Ce qu’il faut retenir de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping

À la clôture de leur première rencontre personnelle en Floride, le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping se sont réjouis de la nouvelle entente sur le point de naître entre leur deux pays.

« Je pense que les relations établies entre le président Xi et moi-même sont extraordinaires », a déclaré Trump lors d’une réunion dans sa résidence Mar-a-Lago, le 7 avril dernier. De son côte, Xi Jinping a précisé : « Nous avons prit le temps de se connaître l’un l’autre, avons commencé à établir confiance et créer la base pour nos relations de travail et d’amitié. »

Selon Li Tianxiao, principal commentateur politique de la chaîne de télévision New Tang Dynasty Television (NTD), partenaire d’Epoch Times, l’établissement de relations cordiales et de confiance mutuelle lors du sommet sino-américain joue un rôle crucial à la fois pour Xi et Trump. « Cela stabilisera les relations sino-américaines et donnera le ton pour les quatre ou cinq prochaines années », a-t-il expliqué, ajoutant : « Seulement en atteignant une compréhension fondamentale pourrat-on arriver à des résultats concrets

Bien qu’aucune information sur les détails de cette rencontre au sommet n’ait été publiée, les déclarations et les actions de l’administration de Trump qui ont suivi suggèrent que les relations entre Trump et Xi se sont traduites par une certaine réussite diplomatique pour les États-Unis.

Au cours des jours précédant leur rencontre, Trump a précisé qu’il discuterait avec Xi du régime voyou nord-coréen de Kim Jong Un et de l’excédent commercial de la Chine avec les États-Unis.

Lors d’une séance d’information après le sommet du 7 avril, Wilbur Ross, Secrétaire du commerce américain, a annoncé que les responsables chinois avaient convenu d’établir un « plan de 100 jours » sur le commerce entre les deux pays – un développement inouï, en tenant compte que les négociations commerciales s’étendent habituellement sur plusieurs années. Ross a précisé que les responsables chinois avaient « exprimé un intérêt » à réduire leur excédent commercial avec les États-Unis – une victoire pour Trump, si cela se matérialise.

Rex Tillerson, Secrétaire d’État américain, a déclaré, lors de la même séance d’information, que les deux pays « ont réaffirmé leur engagement envers la dénucléarisation de la péninsule coréenne ». Le lendemain, un groupe aéronaval américain s’est mis en route de Singapour vers la péninsule coréenne en montrant les muscles au régime de Kim suite à ses récents essais balistiques effectués sur des missiles de moyenne portée.

La Corée du Nord « est un régime voyou qui est maintenant un régime doté du nucléaire », a déclaré à  Fox News le conseiller de sécurité nationale américain, le lieutenant-général H. R. McMaster. « Les  président Xi et Trump ont convenu que cela est inacceptable et que ce qui doit se passer, c’est la dénucléarisation de la péninsule coréenne », a-t-il poursuivi.

Alors que le régime chinois condamne traditionnellement toute action militaire unilatérale, en particulier si cela serait le cas de la Corée du Nord,  « son pays-frère »  communiste, il est possible que Xi Jinping puisse effectivement tolérer une action américaine contre Kim Jong Un, suggère Zhang Tianliang, commentateur sur les questions politiques et sociales de la Chine.

« Xi Jinping ne voit aucun avantage à protéger la Corée du Nord parce que ce pays reste depuis longtemps sous le contrôle de la faction de Jiang Zemin ; Zhou Yongkang, Liu Yunshan et Zhang Dejiang sont des défenseurs acharnés du régime nord-coréen », a expliqué  Zhang dans un programme de la NTD.

L’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin chapeaute une faction politique influente opposée à la direction de Xi Jinping. Zhou Yongkang, Liu Yunshan et Zhang Dejiang sont les principaux lieutenants de Jiang Zemin. Si Zhou Yongkang a été démis de ses fonctions, Liu Yunshan et Zhang Dejiang restent toujours membres du tout puissant Comité permanent du Politburo.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, Xi Jinping a cherché à mettre à l’écart la faction de Jiang par le biais d’une campagne anticorruption, ainsi qu’à mettre fin à la corruption et la kleptocratie largement établies en Chine par Jiang Zemin.

Si Xi Jinping peut éviter une confrontation avec les États-Unis avant d’obtenir une victoire définitive face à son prédécesseur, alors lui, comme Trump, pourrait également parler d’« énorme progrès» dans les relations sino-américaines.

 

Version anglaise : Positives for Trump, Xi Jinping After US-China Meeting

 

 
VOIR AUSSI