Une femme chinoise de 72 ans emprisonnée pour sa foi

Une femme chinoise de 72 ans a été condamnée à la prison ferme en Chine, pour avoir distribué des dépliants sur une pratique de méditation persécutée par le Parti communiste chinois (PCC).

Selon un récent rapport publié sur Minghui.org, Luo Shuzi, de la province de Liaoning, a été condamnée à cinq ans de prison dans la prison pour femmes de Liaoning – très connue pour ses violations des droits de l’homme.

Luo Shuzi pratique le Falun Gong, un type d’exercice méditatif, qui est la cible d’une campagne d’éradication du régime chinois depuis près de deux décennies. Les pratiquants de Falun Gong sont systématiquement arrêtés en Chine sous le coup d’accusations falsifiées, ils sont soumis à des pressions quotidiennes, harcelés, battus, maltraités, torturés et pire. Depuis environ une décennie, des rapports révèlent qu’ils sont aussi assassinés pour leurs organes dans des hôpitaux publics à travers tout le pays. Leurs organes sont utilisés dans des opérations de transplantation secrètes et lucratives. Au cours des 15 dernières années, on estime à plus de 100 000 le nombre de greffes clandestines effectuées chaque année.

Luo a été arrêtée pour avoir montré une affiche et distribué des brochures sur le Falun Gong, aussi appelé Falun Dafa. La police a ensuite fouillé sa maison et saisit ses livres sur la pratique.

Luo, selon le rapport de Minghui, est persécutée depuis 1999. Elle a été emmenée à plusieurs reprises dans divers postes de police pour des interrogatoires, des individus allant jusqu’à s’introduire dans sa maison pour l’arrêter.

Pour Luo Shuzi, le Falun Gong l’a aidé à faire face à sa leucémie après qu’on lui ait diagnostiqué une forme de cancer normalement fatale, en 1994. Après avoir commencé la pratique, Luo dit avoir été guéri de sa maladie.

Mais aujourd’hui, cette septuagénaire va être emmenée dans la prison pour femmes de Liaoning, un complexe pénitentiaire massif qui a soumis d’innombrables pratiquants de Falun Gong à la torture. Beaucoup sont déjà morts dans cette prison, selon un rapport de Minghui paru en 2014. Le camp de travaux forcés de Masanjia, encore plus connu, avait été transformé en un nouveau quartier de la prison de Liaoning, mais, selon le rapport, « le même personnel continuait les mêmes tactiques, exactement dans la même installation ».

Le mois dernier, l’organisation des droits de l’homme Freedom House a publié un rapport sur les mauvais traitements et la persécution du Falun Gong par le parti communiste. La persécution du PCC – dont le degré est qualifié de « très élevé » par le rapport – n’a pas permis d’éliminer la pratique. En 1999, l’ancien dirigeant du Parti communiste chinois, Jiang Zemin, avait ordonné aux forces de l’ordre à tous les niveaux du régime, « d’éradiquer » le Falun Gong. Les pratiquants ont été harcelés, licenciés de leur travail, envoyés dans des camps de travaux forcés, mis en esclavage et torturés pour leur faire renoncer à leur foi. Les pratiquants âgés n’ont pas été épargnés par les abus. Une police secrète extrajudiciaire, appelée «Bureau 610» et semblable à la Gestapo, a également été créée, spécifiquement pour éradiquer le Falun Gong.

Bien qu’il y ait des signes que la persécution diminue, des rapports quotidiens continuent toujours de sortir au sujet de pratiquants arrêtés et détenus sans motif légal. « Sur une base quotidienne, un grand nombre de juges, de procureurs et de policiers jouent un rôle actif dans l’arrestation, l’emprisonnement et la torture des citoyens chinois qui persistent dans leur croyance dans le Falun Gong », a déclaré Freedom House.

Version anglaise: 72-Year-Old Chinese Woman Imprisoned for Her Faith 

 
VOIR AUSSI