanche

Que l’on apprécie le personnage ou non, force est de constater que Bernard Tapie présente un parcours singulier, ponctué de multiples rebondissements. Le reportage de Laurent Delahousse dévoile l’homme sous un jour nouveau : apaisé, serein et manifestement assagi, mais déterminé à affronter résolument ce qui sera peut-être le dernier grand combat de sa vie.

Il va sans dire que nous lui souhaitons de vaincre la maladie.

(FRED DUFOUR/AFP/Getty Images)

Si vous êtes vous aussi ému par la maladie qui frappe Bernard Tapie, partagez cet article avec vos amis.

Découvrez un extrait du témoignage à la fois digne et touchant de Bernard Tapie dans la vidéo ci-dessous :


Bernad Tapie se livre

 
VOIR AUSSI