L’ex-Marine américain propose une solution à la crise de la Corée du Nord

Le lundi 11 septembre, les dirigeants mondiaux ont renforcé les sanctions contre la Corée du Nord dans le but de dissuader le dictateur de ce régime communiste de développer des armes nucléaires.

Toutefois, il n’y a toujours pas de consensus sur la manière d’empêcher Kim Jong-un de poursuivre sa quête des armes de destruction massive. Une possible solution tweetée la semaine dernière par un ancien commandant des forces spéciales de la marine américaine (Navy SEAL) est si ingénieuse que les Nations Unies pourraient même vouloir la considérer.

Lorsque l’ancien Marine Jocko Willink a été interrogé sur la façon dont le problème de la Corée du Nord devrait être abordé, il n’a pas proposé une stratégie militaire ou une frappe chirurgicale visant à éliminer Kim Jong-un. Au lieu de larguer des bombes sur le pays, Willink a proposé de larguer des iPhone. Vingt-cinq millions d’iPhone.

« Larguez-leur 25 millions d’iPhone et mettez les satellites avec un wifi gratuit au-dessus de leurs têtes », a tweeté Willink le 7 septembre dernier.

Après deux essais nucléaires en 2016, Pyongyang a procédé à un essai de la bombe H et 14 tirs de missiles balistiques en 2017, dont deux intercontinentaux. (STR/AFP/Getty Images)

Bien que l’idée elle-même semble être contraire à la logique et tirée par les cheveux, Yun Sun, expert sur la Corée du Nord, a déclaré à Business Insider que son idée de base pourrait bien jouer.

« Kim Jong-un comprend que dès que la société s’ouvrira et que les Nord-Coréens se rendront compte de ce qu’ils manquent, le régime de Kim ne sera plus viable et sera renversé », a expliqué Yun Sun.

En conséquence, Kim fera tout ce qu’il peut pour faire échouer un plan semblable à celui de Willink.

Dans le passé, la Corée du Sud a déjà mis en œuvre une idée semblable à une échelle plus réduite, envoyant dans l’air de la Corée du Nord des ballons avec des DVD et des brochures. Le régime nord-coréen a répondu par des actions militaires, craignant que son image parmi ses propres citoyens ne s’effondre une fois qu’ils auront découvert la prospérité des sociétés libres.

Toutefois, larguer 25 millions d’iPhone sur la Corée du Nord pourrait aussi avoir un inconvénient car, en principe, cela « récompenserait une dictature nucléaire illégitime » qui a « commis des crimes massifs contre son peuple dans le domaine des droits de l’homme », a estimé Yun Sun.

La Corée du Nord est un bon exemple des ravages qu’un régime communiste en phase avancée inflige à son peuple. Le pays est parsemé de camps de concentration du travail forcé où, selon le Comité des droits de l’homme en Corée du Nord, environ 400 000 personnes auraient trouvé la mort. Kim Jong Un exerce un contrôle absolu en cultivant un culte de la personnalité et en tuant et emprisonnant toute personne qu’il juge comme une menace à son régime.

LIRE AUSSI : L’idéologie tordue des leaders suprêmes de la Corée du Nord

En conséquence, si l’envoi de millions de « cadeaux » de haute technologie à la Corée du Nord peut provoquer un soulèvement populaire, cela pourrait aussi se retourner contre la population si la plus grande partie de la technologie est saisie et « utilisée premièrement par le gouvernement », a fait entendre Yun Sun.

Cette photo, publiée par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, montre le dictateur nord-coréen Kim Jong-un rencontrant des scientifiques et des techniciens du domaine de la recherche sur les armes nucléaires, à Pyongyang, le 9 mars 2016. (Reuters/KCNA/ File Photo)

Cependant, malgré cet inconvénient, un tel plan semble être meilleur que d’autres options, du moins en théorie.

« Ils ne vont pas dénucléariser tant que leur régime et la société ne changeront pas », a martelé Yun Sun, avant d’ajouter : « Une telle approche représente peut-être une voie plus longue, mais elle donne l’espoir de réussir. »

Version anglaise : Navy SEAL Tweets Solution to North Korea Crisis, It Might Just Work

 
VOIR AUSSI