Les chiens et les humains associent différemment les mots

Si la plupart des chiens connaissent les noms de leurs jouets préférés, ils associent ces mots aux objets d’une façon très différente de leur maître. Les petits enfants ont tendance à classer les objets selon leur forme. Lorsque vous expliquez à un gamin ce qu’est une «balle», il fera le rapprochement avec d’autres objets de la même forme, mais il ne mettra pas les objets de taille et de texture différente avec les «balles».

Les chercheurs de l’université de Lincoln se sont demandés si les chiens associaient les mots avec des formes d’objets, ils ont donc procédé à une expérience avec un border collie (chien de berger) nommé Gable. Ce chien avait appris un certain nombre de mots.

Ils ont remarqué que ce n’était pas la forme de l’objet qui permettait au chien de l’identifier. Par exemple, si le chien a appris le mot «balle» et qu’on lui demande d’aller chercher la «balle» parmi un tas d’objets non-familiers, il choisira un objet qui n’a pas forcement la forme de la balle, mais qui a une taille similaire à sa «balle» de référence.

Ensuite à mesure que le chien se familiarise avec l’objet et son nom, il commence à associer le mot avec des objets de texture identique, sans tenir compte de leur forme.

«Si pour nous (les humains) la forme détermine également un objet, pour notre chien c’est la texture et la taille qui prédominent», affirment les auteurs de la recherche dans un communiqué de presse.

«Pour la première fois, une étude montre qu’il y a une différence qualitative dans la compréhension des mots chez le chien et chez l’homme».

Pour tester Gable, les chercheurs ont évité les mots typiques comme «balle», utilisant de nouveaux mots pour nommer les jouets tels «dax». Ils ont veillé également à ce que tous les objets aient la même odeur afin que Gable n’ait aucun indice olfactif.

Même si des recherches complémentaires seront nécessaires pour confirmer ces résultats, l’équipe a conclu que la façon dont les chiens perçoivent et catégorisent les objets est très différente de la manière dont nous les humains le faisons. Cette étude a été publiée dans la revue PLOS ONE en 2012.

Version anglaise: Dogs and Humans Categorize Words Differently

 
VOIR AUSSI