Le cheval, baromètre à émotions

Grâce à son extrême sensibilité, la plus noble conquête de l’homme était toute désignée pour soigner les maux de l’esprit.

Le cheval sait « lire » les émotions humaines. (Pixabay.com)

Les relations entre l’homme et le cheval sont très anciennes : elles remonteraient selon des archéologues britanniques à 3500 avant notre ère (Néolithique), date des premières traces de domestication des équidés. D’abord bête de somme employée à la ferme pour les travaux domestiques, le cheval a ensuite servi de moyen de transport et de soutien aux soldats sur les champs de bataille. Aujourd’hui, le voilà propulsé guérisseur grâce à la reconnaissance, certes tardive, de ses mille vertus thérapeutiques.

Plus que tout autre animal, le cheval possède une extrême sensibilité qui lui permet de lire le langage corporel humain et de refléter les émotions d’un patient. Quand ce dernier ressent de la peur ou de la satisfaction, le thérapeute ne va pas pouvoir le décrypter immédiatement, contrairement au canasson qui va réagir de suite. Le thérapeute pourra ainsi « lire » l’animal.

Pixabay.com

En Europe, ce sont les pays scandinaves qui les premiers ont utilisé dans les années 1950 la thérapie avec le cheval (TAC) ou équithérapie. Celle-ci s’adresse à un large éventail de personnes, des enfants aux adultes en passant par les adolescents, et entend soigner les difficultés comportementales, sociales, les troubles psychiques, les problèmes au niveau moteur, les troubles affectifs et/ou sensoriels. Le déroulement d’une séance comprend différentes interactions entre un patient et un équidé. Les activités vont de l’alimentation au toilettage, à l’harnachement ou à la conduite de l’animal.

Voici une petite liste, non exhaustive, des bienfaits du cheval sur nous autres les humains.

Pixabay.com

Au niveau psychologique

  • Estime de soi
  • Apprend à vivre le moment présent
  • Développe l’intelligence émotionnelle
  • Favorise l’expression des désirs
  • Améliore la concentration et l’anticipation

Au niveau social

  • Améliore le respect des autres
  • Apprend le respect des règles en société
  • Encourage la responsabilisation
  • Développe le leadership
Pixabay.com

Au niveau physique

  • Augmente la capacité de résilience
  • Exerce le tonus musculaire
  • Favorise l’équilibre
  • Améliore la motricité

Comment ça marche

Le cheval est un être hypersensible. En tant que proie dans la nature, cet animal a développé une grande intelligence émotionnelle qui lui est utile s’il veut échapper au danger. Mais qui lui sert aussi à « lire » le langage corporel et les émotions des humains. Avec lui, le patient ne peut pas tricher. Ainsi, le thérapeute peut visualiser les problèmes de manière très concrète.

Comme les chats, les chiens ou les lapins, le cheval est sans jugement. Il n’a pas d’attentes, donc cela permet de créer un lien sans peur d’être jugé. Un équidé invite à l’échange, à la collaboration à la relation. Il amène le patient à se responsabiliser et à s’engager pour obtenir ce qu’il attend du cheval. Et c’est bien ceci qui est au coeur de la thérapie : se faire entendre, comprendre et respecter par un être 10 fois plus gros que nous, par la douceur et le respect.

Pixabay.com

Le portage est également un élément très important en thérapie avec le cheval. Le fait d’être bercé sur le dos du cheval permet de revivre un « holding » nourrissant et réparateur.

Il procure aussi un sentiment de liberté, de communion avec la nature. Des expériences positives qui permettent en somme la réussite de la thérapie, dans un cadre sécurisé avec des objectifs bien définis.

Source: wikipedia

Un cheval ! Mon royaume pour un cheval ! Shakespeare, Richard III

Les races

Il n’y a pas de race de chevaux spécifiquement destinées à la équithérapie. « Le cheval de thérapie doit être un cheval à l’écoute, stable et confiant, peu importante sa taille, son poids, sa couleur », explique Violaine Kaeser, éducatrice spécialisée et thérapeute avec le cheval ASTAC .

Texte: Christine Werlé© Migros Magazine

Version originale : Le cheval, baromètre à émotions
Article republié avec l’aimable autorisation de Migrosmagazine.

 
VOIR AUSSI