Ce guitariste virtuose qui a étudié la musique des gourous indiens dit que « l’art vient d’un cœur pur »

Tout au long de l’histoire, la musique a joué un rôle très important dans la formation des diverses cultures de la société. Chaque musicien a sa propre façon d’exprimer ce qui se trouve dans les profondeurs de son for intérieur. Le musicien new-yorkais Nemanja Rebic est l’un de ces artistes qui exprime son style distinctif avec une texture riche et émouvante.

Ce talentueux musicien a fait des tournées et s’est produit dans toute l’Europe, aux États-Unis d’Amérique et en Inde. Il a également reçu un mentorat privé de maestros réputés de l’Inde, comme le virtuose du tambour mridangam, Vidwan M. Vasudeva Rao, le chanteur carnatique G. Ravikiran et le sitariste Ustad Shahid Parvez Khan.

https://www.facebook.com/nemanja.rebic?lst=100011442913229%3A532695297%3A1512553781
Le guitariste new-yorkais Nemanja Rebic. (©Facebook | Nemanja Rebi)

M. Rebic est né à Novi Sad, la deuxième plus grande ville de Serbie. Pour lui, la musique est venue tout naturellement, et celle-ci a joué un rôle majeur tout au long de sa vie.

Dans une interview avec la chaîne NTD.tv, M. Rebic raconte : « Le soir de ma naissance, ma mère a entendu un groupe jouer dehors sur la terrasse d’un hôtel près de l’hôpital. »

M. Rebic a l’impression que depuis, la musique est devenue sa compagne. Il se souvient qu’en tant que tout-petit, il demandait souvent à ses parents de jouer sa chanson préférée et avait tendance à bouger avec le rythme. En vieillissant, il a commencé à jouer de la guitare sur une raquette de tennis et à l’âge de 12 ans, il a trouvé une guitare cassée et s’est mis à la gratter. Connaissant sa passion profonde pour la musique, les parents de Nemanja Rebic lui ont alors acheté une guitare bon marché dans un atelier non loin.

Fin 2006, la vie de M. Rebic a pris un tournant majeur. Il a visité l’Inde pendant 6 mois afin de réaliser son rêve adolescent d’apprendre la musique carnatique : l’un des systèmes musicaux les plus anciens et les plus complexes au monde.

Nemanja Rebic jouant le mridangam en Inde. (©Facebook | Nemanja Rebi)

À Bangalore, M. Rebic décide d’étudier les instruments de percussion et le chant pour mieux comprendre profondément la musique. Il pensait appliquer ce savoir à la guitare. Pendant son séjour en Inde, il a eu l’honneur d’apprendre la musique d’un batteur de mridangam bien connu, Vidwan M. Vasudeva Rao.

M. Rao a formé 4 000 étudiants et reçu de nombreux prix pour son dévouement à la musique carnatique.

Commentant ses entretiens avec Vidwan M. Vasudeva Rao, M. Rebic a dit : « C’est une personne très sincère remplie d’humilité et j’ai adoré cette qualité en lui. Il me disait que j’avais un cerveau très rythmé, ce qui était un grand compliment pour moi. J’ai beaucoup appris de lui pendant ces 6 mois et il m’a donné des tonnes de choses à rapporter à la maison, des choses que j’apprends encore aujourd’hui. »

M. Rebic trouve l’industrie de la musique en Inde très unique et a une profonde appréciation pour l’industrie de la musique classique.

Nemanja joue de la guitare. (©Facebook | Nemanja Rebi)

Il affirme : « La musique carnatique est enracinée dans la spiritualité et a pour but de faire preuve de respect envers les êtres supérieurs, bien qu’elle ait beaucoup changé au siècle dernier du point de vue de la forme et de l’attitude des artistes lorsqu’ils jouent. Je pense personnellement que c’est à l’artiste de décider si les principes justes se manifesteront dans sa musique. »

Quiconque a l’occasion d’entendre Nemanja Rebic jouer est d’accord avec le fait qu’il a un style distinctif, qui incorpore le style non conventionnel de formes d’expression percussives avec une texture riche qui dépeint l’émotion profonde.

En tant qu’artiste acclamé, Nemanja Rebic croit fermement que « le grand art véritable vient d’un cœur pur » et fait donc de son mieux pour faire ressortir divers sentiments et diverses histoires grâce à ses différentes compositions.

Lorsqu’on lui demande où il trouve son inspiration dans son cheminement mélodieux, il répond qu’il le doit à la pratique spirituelle du Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong). Nemanja Rebic a connu la pratique en l’an 2007 d’une dame dans un bus à New York City.

