Un couple rempli d’enthousiasme adopte une enfant, puis l’orphelinat leur dit une chose qui complique tout

Le couple avait une décision difficile à prendre

Lorsque la nouvelle de l’épidémie des orphelins en Roumanie en 1990 a été annoncée, le public était stupéfait. Les orphelinats du pays étaient débordés et ne remplissaient pas les conditions nécessaires à la sécurité des enfants.

Les enfants des orphelinats vivaient dans de mauvaises conditions. Beaucoup d’entre eux ont présenté un retard de développement cognitif et souffraient de malnutrition.

La réponse de ceux qui voulaient fonder leur propre famille a été écrasante. Des parents pleins d’espoir venus du monde entier sont descendus en Roumanie pour adopter des enfants qui avaient désespérément besoin de familles aimantes.

Ron et Natalie Trecroce comptaient parmi ces gens remplis d’espoir. Ils n’ont pas été en mesure d’avoir un enfant par le biais de l’accouchement naturel et ont choisi d’adopter un enfant roumain.

Ron et Natalie Trecroce, un couple marié du Canada, se sont rendus en Roumanie en 1997 avec l’espoir d’adopter un enfant.

John Pekarek/ Screenshot

Le couple avait repéré une petite fille d’un an nommée Rodica Lavinia Farcas, et ils ont tout de suite su qu’ils voulaient la ramener chez eux. Le processus était simple, mais Rodica montrait déjà des signes de maladies dûes à l’orphelinat.

Selon un article paru dans Borden Therapy, l’enfant souffrait de malnutrition sévère. Son grand sourire masquait le fait qu’elle avait développé le rachitisme, un trouble caractérisé par la faiblesse des os et une carence en vitamine D.

Le cas de Rodica était typique en Roumanie durant cette période. L’interdiction controversée des contraceptifs a entraîné un boom démographique qui a paralysé le pays.

Trop d’enfants sont nés, et avec des parents incapables de subvenir à leurs besoins, beaucoup se sont rendus dans ces orphelinats débordés.

Rodica avait besoin d’aide, et la famille Trecroce était heureuse de la lui apporter. Mais les surprises ne se sont pas arrêtées là.

En essayant d’en apprendre le plus possible sur leur nouvelle fille, le couple a appris qu’elle avait plusieurs frères et sœurs à l’orphelinat.

Il était difficile d’obtenir des informations à l’époque pré-Internet. Avec un tel afflux d’orphelins, les institutions ont eu du mal à établir une traçabilité écrite pour chaque enfant.

Le processus était lent, mais le couple découvrit que Rodica n’était que l’une de huit frères et sœurs abandonnés. Ils ont cherché à en trouver le plus grand nombre possible.

Les choses étaient compliquées par le fait que les frères et sœurs étaient dispersés dans plusieurs orphelinats. La tâche s’est avérée ardue et ils n’ont pu trouver qu’une seule sœur de Rodica.

Les Trecroce avaient maintenant pour objectif de ramener les deux enfants à la maison. La famille de quatre nouvellement formée est rentrée chez elle avec deux nouveaux membres : Rodica et sa sœur Gianina.

Une fois arrivés au Canada, leurs noms ont été changés. Rodica devint Danielle et Gianina, Sophie.

Mais les Trecroce n’essayaient pas d’effacer le passé. Ils ont donné aux filles de nouveaux prénoms, mais Rodica et Gianina sont devenues leurs deuxièmes prénoms.

Le reste, c’est de l’histoire ancienne. Après avoir été sauvées de la situation la plus désespérée qu’on puisse imaginer, les filles ont vécu une vie normale au Canada avec leurs parents adoptifs.

Sophie Gianina a décidé de se lancer dans la photographie et envisage un voyage de retour en Roumanie pour mieux connaître son passé. Danielle Rodica a obtenu un diplôme en sociologie à l’Université de Guelph en 2018.

Si leur histoire prouve quelque chose, c’est qu’il y a plusieurs façons de fonder une famille.

Sophie Gianina et Danielle Rodica ont peut être été sauvées de l’orphelinat par leurs parents, mais en tant que jeune couple désespéré de fonder une famille, les Trecroce admettent que les filles, elles aussi, les ont sauvés.

Si cet article vous a inspiré, n’hésitez pas à le partager !

Version originale

 
VOIR AUSSI