Le dirigeant chinois semble céder à la pression commerciale américaine

Xi Jinping annonce que la Chine réduira les tarifs douaniers sur les automobiles, ouvrira son marché et protégera la propriété intellectuelle

Après des semaines d’escalade de tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, le dirigeant chinois Xi Jinping a finalement cédé à la pression des États-Unis.

Dans un discours prononcé devant le Forum Boao pour l’Asie (BFA), tenu le 10 avril sur l’île de Hainan dans le sud de la Chine, Xi Jinping a fait entendre qu’il était prêt à accepter plusieurs demandes que Donald Trump avait formulées dans le but de rendre plus équitables les relations commerciales sino-américaines.

Le tweet du président américain du 8 avril a conduit de nombreux observateurs à spéculer au sujet de l’imminence du compromis entre les deux pays. « La Chine va abaisser ses barrières commerciales, parce que c’est la bonne chose à faire. Les taxes deviendront réciproques et un accord sera conclu sur la propriété intellectuelle. Un grand avenir pour les deux pays ! », a-t-il tweeté.

Lors du Forum de Boao, Xi Jinping a montré une position beaucoup plus conciliante que les propos agressifs des médias officiels chinois qui menaçaient les États-Unis d’une guerre commerciale. Cela suggère que le dirigeant chinois pourrait tenir compte des souhaits de son homologue américain. Bien que Xi Jinping n’ait pas mentionné le nom de Trump ou les récents différends commerciaux, ses commentaires étaient une réponse évidente au président américain.

Un jour avant le discours d’apaisement de Xi Jinping, Donald Trump a posté un tweet sur la disparité entre les tarifs douaniers existants en Chine et aux États-Unis – un point qu’il a maintes fois soulevé pour illustrer le déséquilibre commercial entre les deux pays. « Lorsqu’une voiture en provenance de Chine est envoyée aux États-Unis, il y a une taxe à payer de 2,5 %. Quand une voiture est envoyée des États-Unis vers la Chine, il y a une taxe à payer de 25 %. Cela ressemble-t-il à un commerce libre ou équitable ? Non, ça ressemble à du COMMERCE STUPIDE – ça dure depuis des années ! », a-t-il écrit le 9 avril.

Xi Jinping a déclaré dans son discours du 10 avril : « Cette année, nous allons considérablement réduire les droits de douane sur les importations d’automobiles et, en même temps, nous allons aussi les réduire sur d’autres produits. »

Sur la question du vol de propriété intellectuelle par la Chine – la raison pour laquelle les États-Unis veulent imposer de 50 à 60 milliards de dollars en tarifs douaniers sur les produits technologiques chinois – Xi Jinping a annoncé qu’il réorganiserait l’Office national chinois de la propriété intellectuelle et renforcerait ses pouvoirs pour faire respecter les lois sur la propriété intellectuelle. C’est l’une des rares fois où Xi Jinping a directement abordé ce problème.

Donald Trump et Xi Jinping quittent la réunion des chefs d’entreprise au Grand palais du Peuple à Pékin, le 9 novembre 2017. (Nicolas Asfouri/AFP/Getty Images)

Un récent rapport du Bureau du Représentant américain au commerce sur les pratiques chinoises en matière de la propriété intellectuelle a révélé que le régime chinois orientait stratégiquement ses entreprises d’État et les entreprises privées chinoises dans l’acquisition d’innovations technologiques étrangères par le biais des investissements étrangers – ceci dans le but de parvenir à la domination des marchés mondiaux.

Au sujet du déficit commercial américain avec la Chine – qui a dépassé 375 milliards de dollars l’année dernière – Xi Jinping a fait un commentaire plutôt indirect : « La Chine ne cherche pas l’excédent commercial ! » Il a ajouté qu’il travaillerait pour augmenter les importations de la Chine – admettant que c’est ce que les citoyens chinois souhaiteraient – et pour que la Chine se joigne à l’Accord sur les marchés publics de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), un accord exigeant des pratiques commerciales équitables de ses signataires.

Une Chinoise passe devant un panneau prônant l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). (Goh Chai Hin/AFP/Getty Images)

Donald Trump a déjà exprimé son intention de réduire de 100 milliards de dollars l’excédent commercial de la Chine avec les États-Unis, soulignant que les barrières commerciales chinoises rendaient difficile l’entrée des produits américains sur le marché de ce pays.

Xi Jinping a également parlé de l’ouverture de l’accès au marché chinois, réitérant les promesses données par de hauts responsables chinois d’augmenter la limite de participation étrangère dans les coentreprises des secteurs de l’automobile, de la construction navale, de l’aviation et autres. Les entreprises étrangères sont actuellement limitées à une participation de 50 % dans des coentreprises en Chine et ne peuvent pas établir leurs usines en propriété exclusive.

Les réactions

Il reste à voir si Xi Jinping va tenir ses promesses. Depuis au moins 2013, les responsables chinois annoncent qu’ils vont alléger les restrictions sur les coentreprises étrangères dans l’industrie automobile, mais ils n’ont jamais indiqué un calendrier pour adopter de telles mesures.

Un sondage publié en janvier par la Chambre de commerce américaine en Chine a révélé que les entreprises américaines ne se sentent toujours pas les bienvenues en Chine ; 55 % des répondants ont déclaré que les restrictions sur la participation au marché constituaient leur préoccupation principale en matière de traitement injuste en Chine.

Plusieurs économistes ont exprimé un optimisme prudent après le discours de Xi Jinping à Boao.

« À notre avis, le discours du président Xi semble avoir établi un ton relativement positif et il ouvre la porte à d’éventuelles négociations avec les États-Unis », ont déclaré les économistes de Nomura, une société japonaise de services financiers. « Bien sûr, les actes sont plus éloquents que les paroles. Nous allons surveiller les avancées quant à ces mesures d’ouverture. »

Le US-China Business Council (Conseil du commerce sino-américain) espère un changement réel. « En fin de compte, l’industrie américaine cherche à mettre en œuvre des réformes économiques à long terme. Toutefois, les mesures entreprises jusqu’à aujourd’hui ont fortement sapé l’optimisme du milieu des affaires américain », a déclaré Jacob Parker, vice-président des opérations avec la Chine.

Quant à Donald Trump, il est resté positif après le discours de Xi Jinping. « Très reconnaissant pour les paroles aimables du président chinois sur les tarifs et les barrières douanières dans le secteur automobile… aussi pour sa prise de conscience sur la propriété intellectuelle et les transferts de technologie », a-t-il tweeté le 10 avril, ajoutant : « Nous allons faire de grands progrès ensemble ! »

Annie Wu

Version originale

 
VOIR AUSSI