« Je suis allé en ligne pour vérifier le lien vers la page Internet qu’elle m’avait envoyée dans son courriel et j’ai aimé ce que j’y ai vu. Quelques jours plus tard, j’ai appris les exercices et j’ai lu le livre Zhuan Falun en entier d’une seule traite », confie Nemanja Rebic. « Le livre contient tant de faits fascinants et donne des réponses à des questions importantes sur les principes de l’univers. »

Cette pratique a non seulement fait ressortir son côté compatissant, mais elle lui a aussi été bénéfique sur les plans physique et mental. Il précise : « Cela m’a incité à m’efforcer de devenir une meilleure personne de toutes les façons possibles et à suivre les vertus de l’Authenticité, la Compassion et la Tolérance dans mes pensées et mes actions. Cela renforce ma détermination et me permet de regarder l’adversité d’une manière positive, comme quelque chose qui m’aide à améliorer mon caractère. »

Nemanja Rebic à une veillée aux chandelles à Washington D. C. (©Facebook | Nemanja Rebi)

Le Falun Dafa a été présenté en Chine en 1992. En raison de ses immenses bienfaits pour la santé, en quelques années seulement, plus de 70 à 100 millions de personnes pratiquaient ses exercices de méditation pacifique rien qu’en Chine.

Les gens font l’exercice de méditation assise du Falun Dafa (image représentative). ©Minghui. org

Mais le 20 juillet 1999, l’ancien dirigeant du régime communiste chinois, Jiang Zemin, a lancé une campagne nationale illégale de persécution et de torture contre le Falun Dafa.

Lorsque Nemanja Rebic a entendu parler pour la première fois de la persécution qui sévit sur le Falun Dafa aux mains du Parti communiste, il ne pouvait tout simplement pas le croire.

« J’étais attristé et sous le choc, et je ne comprenais pas. Ça n’avait pas de sens pour moi. C’est ainsi que j’ai commencé à faire connaître la persécution par le biais de quelques pièces musicales que j’ai écrites. Je participe aussi à des activités et des concerts à New York pour raconter aux gens les faits sur la persécution. »

Nemanja se produit à New York. (©Facebook | Nemanja Rebi)

Nemanja Rebic essaie également de faire ressortir les histoires inspirantes de courage et de persévérance des pratiquants de Falun Dafa vivant en Chine – Rose of Tiananmen est l’une de ces pièces musicales.

Il souligne : « J’ai écrit ceci en dédicace à une dame portant un manteau rouge que j’ai vue sur la couverture d’un film Une Décennie de courage. Elle se tient là avec un regard serein sur son visage tenant une banderole, tandis que les policiers se dirigent vers elle. Elle a très probablement été torturée à mort en détention, car on ne l’a plus jamais revue après cela. En regardant cette photo, on pouvait voir son courage et sa compassion – c’est vraiment incroyable. »

Le travail d’un artiste est habituellement étroitement lié à ses valeurs personnelles, qui se reflètent dans chaque note, chaque composition – et le musicien Rebic nous en fait part dans ses œuvres.

Il dit :  » Ce que vous apportez à votre art reflète ce que vous êtes en tant qu’artiste. C’est très puissant et même surnaturel quand il s’agit de l’effet que cela peut avoir sur les gens. L’art véritable met l’accent sur la vertu, l’éthique, le contentement, la joie, la sagesse, la retenue, l’enthousiasme, la sincérité, la compassion et surtout l’humilité. »

©Facebook | Nemanja Rebi

Grâce à chaque note émouvante, ce guitariste virtuose de classe mondiale touche les cœurs et diffuse un message d’espoir, un battement à la fois.

Il vous faut visionner la vidéo musicale ci-après :

New York-based artist intertwines truth and harmony in every musical note!

Posted by NTD India on Thursday, November 23, 2017

Le Falun Dafa (également appelé Falun Gong) est une méthode de cultivation et pratique avancée basée sur les plus hautes qualités de l’Univers – Zhen, Shan, Ren (Authenticité, Bienveillance, Tolérance). La discipline a été présentée en Chine par M. Li Hongzhi en 1992. Elle est pratiquée par plus de 100 millions de personnes dans 114 pays. Néanmoins, cette discipline traditionnelle largement connue et respectée est brutalement persécutée en Chine depuis 1999. Pour de plus amples informations, se rendre sur les sites Internet www.fr.falundafa.orget faluninfo.org.

Si cet article vous inspire, vous pouvez le partager.

Version originale

 
VOIR AUSSI