Les pays démocratiques doivent « agir de façon musclée » et s’opposer à l’ingérence de Pékin

Un éminent universitaire australien a exhorté les pays démocratiques à « agir de façon musclée » face à l’ingérence du Parti communiste chinois (PCC).

Dans l’interview accordée à China Uncensored (ci-dessous), le professeur Clive Hamilton, auteur du récent livre Silent Invasion (Invasion silencieuse), a démontré que Pékin mène des opérations d’influence globale en Australie ainsi que dans ses différentes institutions.

Le professeur Hamilton a souligné qu’en faisant des recherches pour son livre, il était constamment étonné par l’ampleur des opérations du régime chinois.

« Rien n’est sacré. Aucun domaine de la société, de la politique ou de la culture australienne n’est épargné de l’influence [du PCC] s’il trouve que c’est opportun », a-t-il précisé.

Clive Hamilton a souligné que les démocraties libérales, comme l’Australie et d’autres démocraties occidentales, doivent mieux se protéger et préserver leurs libertés contre les actions du PCC.

« Les démocraties libérales doivent agir de façon musclée – je veux dire qu’il y a une vraie menace pour les valeurs fondamentales d’une démocratie libérale [qui est] menée par de très forts intérêts économiques provenant de la République populaire de Chine », a-t-il martelé.

« Je pense que nous, dans nos démocraties libérales, devrions prendre une décision fondamentale – une décision que nous n’avons pas été contraints de prendre pendant des décennies – et décider combien sommes-nous prêts à payer pour notre liberté. »

La publication de Silent Invasion survient au moment où des préoccupations au sujet de l’influence du PCC augmentent dans la société australienne et dans la Nouvelle-Zélande voisine.

Le professeur Hamilton a expliqué qu’il a écrit Silent Invasion dans le but d’avertir ses compatriotes de ce que Pékin était en train de faire dans son pays.

« J’ai écrit ce livre pour éveiller les Australiens à ce qui se passe, pour leur donner une image complète de la nature de ces opérations et, plus particulièrement, pour expliquer pourquoi le PCC cible l’Australie de cette façon », a-t-il commenté. « On a vraiment besoin d’un changement social, d’un changement politique, qu’il faut entreprendre en réponse à ce que je vois – et que beaucoup d’autres voient – comme un très grave problème réel en Australie. »

Dans son livre, Clive Hamilton décrit un large éventail d’opérations qui sont menées en Australie à la fois par le PCC et par ses agents d’influence.

« Ils ont essayé d’influencer – avec beaucoup de succès – toutes les grandes institutions australiennes, du domaine politique aux médias, en passant par le milieu des affaires et, bien entendu, les universités », souligne-t-il.

Avant d’être publié, le livre du professeur Hamilton a reçu une large couverture médiatique lorsque la maison d’édition Allen & Unwin l’a laissé tomber par crainte de représailles du régime chinois.

Allen & Unwin avait été enthousiaste au sujet de Silent Invasion jusqu’au jour où M. Hamilton a reçu leur appel téléphonique annonçant qu’ils n’allaient pas le publier.

« Ils l’ont fait parce qu’ils avaient peur des représailles de Pékin », explique-t-il, ajoutant : « J’ai pensé que, bien qu’importune, c’était une excellente justification de l’argument central de mon livre. »

Silent Invasion a été finalement publié en février dernier par l’éditeur Hardie Grant. Un mois plus tôt, des sources internes ont confié à 9 NEWS que, selon un répertoire secret de contre-espionnage de différents pays, la Chine figurait en tête de la liste des agences d’espionnage en Australie et était considérée comme la plus grande menace à la sécurité nationale de ce pays.

Regardez ci-dessous le programme de China Uncensored émis en novembre 2017 sur les problèmes rencontrés avant que Silent Invasion puisse être publié.

James Burke – Vision Times

Version originale

 
VOIR AUSSI