Le NDT1 de retour au Théâtre National de Chaillot

Après son grand succès en 2014 le Nederlands Dans Theater retourne au Théâtre National de Chaillot jusqu’au 30 juin, proposant aux spectateurs un vrai régal de perfection et de virtuosité.

La compagnie existe depuis 1958 mais a connu son apogée à partir des années 70 avec le chorégraphe tchèque Jirí Kylián. Le NDT1 ne cesse d’atteindre de nouveaux sommets avec Sol León et Paul Lightfoot anciens danseurs de la compagnie qui ont pris la relève dans les années 2000 et travaillent ensemble sur les chorégraphies jusqu’à aujourd’hui.

Sous le signe du Yin et du Yang

Safe as Houses, la chorégraphie signée par le tandem Sol León et Paul Lightfoot sur la musique de Jean-Sébastien Bach entame la soirée. Tout droit sorti du livre de Yi Jing ou livre des mutations, l’un des ouvrages chinois les plus anciens qui a inspiré de nombreux philosophes et psychologues occidentaux, Safe as Houses, propose une danse en noir et blanc inspirée de la symbolique du Ying et du Yang.

Safe as [email protected]

La chorégraphie se danse autour d’un mur blanc qui pivote comme les aiguilles d’une montre autour du cadran. Les danseurs, vêtus de costumes épurés comme leur parfaite gestuelle fluide, apparaissent et disparaissent à chaque rotation. La scène rappelle encore les changements cosmiques et les aléas du destin représentés par les 64 hexagrammes du Yi Jing.

Au moment des applaudissements, le rideau s’ouvre, le décor se lève tel un paysage à l’encre de Chine émergeant du chaos primordial.

In The Event (sur une composition originale d’Owen Belton) signée par la canadienne Crystal Pite, qui a été choisie par la critique comme personnalité chorégraphique de l’année, a été très attendue.

Sur scène, les danseurs semblent former un seul corps, le mouvement se propage d’un individu à l’autre, d’un membre à l’autre vers le corps entier, comme un mille pates géant, ou les ondulations qui vibrent à la surface de l’eau. Les ombres et les lumières transportent les spectateurs tantôt vers une île déserte tantôt vers une caverne dans laquelle on s’attend à trouver des rescapés d’un cataclysme ou les membres d’une tribu préhistorique.

Stop-Motion, de Sol León et Paul Lightfoot sur la musique de Max Richter a clôturé la soirée. Cette création poétique, mélangeant film et danse fait penser aux ballades anglaises ou aux légendes populaires. Le résultat est une magnifique chorégraphie à l’esthétique parfaite et mettant en valeur la beauté des danseurs et leur haute technicité.

Stop Motion @Rahi Rezvani

Info pratique :

Théâtre National de la Danse Chaillot

Nederlands Dans Theater 1

Sol léon et Paul Lightfoot/ Crystal Pite

Jusqu’au 30 juin

 

 
VOIR AUSSI