L’art environnemental et les maisons de fées

On a longtemps cru que des fées, des créatures magiques qui scintillent dans la forêt, se cachaient dans les bois de l’île de Monhegan, dans le Maine aux Etats-Unis. Les habitants leurs fabriquaient mêmes des maisonnettes juste pour elles.

Lors d’une visite sur l’île, l’auteur et illustrateur Tracy Kane fut si inspirée par ces petites structures créées avec des matériaux naturels et construites dans la forêt, sur la plage, dans des cours arrière, des cours d’école, des jardins, etc., qu’elle a écrit plusieurs livres à ce sujet. Sa série de livres pour enfants, encourageant l’activité en plein air, la pensée créative et l’habilité à résoudre des problèmes, a popularisé la construction de maisonnettes de fées aux États-Unis et dans le monde entier.

Tout comme les habitants de l’île de Monhegan, Sally J. Smith, dès son jeune âge, construisait des maisonnettes dans les bois pour les fées. Elle a toujours entretenu ce contact spécial avec la nature. Maintenant, elle se considère comme une artiste environnementale et fait d’étonnantes sculptures qu’elle appelle « Eartherials » qui font écho à la beauté d’un moment ou d’un endroit spécial. Ces sculptures n’existent souvent que pour quelques minutes ou quelques heures tout au plus. Quand la construction est terminée, elle photographie chaque œuvre.

Il y a dix ans, Smith a retrouvée sa passion d’enfance et a commencé à créer des maisons de fées qui sont une extension de ses travaux environnementaux. Ces structures se trouvent aux confins de la forme, des matériaux et du besoin d’abri. Chaque abri, d’une hauteur de 30 à 40 cm, est un refuge qui ramène l’observateur au monde naturel et lui offre un soupçon de magie et de beauté.

Sunflower Cottage. ( Sally J. Smith)

Lorsqu’on lui a demandé de monter des ateliers pour enseigner comment créer les maisons de fées, Smith a refusé, car ce travail lent qui demande beaucoup de patience ne se prête pas à un atelier. A la place, elle a écrit le livre, « Fairy Houses: How to Create Whimsical Homes for Fairy Folk.»

Destiné aux artisans expérimentés, le livre explore la construction de trois sortes de maisons de fées: celles construites entièrement en studio et installées à l’extérieur, celles assemblées à l’extérieur avec des pièces conçues en studio, et celles qui sont « sauvages », entièrement construites sur place.

La maison est construite avec des pierres de la rivière qui ont été ramassées le long des berges, et il m’a fallu plusieurs jours pour compléter la structure.

– Sally J. Smith, auteure et artiste

Le livre de Smith éveille le côté créatif du lecteur avec les photos de ses créations tout en indiquant comment les construire. Smith précise clairement comment créer des éléments plus complexes telles que les fenêtres et les portes. (Elle dit qu’il est parfois amusant de fabriquer ces petites pièces et de les incorporer dans un cadre naturel, pour un effet dramatique.) Elle explique également comment ajouter l’éclairage pour obtenir une lueur enchanteresse et la finition des façades, avec des instructions sur la façon de construire deux maisonnettes conçues spécifiquement pour le livre.

La page couverture du livre « Fairy Houses: How to Create Whimsical Homes for Fairy Folk.» (Sally J. Smith)

Une tournée photographique unique

Ci-dessous, Sally décrit la paix et la joie qu’elle a ressenties en concevant et en construisant quelques-unes des petites créations qu’elle considère comme les maisonnettes les plus remarquables de son livre.

La maison Shire

La maison de thé Brookwater. (Sally J. Smith)

« Ce chalet magique a été construit sur la rive d’un ruisseau couverte de tourbe dans la montagne au pied d’un magnifique cèdre d’environ 150 ans. La maison est faite de pierres ramassées le long de la rivière. Il m’a fallu plusieurs jours pour compléter cette structure. Je l’ai construite près d’un terrain de camping. Après avoir commencé la construction, un groupe d’adolescents est arrivé pour installer leur tente. J’étais inquiète pour ma maison parce qu’ils semblaient un peu chahuteurs et j’avais peur qu’ils détruisent mon œuvre quand je partirais. »

« Le dernier jour, lorsque je suis venue photographier la maison avec l’aménagement de fleurs fraîches, quelqu’un avait écrit «  Trop Cool » sur de minuscules galets sur la plage sous la maison. Je me sentais un peu honteuse d’avoir penser qu’ils ne respecteraient pas mon travail, et j’étais vraiment contente qu’ils l’aient aimée. »

« Je suis revenue une semaine plus tard et un animal sauvage avait détruit la maison. C’était triste de voir les ruines et j’ai soigneusement remis toutes les pierres dans la rivière. Toutes les traces de la maison étaient effacées. Cette expérience fut un secret partagé avec quelques adolescents et la nature à cet endroit et que je garderai précieusement dans mon cœur. »

La maison de thé Brookwater

La maison de thé Brookwater. (Sally J. Smith)

« Au sommet d’une montagne, j’ai trouvé un magnifique bassin d’eau propre et verte. C’était au début de l’automne et les érables avaient commencé à changer de couleur. L’été se terminait et bientôt ce ruisseau serait prisonnier des glaces. Il semblait être l’endroit idéal pour créer une petite maison de thé afin de profiter du changement fugitif des saisons. »

« Il m’a fallu deux jours pour placer les pierres dans l’eau profonde pour soutenir la délicate passerelle d’écorce de bouleau menant à l’île flottante « où la maison de thé était perchée. Attendre que la lumière du soleil filtre à travers le feuillage pour que seule la feuille rouge sur le toit de fougère soit éclairée me demanda beaucoup de patience … surtout que l’eau était si froide. L’intemporalité de ce cours d’eau dans la forêt est ce qui montre la force et le mystère de ce site magique. »

« Quel meilleur endroit pour arrêter et contempler sa place dans l’univers? »

Le chalet Adirondack des fées

Le chalet Adirondack des fees ( Sally J. Smith)

« Cette maison mesure près de 40 cm de haut et est lourde car sa base est en pierre. J’étais en deuil de mon père. Il aimait les montagnes et les parcouraient en toutes saisons. »

«  En ce beau  jour de fin d’automne, j’ai décidé de lui rendre hommage en transportant ce petit chalet sur une montagne afin de prendre une photo  qui transmettrait l’esprit des Adirondack. Cette photo a été prise près du sommet de Little Crow Mountain surplombant la vallée de Keene. L’effort nécessaire pour transporter ce petit chalet de fée de 40 cm tout en escaladant une pente raide m’a aidé à me libérer un peu de mon chagrin. »

« J’avais  aussi apporté un minuscule abri de fées construit dans le même style, qui  contenait les cendres de mon père. J’ai caché ce petit abri sous un bouleau alpin tout mince qui dominait la vallée.

Bien que l’abri que j’ai caché fût très petit par rapport à ce grand chalet, mon cœur était beaucoup plus léger sur le chemin du retour. »

Fairy Houses: How to Create Whimsical Homes for Fairy Folk’
Auteur: Sally J. Smith
Cool Springs Press
192 pages; $30

Linda Wiegenfeld est professeure à la retraite. Vous pouvez envoyer vos commentaires ou suggestions à [email protected]

Version anglaise: Fairy Houses as Environmental Art

 
VOIR AUSSI