La Chine intensifie la répression contre les réfugiés nord-coréens et les renvoie à la torture ou à la mort

Selon différents rapports, les Nord-Coréens qui essayent de fuir le brutal régime de Kim Jong-un en passant par la Chine sont de plus en plus souvent arrêtés et déportés par le régime chinois. Ceux qui sont renvoyés de force vont certainement être emprisonnés, torturés ou même exécutés en Corée du Nord.

Human Rights Watch a rapporté que seulement en juillet et août derniers, 41 Nord-Coréens qui tentaient de fuir leur pays en passant en Chine et à travers de la Chine ont été identifiés comme étant appréhendés par les autorités chinoises. C’est une forte augmentation par rapport aux 51 personnes connues pour avoir été capturées pendant toute l’année précédente, de juillet 2016 à juin 2017. Les fugitifs nord-coréens ont été capturés dans diverses régions de la Chine – dès la frontière sino-coréenne, jusqu’à la frontière entre le Laos et la Chine dans la province du Yunnan.

Le fait que les Nord-Coréens aient été arrêtés aussi loin que dans la province du Yunnan signifie que certains d’entre eux avaient parcouru des milliers de kilomètres sur le territoire chinois et se trouvaient très proche de la liberté, avant que leur sort n’ait été décidé par l’appareil de sécurité du régime chinois.

La répression s’est intensifiée en juillet dernier, lorsque la Chine a arrêté plusieurs guides locaux qui aidaient les Nord-Coréens à traverser le pays. Au fur et à mesure que cette nouvelle se répandait, les guides et les militants du « réseau de secours » devenaient de plus en plus réticents à prendre le risque d’accompagner des fugitifs inconnus, craignant d’être dénoncés aux autorités chinoises.

Un soldat nord-coréen monte la garde sur un bateau, avec les habitants locaux, qui flotte sur le fleuve Yalu séparant la ville nord-coréenne de Sinuiju et la ville chinoise de Dandong, le 9 février 2016. (JOHANNES EISELE/AFP/Getty Images)

Selon Human Rights Watch, parmi les 92 fugitifs nord-coréens capturés depuis juin 2016, seuls 46 restent encore en garde à vue en Chine – les autres ont été déportés en Corée du Nord. Le régime nord-coréen prévoit des peines sévères à ceux qui tentent de s’évader du pays. La plupart seraient emprisonnés dans des camps de concentration et soumis aux différentes formes de torture et de mauvais traitements, tandis que certains seraient exécutés, souligne Human Rights Watch.

La déportation des réfugiés nord-coréens vers la Corée du Nord a été identifiée comme une violation de la Convention des Nations Unies de 1951 relative au statut des réfugiés et du Protocole de 1967 qui la complète. La Chine a signé les deux documents. L’article 33 de la Convention, également connu sous le nom du principe de non-refoulement, interdit aux pays d’expulser ou de refouler un réfugié « sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ».

Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un (d) et le membre du Comité permanent du Politburo du Parti communiste chinois Liu Yunshan (g) saluent les participants d’un immense défilé militaire tenu à la place Kim Il-sung à Pyongyang, le 10 octobre 2015. (ED JONES/AFP/Getty Images))

Le régime chinois considère les réfugiés nord-coréens comme des « migrants économiques illégaux » plutôt que des réfugiés ou des demandeurs d’asile, bien que ces Nord-Coréens soient reconnus à l’échelle internationale comme des réfugiés qui seraient exposés à de graves persécutions en cas de leur renvoi dans leur pays d’origine.

La Corée du Nord a également renforcé ses propres mesures visant à décourager ou à sévèrement punir ceux qui essayent de fuir le régime. Selon The Telegraph, le récent rapport du ministère de l’Unification de la Corée du Sud constate qu’entre janvier et août 2017 seulement 780 Nord-Coréens ont finalement réussi à obtenir la sécurité dans le sud du pays – un nombre beaucoup moins important par rapport à la même période de l’année précédente.

Version anglaise : China Intensifies Crackdown on North Korean Refugees, Sends Them Back to Face Torture and Execution

 
VOIR AUSSI