Anglais | Chinois | Coréen | Français | Allemand | Espagnol | Japonais | Russe | Ukrainien | Hébreu | Roumain | Bulgare | Slovaque | Tchèque | Indonésien | Vietnamien
Faites un don

Le régime chinois courtise l’Afrique avec les instituts Confucius et des bourses d’études

Écrit par Jenny Li, Epoch Times
11.10.2012
| A-/A+
  • Une statue de Confucius u00e0 Pu00e9kin en 2008. Les critiques du ru00e9gime disent que le but ru00e9el de ses ru00e9centes attributions de bourses du2019u00e9tudes et de la mise en place du2019Instituts Confucius en Afrique est de gagner de lu2019influence politique dans la ru00e9gion. (Frederic J. Brown/AFP/Getty Images)

Dans un geste que les critiques disent être destiné à accroître l’influence de la Chine sur l’Afrique, le régime chinois envisage d’offrir des milliers de bourses aux résidents du continent et d’ouvrir des dizaines d’Instituts Confucius – centres éducatifs qui ont été critiqués pour la promotion de l’idéologie du Parti et de l’histoire révisionniste.

En juillet, le Parti communiste chinois a lancé son programme triennal «Plan pour les talents d’Afrique» qui vise à former environ 30 000 Africains et à accorder 18 000 bourses parrainées par le gouvernement, selon le porte-parole du Parti, l’agence Xinhua.

Le plan a été annoncé par Hu Jintao, chef du Parti, et il prévoyait un crédit de 20 milliards de dollars aux nations africaines pour les investissements dans les infrastructures, l’agriculture et l’industrie manufacturière.

Une conférence a été organisée récemment à Stellenbosch, une ville d’Afrique du Sud, afin de  «dessiner le plan du futur développement» des Instituts Confucius à travers le continent.

Xu Lin, le directeur- général des Instituts Confucius, a annoncé que le Parti communiste chinois (PCC) a fondé 31 de ses écoles dans 26 pays africains, dont certaines accordent des diplômes accrédités dans ces pays.

Mais, selon les dissidents chinois et les critiques du régime, derrière cette générosité se cache un plan pour acquérir de l’influence.

Gong Lei, un écrivain indépendant de la province du Shandong,  a avoué  à la chaîne de télévision chinoise NTD: «La principale raison pour laquelle le PCC investit en Afrique c’est que le régime veut obtenir des voix  à l’ONU».

Les voix  aux Nations Unies pourraient aider le régime chinois à bloquer les critiques et les enquêtes sur les violations des droits de l’homme en Chine ou pourraient être utilisées pour contrecarrer les efforts des États-Unis et d’autres pays pour imposer des sanctions aux gouvernements dictatoriaux coupables de violence envers leurs citoyens.

«Le régime recherche des soutiens à l’ONU…. Il dépense l’argent durement gagné par le peuple chinois en échange de bulletins de vote. En fait, de nombreux Chinois vivent dans une situation désespérée, mais le PCC s’en moque», a avancé Gong Lei.

Selon des analystes, le PCC investit depuis longtemps en Afrique, mais  au cours des décennies précédentes l’accent était mis sur la lutte révolutionnaire contre les forces de l’Impérialisme, le Parti cherche maintenant à influencer le continent à travers des initiatives économiques et culturelles.

Selon les chiffres de l’ONU, en 2011 la Chine était le plus grand partenaire commercial d’Afrique pour la troisième année consécutive, avec un volume total d’échange d’environ 166 milliards dollars. Chen Deming, le ministre chinois du Commerce, a annoncé que 2.000 sociétés chinoises avaient fait des investissements directs en Afrique.

He Guoquan, l’artiste chinois de Guangzhou qui suit de près la politique chinoise, a déclaré dans son interview à NTD que les bourses d’études et les Instituts Confucius sont le côté culturel de ce phénomène pour établir l’image du PCC en Afrique.

Les Instituts Confucius sont directement sous la tutelle du ministère chinois de l’Éducation et ont des écoles aux États-Unis et dans d’autres pays occidentaux, au total 387 instituts et 509 écoles primaires et secondaires à travers le monde.

Yao Zhe, un enseignant en Californie du sud, a précisé en 2009 à Epoch Times que d’après son expérience, les Instituts Confucius enseignent aux étudiants des choses du genre  «aimer le Parti (communiste) est patriotique».

La section «enfants» de l’Institut Confucius en ligne comprenait au début de cette année une section sur la guerre de Corée intitulée «La guerre pour résister à l’agression américaine et aider  la Corée».

La section expliquait que la Chine «écrasait les ambitions agressives impérialistes» et «renforçait le prestige international de la Chine». Cette partie a été supprimée après qu’un diplômé l’a fait remarquer à ses collègues sur une liste d’e-mail.

Frank Cohee, le secrétaire de l’association des vétérans de la guerre de Corée, a souligné à Epoch Times que les écrits de l’Institut sont «insensés…» et que «c’est strictement de la propagande».

Entretemps, les Instituts Confucius ont été accusés de  gaspillage d’argent  par les internautes chinois sur les sites de médias sociaux. Certains ont annoncé que les écoles devraient être fermées et l’argent retourné pour promouvoir le système éducatif chinois.

Gong Lei a fait remarqué que le Parti «n’a pas peur de dépenser de l’argent».

Il a ajouté: «Le PCC a de l’argent. Il a lancé les Jeux olympiques, l’exposition universelle…Il veut se créer une image glorieuse et ne se soucie pas de dépenser de l’argent.»

Version anglaise: Chinese Regime Courts Africa With Confucius Institutes and Scholarships

Plus de 187 725 992 personnes ont démissionné du PCC et de ses organisations.