Le dernier souhait d’un homme âgé, de nourrir un cheval, le remplit de bonheur avant de mourir quelques jours plus tard

Cet homme de 87 ans vivait ses derniers jours en soins palliatifs lorsque le personnel du centre, dépassant les attentes de leur travail, lui ont accordé son dernier souhait. Ils l’avaient souvent entendu se remémorer nostalgiquement ses passe-temps. Le jour où son dernier souhait lui a été accordé, l’homme âgé rayonnait de bonheur et ce fût vraiment « un moment très précieux ».

Patrick Saunders, un ancien garçon d’écurie dans sa jeunesse, avait souvent parlé de son travail avec les chevaux aux employés en soins palliatifs de l’hospice du North Devon en Angleterre, a rapporté le Mirror. Les employés ont alors décidé de l’aider à satisfaire son dernier souhait : nourrir un cheval pour la dernière fois. Trois jours après avoir réalisé son souhait, il est décédé.

Lorsque les employés ont organisé la visite d’un cheval pour Patrick Saunders, il était trop faible pour sortir du lit. Les employés de l’hospice ont alors transporté son lit à l’extérieur, pour qu’il puisse caresser le cheval et lui donner des pommes, des carottes et des bonbons à la menthe à manger.

En se rappelant le moment où Saunders était avec le cheval, sa fille, Jayne, a dit : « Je ne m’attendais pas à ce qu’il ait une telle expérience à l’hospice. Un peu plus tôt, il avait eu quelques mauvais jours où il n’était pas du tout lui-même, mais il était plein d’entrain quand je suis arrivée et on peut voir la joie sur son visage d’être avec un animal si magnifique. »

« Les chevaux ont joué un rôle important dans la vie de notre famille, donc c’était un moment très spécial. Quand ils m’ont dit qu’un cheval venait visiter papa, je pensais qu’il serait peut-être capable de voir l’animal de son balcon. Je ne pensais jamais qu’il pourrait être si près. »

« Mais c’est l’hospice, ils font des merveilles et vont  bien au-delà de leurs tâches assignées. Les gens peuvent craindre le mot « hospice », à moins de mieux les connaître, comme dans notre cas. C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

En aidant à satisfaire le dernier souhait de Saunders, Cathy Whattingham, l’une des infirmières, qui s’occupait de lui, a dit : « Je n’oublierai jamais le sourire de Patrick quand il a caressé la tête du cheval. On voyait qu’il y avait une réelle communication et ce sont des expériences comme celles-ci qui rendent les soins palliatifs si spéciaux. Nous ne sommes pas en mesure de prolonger la vie, mais nous pouvons mettre de la vie dans les jours de nos patients. »

Version originale : Beaming elderly gent ‘full of beans’ upon fulfilling final wish to feed horse, before dying days later

 
VOIR AUSSI