L’Europe va-t-elle mettre fin au changement d’heure ?

Les députés européens devraient adopter une résolution, ce jeudi à midi, destinée à mettre fin au changement d’heure bisannuel dans l’Union Européenne. La France serait alors à l’heure GMT (Greenwich Mean Time) + 1 toute l’année.

Jeudi midi, le Parlement européen en réponse à des initiatives et pétitions citoyennes qui évoquent les préoccupations en termes de santé liées à ses effets, doit adopter une résolution qui pourrait bien changer la vie des 510 millions d’Européens, dont 67 millions de Français. Il s’agit de mettre un terme au changement d’heure deux fois par an.

 Résolution appliquée dans toute l’Europe

 La Commission européenne sera ensuite invitée à s’emparer du sujet, pour convaincre les dirigeants des 28 États membres.

Le changement d’heure, qui s’applique simultanément dans toute l’Europe les derniers dimanches de mars et d’octobre, est régi par la directive européenne sur les dispositions relatives à l’heure d’été.

Un système unifié dans toute l’UE devrait être maintenu en cas de disparition du changement d’heure, précise le texte.

Le changement d’heure a été instauré en France en 1976, au début du quinquennat de Valéry Giscard-d’Estaing. L’objectif était de réaliser des économies d’énergie en passant à « l’horaire d’été » au début du printemps en avançant sa montre d’une heure, avant de rebasculer en « horaire d’hiver », le dernier dimanche d’octobre.

Dans l’UE, de plus en plus de pays souhaitent revenir sur ce changement d’heure bisannuel. En Pologne, une commission parlementaire a déjà voté pour sa suppression.

Selon les comptes d’Éléonore Gabarain, présidente de l’association contre l’heure d’été double, « la Finlande, la Hongrie, la République Tchèque et les pays baltes sont eux aussi très sceptiques par rapport au système ». Dans le monde, une dizaine de pays y ont renoncé au cours de la dernière décennie, dont la Turquie en 2016.

Le changement d’horaire n’est imposé à aucun pays

Une directive de 1997 fixe seulement les dates auxquelles les États membres doivent changer d’heure, afin de ne pas perturber les transports, les communications et les échanges au sein de l’Union.

Les pays sont libres d’y renoncer, mais à condition d’avertir plusieurs années à l’avance les autres pays membres. Pour cette raison, la demande de la Lituanie a été rejetée il y a quelques années.

Du côté des citoyens européens, les Allemands seraient favorables à la suppression de ce changement d’heure à 73 % et les Espagnols à 85 %. Les Français sont, eux, plus partagés.

Les suicides en hausse lors du changement d’heure

En 2016, l’équipe finlandaise du Docteur Jori Ruusskanen, de l’université de Turku, a ainsi constaté qu’au cours des deux jours qui suivent le passage à l’heure d’été, le taux global d’accidents vasculaires cérébraux était de 8 % plus élevé.

Le service de recherche du Parlement européen a aussi compilé les avis de récents prix Nobel de médecine sur la puissance du biorythme humain. 20 % des personnes souffriraient de problèmes de santé lors du brutal changement d’heure, et principalement les enfants.

Enfin, des organismes européens de sécurité routière notent une augmentation des accidents de piétons, le soir, après le retour à l’heure d’hiver.

De nombreux rapports médicaux tendent aussi à démontrer un lien de causalité entre le changement d’heure, la consommation de somnifères et le taux de suicides. C’est ce dernier qui a poussé la Russie à abandonner le passage à l’heure d’été, en 2011.

En 2015, la Commission européenne a reconnu des problèmes possibles de santé. Concernant le gain d’énergie, la dernière étude date de 2010.

 

 

 
VOIR AUSSI