L’amour désintéressé libère de la dépendance à la récompense

Une étude montre que l’amour désintéressé – un désir profond et authentique pour le bonheur des autres – inhibe les zones du cerveau stimulées par les récompenses.

«Lorsque nous souhaitons véritablement, avec abnégation, le bien-être des autres, notre cerveau ne réagit pas de la même façon que lorsqu’on est amoureux. Car cet amour n’est pas dirigé vers nous», a expliqué Judson Brewer, professeur en psychiatrie à l’université Yale.

Cela a été relaté en 2014 dans la revue Brain and Behavior, qui explique que les frontières neurologiques entre ces deux types d’amour ont été repérées par IRM, en pratiquant un examen sur le cerveau de personnes ayant l’habitude de méditer.

Les centres de récompenses du cerveau qui sont fortement activés par la vue du visage de l’amant (ou une image de la cocaïne) sont presque complètement éteints quand une personne habituée à méditer répète silencieusement des phrases telles que: «Que tous les êtres soient heureux».

Ces méditations de pleine conscience sont un élément de base du bouddhisme. Elles sont maintenant couramment pratiquées dans les programmes de réduction du stress en Occident.

La tranquillité de cet amour altruiste illustrée dans des figures religieuses comme mère Teresa ou le Dalaï-lama – est diamétralement opposée à l’anxiété provoquée par une querelle d’amoureux ou une séparation prolongée. Il apporte ses propres récompenses.

«Cette pratique vise à favoriser spécifiquement l’amour désintéressé – juste ressentir cet amour et ne pas chercher à obtenir quelque chose en retour», précise Judson Brewer.

«Si vous vous demandez quel est l’intérêt d’être désintéressé, réfléchissez juste à la manière dont vous vous sentez quand vous voyez des gens aider les autres, ou même la sensation que vous ressentez quand vous venez en aide à quelqu’un gratuitement et spontanément: ne serait-ce que pour laisser passer quelqu’un en lui tenant la porte.»

 
VOIR AUSSI