L’agence Arc et Sites Architectes reçoit Les Rubans du Patrimoine 2016

L’hôtel du Président Tyndo à Thouars est lauréat du Prix national « Les Rubans du Patrimoine 2016 », pour sa transformation en Conservatoire intercommunal de musique et de danse. Le premier prix dans la catégorie des communes de plus de 20 000 habitants, il a été remis le 5 octobre 2016 à Paris.

L’Association des Maires de France, la Fédération Française du Bâtiment et la Fondation du Patrimoine viennent de récompenser l’hôtel Tyndo, audacieux projet de réutilisation, en lui décernant le Prix national « Les Rubans du Patrimoine » 2016 pour sa qualité, ses retombées sociales, économiques, culturelles et environnementales.

Couloir, le bois et la pierre s’harmonisent merveilleusement. (D moulinet)
Couloir, le bois et la pierre s’harmonisent merveilleusement. (D moulinet)

Le bâtiment du XVe retrouve ses lettres de noblesse

Cette reconversion est exemplaire par rapport aux questions posées quant à la réutilisation du patrimoine. Avant la prise de décision il y a eu un vif débat des élus concernés sur l’opportunité de construire un bâtiment neuf ou de transformer le bâtiment existant. Plusieurs critères ont été en faveur de la réhabilitation l’hôtel Tyndo parmi lesquels, outre l’attrait touristique, de fines études menées en amont ont mis en évidence un coût très inférieur à celui d’un bâtiment neuf.

En effet, la reconversion en Conservatoire intercommunal de l’hôtel du Président Tyndo, bâtiment du XVe siècle implanté au cœur de la ville de Thouars et désaffecté depuis 30 ans, n’a pas été acquise d’emblée. Construit en bordure de la ville médiévale de Thouars, à l’emplacement d’une ancienne résidence des rois d’Angleterre, l’hôtel du Président Tyndo, transformé en école communale au XIXe siècle, était à l’abandon depuis le départ des élèves en 1979. La restauration et l’aménagement du site ont été confiés à l’agence ARC&SITES architectes du patrimoine.

Un escalier met en valeur plus de cinq siècles d’architecture

Le volume de l’escalier rappelle la fonction de l’ancien logis. (D moulinet)
Le volume de l’escalier rappelle la fonction de l’ancien logis. (D moulinet)

L’espace d’accueil du conservatoire est aménagé dans l’ancien préau des élèves. Voûté et ouvert par de grandes arcades vitrées sur le nouveau jardin fleuri, cet espace lumineux est conçu comme une antichambre axée sur le bien-être des élèves et enseignants. Une porte percée dans le mur médiéval conduit le visiteur dans un escalier conçu comme un lieu de contemplation et de convivialité. Il met en valeur plus de cinq siècles d’architecture. Détaché des murs, cet escalier porté par la cage de l’ascenseur, associe l’acier brut et le bois.

Deux cheminées mises en scène dans le volume de l’escalier rappellent la fonction de l’ancien logis. L’une d’elle, découverte en phase de diagnostic, présente un exceptionnel décor champêtre du début du XVIIe siècle où des oiseaux virevoltent au-dessus des arbres.

Deux grandes salles du logis médiéval accueillent la médiathèque et la salle d’éveil musical

Restituées dans leurs dispositions anciennes, les deux grandes salles du logis médiéval accueillent la médiathèque, lieu de ressource et de diffusion, et la salle d’éveil musical, où les deux cheminées exceptionnelles découvertes à l’occasion du chantier ont été restaurées. Pour François Goutal, directeur du Conservatoire, « Ce choix témoigne de la capacité des architectes à marier enseignement et révélation du patrimoine».

Salle de musique, l’aile sud du XIXe siècle abrite les salles instrumentales. (D moulinet)
Salle de musique, l’aile sud du XIXe siècle abrite les salles instrumentales. (D moulinet)

L’aile sud, du XIXe siècle, abrite les salles instrumentales. Les architectes ont conçu des espaces de travail lumineux et spacieux favorables à l’apprentissage et la créativité. Lieu de diffusion par excellence, la grande salle d’orchestre sous sa magnifique charpente, a remplacé l’ancien dortoir du pensionnat.

L’aile sur rue, accueille deux grandes salles de danse.

Plus récente, l’aile sur rue, construite en 1910, accueille désormais deux grandes salles de danse. Aérées et lumineuses, elles s’ouvrent sur le jardin et le paysage verdoyant de Thouars.

L’utilisation de matériaux naturels et durables, a été privilégiée. Pour François Goutal, Tyndo « n’est pas seulement une restauration exemplaire, mais un lieu performant qui incarne la vision culturelle d’un territoire ». « Des conditions optimales et un cadre magistral » pour les 800 élèves, selon Bernard Paineau, le Président de la Communauté de communes du Thouarsais.

 
VOIR AUSSI