La maison d’édition britannique Cambridge University Press ne se plie plus à la censure chinoise

Le 24 août dernier, la maison d’édition Cambridge University Press a annoncé qu’elle « ne bloque pas et ne bloquera pas » les publications en ligne destinées au marché chinois. L’intégrité de son catalogue reste « disponible dans le monde entier, y compris la Chine ». Cette déclaration est parue après que Pékin a demandé à Cambridge University Press de supprimer plus de 300 articles publiés dans un magazine académique.

La plus ancienne maison d’édition du monde, Cambridge University Press (CUP), a révélé le 18 août que Pékin lui avait demandé de bloquer l’accès en ligne sur le marché chinois de 315 articles de China Quarterly, une revue universitaire très respectée et publiée par CUP.

Les articles bloqués abordent des sujets comme le Falun Gong, le massacre de la place Tiananmen, le Tibet et la Révolution culturelle – des sujets très sensibles pour le Parti communiste chinois (PCC).

Craignant que l’accès en ligne à ses autres publications soit bloqué, l’édition a suivi l’exigence de Pékin.

« Nous savons que d’autres éditeurs ont vu le contenu entier de leurs publications bloqué en Chine. … [Nous] envisagerons de bloquer des articles individuels (suite à une demande) lorsque la disponibilité d’un contenu plus large est mise à risque », annonçait la déclaration du 18 juillet.

La soumission de CUP aux demandes de la censure chinoise a provoqué de fortes protestations de la communauté académique internationale, y compris une pétition signée par près de 1 300 personnes qui menaçaient de boycotter les publications de CUP.

« Si Cambridge University Press se plie aux demandes du gouvernement chinois, nous, intellectuels et universitaires, réservons le droit d’entreprendre d’autres actions, y compris de boycotter Cambridge University Press et les revues qui lui sont associées », a écrit Christopher Balding, économiste américain et professeur agrégé à l’Université de Pékin, qui a lancé une pétition sur la plateforme change.org.

Au milieu de l’indignation croissante, Cambridge University Press a décidé de republier les 300 et quelques articles bloqués le 21 août.

Le même jour, l’Administration générale de la presse et des publications de Chine a invité le Journal of Asian Studies (un autre journal académique publié par CUP) à retirer environ 100 articles de ses sites en Chine.

Dans le milieu des publications académiques sans but lucratif, les revenus provenant de l’important lectorat en ligne chinois sont un facteur très important pour les éditeurs occidentaux.

Hu Ping, l’ancien rédacteur en chef de Beijing Spring, a déclaré que le contrôle étroit du PCC sur l’accès au marché chinois des publications étrangères a donné aux Occidentaux une fausse idée selon laquelle n’importe quoi est quand même mieux que rien du tout. Beijing Spring est un magazine en ligne de renom en langue chinoise basé à New York, qui couvre les sujets liés au mouvement pro-démocratie et aux droits de l’homme en Chine.

« Les Occidentaux ont une sorte d’illusion », a-t-il expliqué à l’édition chinoise de la chaîne de télévision indépendante New Tang Dynasty Televison (NTDTV). « Ils pensent que tant que certains de leurs articles peuvent être publiés en Chine, c’est ce qui compte. Ils se disent : ‘ Si vous n’acceptez pas ces articles, nous pouvons simplement les supprimer et vous en proposer d’autres, ceci est mieux que rien.’ »

« Comme résultat, personne ne s’oppose aux exigences déraisonnables du gouvernement chinois, et ils cherchent à la place un compromis », a ajouté Hu Ping.

Les visiteurs du stand de Cambridge University Press à la Foire internationale du livre de Pékin, le 23 août 2017. (GREG BAKER / AFP / Getty Images)

Le Global Times, porte-parole du PCC en langue anglaise, a publié un éditorial provocateur en réponse aux critiques internationales.

« Les établissements occidentaux ont la liberté de choisir. S’ils n’aiment pas la manière de fonctionner chinoise, ils peuvent cesser de faire des affaires avec nous. S’ils trouvent que le marché de l’Internet chinois est si important qu’ils ne peuvent pas s’en passer, ils doivent respecter la loi chinoise et s’adapter à la manière de fonctionner chinoise. »

Cai Yongmei, éditeur de Open Magazine publié à Hong Kong, affirme que le Parti communiste chinois a étendu à l’étranger son contrôle de la pensée et de la parole et qu’il détruit la liberté d’expression et de publication dans les sociétés libres.

« En ce qui concerne la suppression et le contrôle [par le PCC] de la liberté d’information et de la pensée, je trouve que la communauté internationale doit exercer une plus grande pression et ne peut absolument plus se compromettre », a-t-il martelé dans une interview à NTDTV.

Le 24 août, Cambridge University Presse a publié une déclaration pour clarifier sa position sur la question de la censure du PCC.

Cependant, Cambridge University Press a aussi déclaré qu’il est aux « importateurs chinois de décider quels livres acheter pour la revente en Chine ».

Les analystes soulignent que les exigences de la censure du PCC reflètent son sentiment d’insécurité, car les articles académiques ne sont lus que par les intellectuels qui travaillent dans l’enseignement supérieur ou par les étudiants diplômés, et non par un large public. Ils n’ont donc que très peu d’influence.

Hu Ping explique que le règne autoritaire du PCC se fonde sur les mensonges. C’est pourquoi le Parti communiste a tellement peur de la liberté d’expression.

« Une fois que le peuple pourra accéder librement à l’information, la propagande du PCC deviendra inefficace. [L’accès libre à l’information] encouragera les gens à remettre le régime en question et à exiger la liberté et la démocratie. Il est évident que cela représentera une menace pour le règne du PCC en tant que parti unique. »

Huang Yimei et Li Yun ont contribué à cet article.

Version anglaise : Cambridge University ‘Will Not Block e-Books’ in China After Reversing Decision to Comply with Censorship Requests

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 
VOIR AUSSI