Le vol de la Malaysia Airlines a disparu il y a 3 ans. Récemment, un milliardaire chinois a relié sa disparition à un génocide

De surprenantes révélations relient le fameux vol de la Malaysia Airlines, qui a disparu il y a trois ans, à la tragédie des prélèvements forcés d’organes en Chine. On estime que d’innombrables innocents pratiquant la méditation du Falun Gong sont assassinés en masse depuis 1999 afin de prélever leurs organes. Selon un milliardaire chinois, la disparition de l’avion serait reliée à ce génocide.

Peinture « Prélèvements d’organes illégaux » de Xiqiang Dong (Centre des arts de la culture traditionnelle)

Un magnat de l’immobilier chinois basé à New York a fait récemment des révélations fracassantes sur la corruption existant au plus haut niveau en Chine. Selon lui, la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines serait intervenue pour couvrir le meurtre d’innocents perpétué en Chine par le Parti communiste chinois (PCC). Ces personnes sont tuées à la demande afin de prélever leurs organes, destinés, entre autres, aux hauts fonctionnaires du régime et à leurs proches.

Ce meurtre de masse a été allégué par plusieurs enquêteurs internationaux.

Selon le milliardaire, de nombreuses personnes ayant été témoins de ces activités illégales de prélèvements forcés d’organes, impliquant des responsables du PCC, se trouvaient dans le vol de la Malaysia Airlines. Sur les 239 personnes à bord, 153 étaient chinoises et toutes ont péri probablement.

Le milliardaire chinois Guo Wengui (Capture d’écran via YouTube / Guo Wengui)

Le milliardaire chinois Guo Wengui, qui vit aux États-Unis, a fait valoir que le vol MH370 de la Malaysia Airlines allant de Kuala Lumpur à Pékin, le 8 mars 2014, transportait des Chinois qui avaient fui la Chine en raison de leurs implications dans les crimes odieux de prélèvements d’organes. Ils revenaient en Chine après que le PCC les a persuadés de le faire – c’est alors que le vol a disparu.

(Sanjit Das / Bloomberg via Getty Images)

Dans une de ces affirmations, Guo a déclaré que cinq personnes avaient été tuées pour fournir des reins à Jiang Mianheng, le fils aîné de l’ancien leader du parti Jiang Zemin, à l’hôpital général militaire de Nanjing entre 2004 et 2008, rapporte The Vision Times.

« Lorsque Jiang Mianheng a subi sa série de transplantations rénales de 2004 à 2008 dans un hôpital de Nanjing, tout a été organisé en coulisse, avec la sélection des personnes dont les reins allaient être prélevés. Tout était organisé secrètement par Meng Jianzhu, par le Bureau Politique de Shanghai, les dirigeants du Comité des Lois et quelques chefs militaires travaillant ensemble », a déclaré Guo dans la vidéo traduite par China Digital Times et filmée dans son appartement de Manhattan.

Une reconstitution des prélèvements d’organes en Chine sur les pratiquants de Falun Gong, lors d’un rassemblement à Ottawa, au Canada. (Epoch Times)

Le médecin de transplantation rénale Li Leishi, directeur adjoint de l’hôpital et ayant effectué les transplantations, se serait ensuite « suicidé » en avril 2010. Le chirurgien impliqué dans les transplantations, le professeur Li Baochun, aurait aussi sauté du 12e étage du bâtiment Shanghai No.2 de l’hôpital militaire de l’Université de Shanghai, le 4 mai 2007. Guo soupçonne qu’il s’agit de meurtres pour dissimiler les preuves.

Meng Jianzhu avait des liens étroits avec l’ancien dirigeant du parti communiste Jiang Zemin. L’ancien dirigeant a perdu officiellement le pouvoir en 2002, mais en raison de ses connexions étendues au sein du régime, il a pu maintenir son contrôle sur de nombreux membres du parti. En juillet 1999, Jiang Zemin a instigué la persécution des pratiquants de Falun Gong, qui sont devenus ensuite la principale source d’organes pour les prélèvements forcés «secrets» réalisés par l’État chinois.

Les membres de la famille de Meng Jianzhu auraient également reçu des transplantations d’organes. Guo maintient que les personnes impliquées et leurs familles ont fui vers la Malaisie craignant pour leur vie, mais les autorités les ont convaincu de retourner en Chine. Ils étaient tous à bord du vol malheureux qui a disparu.

L’ancien dirigeant du Parti communiste chinois, Jiang Zemin, a instauré à lui seul la persécution brutale des pratiquants innocents du Falun Gong en 1999 en Chine. (Feng Li / Getty Images)

Le milliardaire chinois a tenu ces allégations au mois de septembre 2017 et il continue d’exposer la corruption au plus haut niveau du PCC. China Digital Times a déclaré que «le niveau d’opacité entourant la politique du parti en Chine rend impossible la vérification des faits de Guo».

Il n’est toujours pas clair pourquoi exactement ce magnat de l’immobilier s’est retourné contre le régime communiste, mais il est évident que Guo a ses propres griefs. Selon The Epoch Times, à la fin de 2014, les affaires de Guo ont mal tourné, ce qui a entraîné l’arrestation de son ancien officier de l’intelligence chinoise, Ma Jian, ce qui l’a incité à fuir le pays.

Les actifs de Guo d’une valeur de 70 milliards de dollars en Chine ont été gelés et certains membres de sa famille et leurs employés ont été emprisonnés, rapporte le Washington Free Beacon. Guo a demandé l’asile politique aux États-Unis, craignant pour sa vie.

Mais Guo n’est pas le seul à avoir exposé ce génocide odieux.

Ethan Gutmann, un journaliste d’investigation – nommé pour le prix Nobel de la paix de 2017 pour ses efforts inlassables pour exposer le commerce massif de prélèvements d’organes en Chine visant principalement les pratiquants de Falun Gong – a aussi exposé ce meurtre de masse perpétué et entièrement financé par le PCC. Il a fourni des preuves irréfutables de ces crimes horribles contre l’humanité, qui se déroulent encore aujourd’hui en Chine – malgré les nombreux dénis du régime chinois.

David Kilgour (G) avec David Matas (C) et Ethan Gutmann (D), auteurs de « Bloody Harvest / The Slaughter: a Update » (Prélèvements meurtriers / Le Massacre: mise à jour). (Simon Gross / Epoch Times)

Un rapport actualisé de Gutmann avec l’avocat des droits de l’homme David Matas et l’ancien député du Parlement canadien, David Kilgour, met en évidence les programmes de prélèvements d’organes dans 146 hôpitaux officiels chinois de transplantation.

« La conclusion que nous évoquons est que le régime chinois prétend faire 10 000 transplantations par an, ce qui le place au deuxième rang mondial, mais en réalité, ils sont au premier rang mondial, car ils font entre 60 000 à 100 000 par an », a déclaré Gutmann.

La grande majorité de ces organes proviennent des prisonniers d’opinion, pratiquants de l’ancienne pratique de la méditation connue sous le nom de Falun Gong. Ces personnes sont littéralement assassinées pour leurs organes.

Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong) est un système de méditation basé sur les principes universels de la vérité, de la compassion et de la tolérance. Il a été présenté au public par M. Li Hongzhi en 1992 en Chine. Actuellement, il est pratiqué par plus de 100 millions de personnes dans 114 pays. Mais ce système de méditation pacifique est brutalement persécuté en Chine depuis 1999. Pour plus d’informations, visitez le site: www.FalunDafa.org et www.FalunInfo.org.

Version anglaise

 
VOIR AUSSI