Une dame sur liste noire ne peut pas rencontrer sa mère âgée, mais refuse de garder le silence sur ses mauvais traitements

Que ressentiriez-vous si vous étiez mis sur la liste noire de votre propre pays, vous rendant incapable d’assister aux funérailles de votre défunt père et de prendre soin de votre mère âgée, qui vous manque tant ? Rencontrez Jennifer Zeng, une pratiquante du Falun Gong et survivante de camp de travaux forcés de Chine. Après avoir traversé l’heure la plus noire de son pays natal et obtenu l’asile en Australie, elle s’est consacrée à la rédaction d’un mémoire pour raconter son expérience infernale.

Jennifer Zeng a été illégalement emprisonnée et torturée dans le camp de travaux forcés des femmes de Pékin en 2000, seulement parce qu’elle pratiquait le Falun Gong.

Pour être libérée, Jennifer a douloureusement agi contre sa conscience et s’est conformée à ce que les gardes voulaient, c’est-à-dire signer une « déclaration de garantie », promettant d’arrêter de pratiquer le Falun Gong, quelque chose qu’elle a annulé plus tard après avoir été libérée.

Après sa libération, Jennifer Zeng s’est enfuie en Australie en 2001. Elle a continué à documenter son épreuve, comme elle l’avait déjà commencé avant de quitter la Chine.

Tel que le destin l’avait voulu, Jennifer découvrit qu’elle n’était pas seule et sentit qu’elle était guidée. Un jour de 2002, un ami l’a invitée à une soirée de discours organisée par un « groupe d’études sur la Chine » sur le thème du système de camps de travaux forcés en Chine.

Pendant l’événement, un membre de l’auditoire a soulevé une question, mais Jennifer n’était pas très satisfaite de la réponse du conférencier.

« En tant que survivante qui venait tout juste de s’échapper d’un de ces camps, j’ai pu constater que les connaissances abstraites du conférencier sur les camps de travaux forcés chinois étaient manifestement « dépassées » et « déconnectées » de la réalité », écrit Zeng. Le système des camps de travaux forcés en Chine était devenu un outil essentiel pour persécuter le Falun Gong. Pourtant, le conférencier n’avait pas du tout abordé cette question.

« Je n’ai rien dit, car je ne savais pas s’il convenait de le contredire publiquement.

« Mais je me sentais obligée de donner une réponse plus satisfaisante au monsieur qui avait soulevé la question. Alors je l’ai approché après la conférence ; et je lui ai dit que je pouvais lui en dire plus sur les camps de travaux forcés de Chine puisque je venais de m’en échapper. »

Étonnamment, cet homme était un journaliste qui a ensuite interviewé Jennifer et publié un rapport de deux pages.

Ce qui a suivi, ce sont des « arrangements du destin » encore plus intéressants que Jennifer n’avait pas imaginés possibles.

Un animateur de l’émission de radio ABC a lu le reportage et a contacté Jennifer pour une entrevue à la radio. « Pendant l’interview en direct, j’ai partagé mes expériences dans le camp de travail, ainsi que la raison de mon évasion : parce que je voulais écrire un livre pour tout exposer. »

L’interview a été diffusée dans tout le pays, et un rédacteur en chef du plus grand éditeur indépendant d’Australie, Allen & Unwin, s’est avéré être à l’écoute.

Jennifer Zeng a rapidement reçu une demande de cette maison d’édition, mais a dit qu’elle écrivait en chinois et qu’elle n’avait pas encore terminé.

« Je pensais que ce serait la fin de l’histoire, car ils ne publiaient que des livres en anglais. À ce stade, je n’avais jamais vraiment rêvé d’une version anglaise de mon livre.

« À ma grande surprise, le rédacteur en chef m’a répondu qu’il n’était pas important que j’écrive en chinois, ni que je n’aie pas encore terminé.

Jennifer apprit de la rédactrice responsable des commandes que c’était : « (…) la première fois de sa carrière, ou peut-être de l’histoire d’Allen & Unwin autant qu’elle se souvienne, qu’ils décidaient de publier un livre qu’ils ne comprenaient pas, qu’ils n’avaient pas lu et qui n’était pas encore terminé. »

Son édition chinoise a été imprimée pour la première fois par un éditeur taïwanais en 2004 et sa version anglaise, intitulée Witnessing History : one woman’s fight for freedom and Falun Gong, en 2005. La version anglaise s’est bien vendue et a été réimprimée deux fois en trois mois. Bien que Mme Zeng n’avait pas cherché d’éditeur, un éditeur l’avait trouvée. Après la publication de son livre en anglais, un autre éditeur, SOHO, l’a republié aux États-Unis. Tout s’est placé comme dans un puzzle.

Jennifer comprend que ses réalisations n’ont pas été gagnées par la poursuite acharnée, mais plutôt par l’ordre naturel des événements. Elle admet qu’il a dû y avoir une sorte de « processus mystérieux dans les coulisses ». En repensant à « tous les événements les plus importants de ma vie, il est clair comme de l’eau de roche que tout était arrangé. Ce que je dois faire, c’est suivre le cours de la nature des choses et faire ce qui est juste. »

Jennifer explique que si elle n’avait pas parlé à ce monsieur, qui s’est avéré être un journaliste, l’article de deux pages ne serait pas arrivé, pas plus que l’entrevue radiophonique qui a suivi. Si l’interview à la radio n’avait pas eu lieu, son éditeur ne l’aurait même pas connue. Elle croit que c’est un exemple du flux naturel des événements.

« Faites ce que vous devriez faire, et laissez tout le reste aux mains de la sagesse supérieure et des êtres supérieurs », explique Zeng. « Ayez la foi ; et tout le reste sera alors pris en charge. »

Regardez la bande-annonce du documentaire « Free China », dans lequel l’histoire de Jennifer est racontée :

Crédit photo: Facebook |Jennifer Zeng

Si vous avez aimé cette incroyable histoire, partagez-la auprès de vos amis.

Version anglaise

___________________________________________________________________________________

Le Falun Dafa (aussi connu sous le nom de Falun Gong) est un système de méditation basé sur les principes universels de Vérité, Compassion et Tolérance. Il a été présenté au public par M. Li Hongzhi en 1992 en Chine. Il est actuellement pratiqué par plus de 100 millions de personnes dans 114 pays. Ce système de méditation pacifique est brutalement persécuté en Chine depuis 1999. Pour plus d’informations, veuillez consulter les sites www.FalunDafa.org et www.FalunInfo.org.

 
VOIR AUSSI