La culture la plus pacifique de la préhistoire se trouvait au Japon, durant le Néolithique

La culture Jōmon au Japon est estimée avoir duré entre 14 500 av. J.C. et 300 av. J.C. . Les scientifiques ont découvert qu’ils menaient une existence pacifique, avec l’un des plus faibles niveaux de guerre pour une culture préhistorique dans le monde.

L’histoire humaine est une mosaïque de batailles et de guerres sanglantes, et beaucoup ont ainsi conclu à la tendance inévitable de notre espèce pour la violence. Mais si nos ancêtres avaient une culture belligérante ou violente, peut-on en conclure que cela deviendra un modèle à suivre pour la génération suivante ?

Une nouvelle étude sur les chasseurs-cueilleurs préhistoriques du Japon a révélé que certains peuples pouvaient se sortir du cycle sans fin de l’effusion de sang au cours des années. Les résultats ont montré que la violence ne faisait pas partie de la nature humaine tel que cela avait été précédemment déduit.

Une équipe d’archéologues examine les restes de squelettes et la cause de la mort des membres de la communauté Jōmon ayant vécu au Japon jusqu’il à 16 500 ans. Les chasseurs-cueilleurs ont créé l’une des plus anciennes poterie au monde et sont connus pour avoir eu une riche culture ayant réalisé des bijoux et des sculptures en argile.

Photo d’un village Jōmon reconstruit. (Wikimedia Commons)

La plupart des sociétés préhistoriques de chasseurs cueilleurs sont considérées comme ayant été impliquées dans des guerres et les anthropologues croient que cela aurait joué un rôle clé dans l’évolution humaine. Ils affirment que la menace de la guerre aurait conduit à former des groupes soudés, et même jouer un rôle dans le développement de notre capacité à travailler ensemble.

Mais le professeur Hisashi Nakao, un expert dans la philosophie de l’évolution humaine de l’université de Yamaguchi au Japon et ses collègues pensent que cela pourrait ne pas entièrement être vrai. Ils n’ont pas découvert de preuve de conflits pendant plus de 5 000 ans au Japon vers 13 000 av. J.C. .

Il n’a pas été découvert de preuve de conflits pendant plus de 5000 ans au Japon vers 13 000 av. J.C.

Ces experts déclarent que ces résultats montrent que la violence ne devrait pas être dans les fondamentaux de la nature humaine, comme cela est largement considéré pour cette période. Le Japon a ensuite curieusement développé une culture basée sur un système féodal où la guerre entre clans était commune.

La culture Jōmon semble avoir été une culture de paix qui favorisait la création de bijoux et d’art plutôt que la guerre. Ils sont connus pour avoir réalisé des statuettes (photo) et des récipients élaborés en argile.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans Biology Letters : « Nos résultats indiquent que la violence et la guerre n’étaient pas une chose courante dans le Japon préhistorique ».

« Nous n’avons pas trouvé d’individu blessé au cours de la période du Jōmon ancien, ayant duré 5000 ans ou plus. »

Certains universitaires ont avancé que la guerre « se trouvait tout au long de la préhistoire » et était courante chez les populations de chasseurs-cueilleurs. La guerre aurait selon eux influencé l’évolution sociale en favorisant un sentiment d’attention et de respect de l’autre dans les limites du groupe.

« Malgré l’incertitude quant à savoir si l’évaluation de la mort à partir de données archéologiques est représentative, il est possible que nos résultats soulèvent des inconvénients à l’hypothèse selon laquelle la guerre est un caractère permanent et inhérent à la nature, et sur l’importance des pressions sélectives », rapportent les chercheurs.

L’équipe de recherche, comprenant des archéologues de l’université de Okayama et du Musée national d’histoire japonaise à Sakura, a examiné les restes de 2500 personnes ayant vécu au Japon durant la période Jōmon. Ils ont étudié les signes de violence et ont cherché des os brisés ou endommagés.

Les résultats de l’étude ont montré qu’ils avaient découvert des preuves de violence sur seulement 1,8 % de tous les os adultes analysés, et sur seulement 0,89 % de la population.

Des études d’autres populations de chasseurs-cueilleurs ont trouvé qu’entre 12 et 14 % montraient des signes de violence, ce qui a amené de nombreux archéologues à conclure que la vie était violente dans le monde préhistorique.

Un récipient de la période du Jōmon moyen. (Wikimedia Commons)

La culture Jōmon aurait duré de 14 500 av. J.C. à 300 av. J.C. . Il est considéré qu’ils auraient vécu en mangeant principalement du poisson, et en faisant des récipients (des casseroles) pour le faire cuire.

Vers la fin de cette période, ils sont devenus de plus en plus sédentaires en vivant dans des villages permanents et les fermes sont devenues plus communes.

Le professeur Nakao et ses collègues disent ne pas avoir trouvé d’augmentation de la violence à petite échelle avant que les groupes de la culture Jōmon ne s’établissent à la fin de cette période.

Cela semble s’accorder avec d’autres études autour du monde montrant que le passage vers l’agriculture et les établissements permanents ont mené à une augmentation de la guerre.

Les chercheurs ont néanmoins affirmé que leurs découvertes suggéraient que la culture préhistorique du Jōmon ancien était très paisible.

« Nous ne déclarons pas que la guerre était rare parmi les chasseurs-cueilleurs de tous temps et de toutes régions. En effet, différents sites archéologiques et rapports ethnographiques montrent une forte mortalité due à la violence. Nous pensons que la guerre dépendait de certains facteurs, et les données japonaises montrent que nous devons examiner cela de plus près », ont-ils indiqué.

Quelle est alors la raison pour laquelle l’homme a préféré se tourner vers la violence et le conflit, alors que tout lui appartenait déjà ? Il faudrait de nouveau marcher dans les traces de nos ancêtres pour le comprendre et étudier également ceux ayant un sens de la paix et du respect de la nature plus élaboré.

 
VOIR AUSSI