Le fossile d’un manchot géant découvert en Nouvelle-Zélande

1,77 mètre pour 100 kilos : un lutteur ? un rugbyman ? Non, un manchot de Nouvelle-Zélande. Des chercheurs annoncent mardi avoir découvert le fossile d’un « kumimanu », « oiseau monstre » en maori, « l’un des plus grands manchots découverts à ce jour ».  

« Il est extraordinaire que ces manchots précoces aient atteint une telle taille », explique Gerald Mayr de l’institut de recherches Senckenberg, le musée d’histoire naturelle de Francfort (Allemagne), coauteur de l’étude.

Selon les conclusions de son équipe de chercheurs allemand et néo-zélandais, l’animal, découvert sur l’île du Sud de Nouvelle-Zélande, aurait foulé la glace il y a 55 à 60 millions d’années, au Paléocène.

« La taille des os (notamment un fémur de 16 cm, ndlr) montre que cette espèce mesurait plus de 1,70 mètre et pesait plus de 100 kilos », explique l’ornithologue dans un communiqué de l’institut. Soit 50 cm et 60 kg de plus que le manchot empereur, le plus grand et le plus lourd représentant actuel de cette famille d’oiseaux marins.

« Nous nous sommes rapidement rendu compte que nous examinions une espèce jusqu’alors inconnue », raconte Gerald Mayr.

Deux autres fossiles de manchots géants ont déjà été découverts sur cette île de Nouvelle-Zélande. Appelés « waipara » et « waimanu » et âgés de 61 millions d’années, ils étaient un peu plus petits que « kumimanu ».

Selon l’étude publiée dans Nature Communication, cette découverte prouve que le gigantisme n’était pas rare chez les premiers manchots.

Mais quelle est la raison de la disparition de ces oiseaux géants de la surface du globe ? Cela reste un mystère. Pour les chercheurs, leur extinction pourrait être liée à l’apparition « de grands prédateurs marins tels que les phoques et les baleines à dents ».

 

La découverte d’un manchot géant en 2014

« Les os fossilisés d’un manchot géant ayant vécu il y a environ 40 millions d’années ont été retrouvés en Antarctique », selon Maxisciences en août 2014. Les chercheurs avaient alors déclaré que le spécimen mesurait près de 2m de long pour un poids de 115 kg.

L’île Seymour. (googlemap)

Les fossiles avaient alors été retrouvés dans une formation géologique de l’île Seymour, située au large de la péninsule Antarctique. Il y a 40 millions d’années, le climat de la région était beaucoup plus hospitalier. Plusieurs espèces de manchots avaient cohabité dans cette zone. Caroline Acosta, chercheur au muséum de La Plata, en Argentine, avait expliqué au New Scientist que cette époque avait été « un moment merveilleux pour les manchots ». « 10 à 14 espèces vivaient ensemble le long de la côte de l’Antarctique ».

I.M. avec AFP

 
VOIR AUSSI