Enfant, les médecins lui ont dit qu’elle ne marcherait plus jamais. Une fois adulte, elle retourne au même hôpital pour tous les inspirer

Erin Bratton, de Phoenix en Arizona, a une longue histoire avec l’Hôpital pour enfants de Phoenix. C’est là où elle est née – prématurée de six semaines et nécessitant un séjour dans l’unité de soins intensifs des nouveau-nés.

(Facebook / Erin Bratton)

Et c’est là où, quatre ans plus tard, elle a reçu des nouvelles qui ont changé sa vie. Ses parents l’ont amenée chez un médecin en pensant qu’il y avait quelque chose d’anormal avec les muscles de sa main. Mais après un examen à l’hôpital, les médecins ont découvert que c’était un symptôme de quelque chose de bien pire :

Elle avait une « tumeur cérébrale de la taille d’une balle de golf ».

« [Cela] s’est allumé comme un arbre de Noël », a déclaré Bratton à KSAZ . « On voit généralement ce type de tumeur chez les adultes. »

L’hôpital lui a sauvé la vie en supprimant la tumeur, mais la chirurgie a laissé un effet secondaire dévastateur : tout son côté droit était maintenant paralysé et elle ne pouvait ni parler ni marcher.

Les médecins lui ont dit qu’elle ne pourrait plus marcher normalement.

Il s’agissait de nouvelles déchirantes, mais Bratton ne les a pas crus. Elle a refusé d’accepter cela comme son destin et elle a gardé la détermination de marcher à nouveau.

(3TV / Capture d’écran)

« Il n’y a rien pour m’arrêter », a-t-elle déclaré à KSAZ.

Après des années à se forcer et à persévérer avec l’aide de l’hôpital, Bratton a défié les attentes médicales et s’est améliorée au-delà de ce que tout le monde aurait pu imaginer.

Maintenant adulte, elle peut marcher parfaitement…

… Et pas seulement ça, elle peut courir.

(Facebook / Erin Bratton)

En réfutant les idées préconçues de tous et en secouant les chances du destin, Bratton est maintenant devenue une marathonienne expérimentée.

Elle a parcouru plusieurs courses de 8 et 16 km et a obtenu quelques médailles en cours de route, mais il y a une course qui occupe une place particulière dans son cœur et qui lui rappelle d’où elle vient :

Une course de 8 km au profit de l’Hôpital pour enfants de Phoenix.

« J’adore faire les 8 km ici », a déclaré Bratton à Good Morning Arizona. « C’est l’un de mes événements préférés ici à Phoenix. »

(Facebook / Erin Bratton)

C’est une expérience complète pour Bratton, qui a fait un marathon pour le même hôpital qui lui avait dit qu’elle ne marcherait plus jamais – un message d’espoir qu’elle veut propager à des patients comme elle.

« Je le fais pour les enfants qui ne peuvent pas courir », a-t-elle déclaré à KSAZ. « Les enfants qui ne peuvent pas faire ce que je peux faire. »

(Facebook / Erin Bratton)

Mais elle fait plus que la course annuelle : elle fait du bénévolat à l’hôpital depuis une dizaine d’années.

Après son rétablissement, elle a décidé de redonner à l’endroit qui lui a sauvé la vie grâce à du travail bénévole. Elle a été tellement impliquée dans l’établissement qu’elle a maintenant un poste officiel avec les services aux invités.

Elle connaît de première main le travail crucial que fait l’Hôpital pour enfants de Phoenix et espère que tous – et pas seulement les anciens patients – vont s’impliquer à le soutenir.

(Facebook / Erin Bratton)

« Il est si important de redonner », a-t-elle déclaré à Good Morning Phoenix. « Il est si important de donner à votre hôpital local pour enfants. »

Mais pour Bratton, il s’agit plus que de redonner, c’est une expérience enrichissante.

« C’est très gratifiant d’être là-bas et de voir différents aspects de l’hôpital. »

« Je reçois tellement en retour, plus que ce que j’ai donné. »

(Facebook/Phoenix Children’s Hospital)

Le dernier marathon de l’Hôpital pour enfants de Phoenix a eu lieu le 7 octobre 2017. Bratton devait courir et prévoiyait donner toutes les médailles reçues aux jeunes patients de l’hôpital.

« Je sais que beaucoup de gens m’admirent, mais je les admire aussi parce qu’ils se battent toujours », a-t-elle déclaré à KSAZ.

« Ils sont encore à l’hôpital et ils doivent savoir que les gens les admirent aussi. »

 
VOIR AUSSI