Face aux inondations, la très urbanisée Île-de-France en première ligne

Avec près de 56 000 hectares potentiellement exposés, le territoire francilien est fortement concerné par le risque d’inondation. Si les zones inondables ne couvrent que 4,6 % de la région, les conséquences d’une crue majeure y seraient extrêmes. En exposant simultanément les huit départements franciliens, un tel événement aurait un impact considérable sur la vie sociale et économique, affectant, à des degrés divers, plusieurs millions de personnes.

Le préjudice subi par l’économie francilienne serait tout aussi important ; le coût des dommages est en effet estimé, a minima, à une trentaine de milliards d’euros ; plus du double en tenant compte de la dégradation des réseaux et des pertes d’exploitation des entreprises. Plusieurs dizaines de milliers d’établissements (grandes entreprises, PME, PMI, commerces…) implantés dans la zone inondable verraient leur activité affectée ou interrompue.

Au-delà des conséquences directes, l’ensemble du fonctionnement de l’agglomération serait bouleversé, avec des répercussions allant bien au-delà des seules zones inondées et un risque de paralysie partielle pour une durée de plusieurs semaines à plusieurs mois ; les dysfonctionnements affecteraient aussi bien l’approvisionnement en énergie, l’alimentation en eau potable, l’assainissement des eaux usées que les déplacements des personnes ou la logistique… et occasionneraient une vaste détérioration des services.

L’AIU propose une carte interactive des zones inondables d’île-de-France. À retrouver ici : carto.iau-idf.fr/webapps/cartoviz. IAU, Author provided

Une urbanisation dense et complexe

L’implantation d’activités humaines en zone inondable constitue le facteur directement responsable du caractère catastrophique d’un événement. En Île-deFrance, le taux d’urbanisation par les espaces construits, les infrastructures de transport, les espaces urbains ouverts – des zones directement exposées aux inondations – atteint plus de 36 %. Plus de 10 300 ha (21 %) sont occupés par les espaces « construits » : habitat collectif et individuel, équipements (enseignement, santé, services publics), activités (bureaux, commerce, logistique, industrie…).

C’est sur ces espaces, les plus vulnérables à une montée des eaux, que pèse la plus grande partie des dommages : dommages directs liés aux atteintes au bâti (gros œuvre et second œuvre), aux mobiliers, aux réseaux (eau, électricité…), aux pertes d’exploitation liées à la cessation temporaire des activités (coupure d’électricité, des télécommunications, de l’informatique, impossibilité d’accès…), mais aussi dommages indirects liés par exemple aux coûts de relogement des populations.

Les espaces urbains ouverts (espaces verts, terrains de sports, espaces de loisirs de plein air…) couvrent 12 % (6 087 ha) de la zone inondable. Moins vulnérables, ils peuvent également concilier, sous réserve d’aménagements appropriés, leurs fonctions récréatives ou paysagères à celle de champs d’expansion des crues en cas d’inondation.

Les infrastructures de transports (réseau routier et ferroviaire, gares, parcs de stationnement…) représentent autour de 3,6 % (1 865 ha) des espaces urbanisés en zones inondables.

Au-delà des atteintes directes aux équipements, une inondation majeure entraînerait de graves dysfonctionnements (interruption de trafic ferroviaire sur un grand nombre de lignes SNCF et RATP, perturbation des trafics routiers, franchissements des ponts…) avec de lourdes conséquences sur les déplacements domicile-travail, mais aussi sur l’approvisionnement logistique de l’agglomération, ainsi que, pendant la période de crue, sur l’organisation et la gestion des secours.

De fortes disparités territoriales

Ce taux d’urbanisation déjà élevé à l’échelle régionale masque d’importantes disparités entre les territoires. Si, en Seine-et-Marne, un peu plus de 18 % de la zone inondable est urbanisée, les taux sont très largement supérieurs dans d’autres territoires franciliens.

Dans les départements de la petite couronne, les 4 910 ha environ exposés à des hauteurs de submersion supérieures à 1 mètre sont urbanisés en quasi-totalité, 93 % (à l’exception de certains secteurs encore préservés en Seine-Saint-Denis), le taux d’espaces construits étant supérieur à 62 %. Les départements du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine sont particulièrement concernés avec plusieurs centaines de milliers d’habitants et d’emplois directement exposés, mais aussi des milliers d’entreprises.

Simulation d’une crue centennale de la Seine en aval de Paris (Hauts-de-Seine).

L’augmentation du niveau de vie, le développement de l’urbanisation, des infrastructures et des réseaux à forte valeur ajoutée (télécommunications, électronique…) ont également accru dans des proportions notables la valeur globale des biens et la fragilité des activités exposées. L’évolution des formes urbaines est aussi facteur de fragilité.

Ainsi, pour les logements (principal poste d’urbanisation), une crue majeure aurait de multiples conséquences, directes et indirectes. La mise sous terre systématique des divers réseaux assurant les transports d’énergie et de communication, l’utilisation des caves et sous-sols pour y installer les groupes électrogènes de secours ou des installations sensibles (postes électriques, chaufferies, mécanismes d’ascenseurs…), le développement des parkings souterrains… constituent un facteur aggravant et accentuent la vulnérabilité de l’habitat, même pour des immeubles dont seuls les niveaux inférieurs sont susceptibles d’être effectivement inondés.

Au-delà des atteintes aux biens, une inondation majeure sur ces territoires renvoie également à des problématiques de gestion de crise liées, par exemple, au maintien de populations dans leur logement et aux conditions de ravitaillement sur des périodes pouvant atteindre plusieurs semaines ou, dans les secteurs les plus exposés, à leur évacuation et leur hébergement provisoire. Ces problématiques sont considérablement accrues par le nombre et la densité des populations impactées.

Le rôle des plans de prévention

Dans la petite couronne, qui était déjà très fortement urbanisée au début des années 1980, le bilan de l’urbanisation nouvelle se porte à + 250 ha. Les espaces dédiés aux logements ont progressé de près de 150 ha 187 ha (habitat collectif essentiellement), se substituant pour partie à d’anciennes friches industrielles, zones d’activités ou espaces urbains ouverts.

Avec 281 ha, dont 152 ha d’espaces construits pour le seul habitat collectif sur la période 1999-2012, le rythme de l’urbanisation nouvelle apparaît cependant en diminution sensible par rapport aux deux décennies précédentes. Même si ce rythme reste encore élevé, on peut y voir le résultat de la mise en œuvre progressive, depuis la fin des années 1990, des plans de prévention des risques inondations (PPRI).

Cependant si ces plans réglementent l’usage des sols et permettent, notamment, la préservation des zones inondables et des champs d’expansion des crues sur les territoires périurbains et ruraux, leur efficacité sur les zones déjà urbanisées, où la pression foncière reste très forte, apparaît plus restreinte.

L’urbanisme en zone inondable se doit d’être innovant, dans ses formes urbaines comme dans son fonctionnement, pour orienter l’aménagement vers des pratiques moins génératrices de risques, à l’échelle globale comme à l’échelle individuelle. C’est l’une des conditions de son acceptation et de sa durabilité.

The Conversation
Simon Carrage, chargé d’études environnement à l’IAU-IDF, a participé à l’élaboration de cet article.

La version originale de cet article a été publiée sur The ConversationEnregistrerEnregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 
VOIR AUSSI