Le corps d’un moine miraculeusement intact 80 ans après sa mort

Le corps d’un bouddhiste russe mort il y a 90 ans ne montre à ce jour pas de signe de décomposition.

Dashi-Dorzho Itigelov est décédé en 1927. Il a laissé une note pour les moines leur indiquant d’exhumer son corps dans le futur. Mais lorsque les moines bouddhistes ont exhumé son corps 28 ans plus tard en 1955, ils ont été étonnés de ne trouver aucun signe de décomposition.

Les moines ont de nouveau exhumé le corps 18 ans plus tard en 1973 et ont de nouveau été étonnés de trouver le corps dans son état original. Les moines ont gardé leur découverte secrète, craignant que le régime communiste soviétique ne détruise le corps dans sa campagne massive pour éradiquer la religion.

Les moines ont encore exhumé le corps en 2002, après l’effondrement du régime soviétique. Le corps semblait toujours vivant. À ce moment, ils ont rendu le miracle public et ont demandé à des scientifiques de l’examiner. Le corps semblait préservé comme s’il était momifié, bien qu’aucune momification n’ait été réalisée.

©Getty Images

« Des échantillons pris 75 ans après que le corps ait été enterré montrent que les fonctions organiques de la peau, des cheveux et des ongles de l’homme ne sont pas différents de ceux d’un homme vivant », indique Galina Yershova, professeur d’histoire à l’Université d’État des sciences humaines de Russie, selon Pravda.ru.

Dashi-Dorzho Itigelov en 1927, l’année de sa mort. (Wikimedia Commons)

« Ses articulations sont flexibles comme celles d’une personne vivante, et après avoir ouvert le cercueil, où le corps du Lama reposait depuis 75 ans, il y avait une odeur très agréable », rapporte Yershova.

Le communiqué officiel des scientifiques et pathologistes ayant examiné le corps en 2002 était que le corps était « dans l’état de quelqu’un étant mort il y a 36 heures ».

« Dans mes années de pratique j’ai rencontré quelques cas de corps préservés, mais ils étaient soit le résultat d’une momification ou soit de conditions environnementales extrêmes », exprime le professeur Viktor Zvyagin du Centre Fédéral de Médecine Légale à Buddhist Channel lors d’un entretien téléphonique. « Mais cela est quelque chose de différent, et pour moi incompréhensible. C’est un phénomène qui demande une recherche plus détaillée. »

Selon les résultats, la structure des protéines du corps n’a pas été endommagé ; elle était identique à celle d’une personne vivante.

Le corps miraculé est devenu saint pour les bouddhistes dans la région russe de Bouriatie, où il repose maintenant au monastère bouddhiste Ivolgin dans la capitale régionale de Oulan-Oude.

Le monastère bouddhiste Ivolgin dans la capitale régionale de Oulan-Oude. (Vasiliy Tatarinov/ Wikimedia Commons)

 L’histoire d’Itigelov s’est fait largement connaître. En 2013, le président russe Vladimir Poutine a visité le monastère. Le président a passé un peu de temps seul avec Itigelov au début de sa visite. Avant de partir il est retourné dire « au revoir », selon l’attaché de presse de Poutine.

Le président a fait remarquer que le bouddhisme est l’une des religions traditionnelles de la Russie. Il a également promis le soutien du gouvernement au monastère.

Le président Vladimir Poutine (3ème à droite) marchant avec des moines bouddhistes alors qu’il visite le monastère Ivolginsky Datsan dans le village de Verkhnyaya Ivolga, république de Bouriatie, le 11 avril 2013. (ALEKSEY NIKOLSKYI/AFP/Getty Images)

L’Union Soviétique sous Staline a réprimé toutes les manifestations de la religion, exécutant des centaines de lamas et détruisant 46 temples et monastères bouddhistes. Dans les années suivant l’effondrement de l’Union Soviétique, les bouddhistes de Russie ont commencé à prospérer de nouveau, reconstruisant des temples démolis et attirant de nouveaux adeptes.

L’histoire du Hambo Lama

Le Hambo Lama Itigelov a étudié à l’Anninsky Datsan, l’université bouddhiste de Bouriatie. Itigelov a reçu des diplômes en médecine et en philosophie (sur la nature du vide). Il a également créé une encyclopédie de pharmacologie.

En 1911, Itigelov est devenu Hambo Lama, le chef de la foi bouddhiste en Russie. Durant la période de 1913 à 1917, il a ouvert le premier temple bouddhiste à Saint-Pétersbourg. Il a également publié des manifestes et enseignements religieux et a uni les nombreuses factions de la religion.

Le Hambo Lama a été invité à célébrer le 300ème anniversaire de la famille Romanov, et le 19 mars 1917 le tsar Nikola II lui a donné la médaille de Saint-Stanislas.

Durant la Première guerre mondiale, Itigelov a aidé l’armée avec de l’argent, des vêtements et des médications. Il a également construit une série d’hôpitaux où les lamas médecins aidaient à soigner les soldats blessés. Pour ses contributions, Itigelov a reçu la médaille de Saint-Anne.

En 1926, il a averti les moines bouddhistes de l’arrivée de la terreur « rouge » et leur a conseillé de fuir au Tibet. Mais il n’a lui-même jamais quitté la Russie. Sa prédiction sur la terreur rouge est devenue réalité. Le régime communiste a tué près de 30 millions de Russes dans les décennies qui suivirent.

En 1927, Itigelov a indiqué aux lamas qu’il était prêt à quitter ce monde. Il a alors commencé une méditation et est mort peu de temps après.

Version anglaise

 
VOIR AUSSI