Indonésie : une vidéo de chiens abattus sur des marchés provoque l’émoi

Des images filmées sur des marchés indonésiens montrant l’abattage de chiens, passés ensuite au chalumeau pour brûler leur pelage avant qu’ils soient vendus pour leur viande, ont déclenché un concert de protestations des défenseurs des animaux. Attention, certaines images ci-dessous sont choquantes.

Des militants du groupe « Indonésie sans viande de chien » ont demandé aux autorités de fermer les marchés d’animaux vivants dans le pays. Selon eux, des milliers de chiens et de chats y sont tués chaque semaine.

Une vidéo filmée par ces militants sur des marchés dans les villes de Tomohon et Langowan sur l’île des Célèbes (Sulawesi) montre toutes sortes d’animaux brûlés ou mutilés mis en vente, dont des singes, des chats ou des chauves-souris. La vidéo n’est pas encore publique, mais malheureusement, il n’est pas très difficile d’imaginer ce que l’on peut y voir.

La séquence suivante, prise sur le vif avec un smartphone en 2016, témoigne de cette cruauté.

Les images les plus dérangeantes sont celles de chiens tués à coups de matraque puis passés au chalumeau en pleine rue parmi des stands de marché.

Entassés dans des cages étroites, d’autres chiens semblent trembler et gémir en voyant ce qui se passe autour d’eux.

Lola Webber, du groupe « Indonésie sans viande de chien », compare ce marché à « une promenade en enfer ». Ce lieu est toutefois devenu une attraction touristique.

Le groupe en appelle au gouvernement indonésien pour mettre fin à ce commerce cruel.

« Le slogan de l’office du tourisme, +Merveilleuse Indonésie+, sonne curieusement quand vous plongez votre regard dans les yeux d’un chien éclaboussé de sang et qui tremble d’effroi », déclare Bobby Fernando de l’organisation Animal Friends Jogja.

« Nous avons besoin que le monde entier nous soutienne pour réclamer la fin du commerce de la viande de chien et de chat en Indonésie », ajoute-t-il.

La plupart des Indonésiens, pays majoritairement musulman, ne consomment pas de viande de chien ou de chat mais ce commerce se développe dans certaines parties de l’archipel où ce type de viande peut même faire partie du régime alimentaire local.

En 2017, plusieurs célébrités ont monté une vidéo, pour informer et sensibiliser le public au commerce barbare dont sont l’objet ces animaux

D.V avec AFP

 
VOIR AUSSI