L’industrie pharmaceutique est priée de réduire la pollution à la source des super-bactéries

La décharge des usines qui produisent des antibiotiques est un foyer de développement des «super-bactéries», selon un rapport publié le 19 octobre par l’organisation de défense de l’environnement Changing Markets.

Les super-bactéries sont des bactéries qui ont développé une résistance aux antibiotiques. Cette résistance aux antimicrobiens (RAM) est une préoccupation majeure de la santé mondiale, avec la hausse au niveau du VIH et du virus Ebola. C’est devenu le quatrième problème de santé lors de l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 septembre.

Un communiqué de l’ONU publié après la réunion a résumé la gravité du problème: « Les infections courantes et mortelles telles que la pneumonie, la gonorrhée et les maladies post-opératoires, ainsi que le VIH, la tuberculose et le paludisme sont de plus en plus difficile à traiter à cause de la RAM. »

Alors que les deux principales causes de la RAM sont (1) la consommation humaine excessive d’antibiotiques et (2) l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage de bétail. Les leaders de l’industrie pharmaceutique sont de plus en plus poussés à traiter en urgence la pollution liée à la fabrication de ces médicaments en tant que troisième cause majeure.

Avant l’Assemblée générale, 13 grandes entreprises, y compris les compagnies pharmaceutiques américaines Pfizer, Merck & Co., et Johnson & Johnson ont annoncé leur engagement à combattre la RAM. Au sommet de leur liste se trouvait «examiner nos propres chaînes de fabrication et d’approvisionnement pour évaluer les bonnes pratiques dans le contrôle des rejets d’antibiotiques dans l’environnement. »

Ils ont l’intention d’établir un cadre commun pour la gestion des rejets d’antibiotiques et de le mettre en pratique d’ici 2018.

Évolution des marchés a identifié Pfizer comme l’une des entreprises américaines contrevenantes à cause de leurs usines en Inde et en Chine. Le rapport a également identifié les sociétés pharmaceutiques américaines McKesson et CVS Health comme responsable de la RAM. Ces sociétés, ainsi que toutes les entreprises américaines et européennes ont été appelées à nettoyer leurs chaînes d’approvisionnement.

Environ 80 % des ingrédients pharmaceutiques actifs dans les médicaments américains proviennent de l’étranger, principalement de l’Inde et la Chine.

Jennifer Nelson, porte-parole de McKesson, a dit à Epoch Times par courriel: «McKesson comprend que la protection de l’intégrité de la chaîne d’approvisionnement est d’une importance cruciale pour la santé mondiale, ainsi que pour notre entreprise. … Nous sommes conscients des réclamations contre certains de nos fournisseurs et examinons activement la question. Nous prendrons des mesures si nécessaire. » CVS Health n’a pas répondu à nos sollicitations.

Les deux sociétés source Aurobindo Pharma, basée à Hyderabad, en Inde, qui à cause de l’évolution des marchés ont été identifiées comme faisant partie des pires délinquants. La société a bénéficié d’environ 800 % de croissance au cour de la dernière décennie, son plus grand marché (55 %) étant les États-Unis, selon le rapport.

Une photo d'une usine de produits pharmaceutiques Aurobindo en Pydibhimavaram, en Inde. (Avec l’aimable autorisation de marchés en mutation)
Une photo d’une usine de produits pharmaceutiques Aurobindo en Pydibhimavaram, en Inde. (Avec l’aimable autorisation de Changing Markets)

Environ 80 % des ingrédients pharmaceutiques actifs pour les médicaments américains proviennent de l’étranger, principalement de l’Inde et de la Chine, selon l’Institut de médecine.

LIRE AUSSI :

Les super-bactéries ne connaissent pas de frontières. Elles se propagent facilement à partir des effluents de l’usine en Inde vers le reste du monde. Les super-bactéries peuvent se disséminer grâce aux voies navigables du pays, terres agricoles et l’eau potable pour le bétail et les gens. Elles peuvent facilement s’accrocher aux personnes ou aux marchandises pour voyager à l’étranger.

Le rapport a abordé une autre préoccupation émergente dans la propagation de ces super-bactéries: l’élimination des déchets solides des fabricants de produits pharmaceutiques chinois, y compris les résidus d’antibiotiques, en faisant en engrais. Ainsi les antibiotiques sont étalés sur le sol sur de larges étendues.

« Alors que les experts considèrent cela comme très problématique du point de vue de la santé humaine et l’environnement, l’absence de lois ou de règlements spécifiques couvrant les engrais fournit aux entreprises un vide juridique qu’elles ne sont que trop désireuses d’exploiter », indique le rapport.

Sur les 34 sites testés, 16 se sont révélés contenir des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Dr. Mark Holmes de l’Université de Cambridge a étudié la concentration des antibiotiques et des super-bactéries dans certains cours d’eau indiens en prenant en compte l’évolution des marchés pour. Sur les 34 sites testés, 16 se sont révélés contenir des bactéries résistantes aux antibiotiques. Holmes a conclu, comme l’ont fait plusieurs autres études au cours des dernières années, que les déchets pharmaceutiques contribuent fortement au développement des super-bactéries dans les cours d’eau de l’Inde.

Des chercheurs de l’Université de la Suède de Göteborg en 2014 ont mené une autre étude avec des résultats similaires. Ils ont constaté que le lac Kazipally en Inde, est affecté par le déversement de déchets pharmaceutiques, hébergeant 81 types de gènes résistant contre « pratiquement chaque classe majeure d’antibiotiques ». C’est un niveau de la RAM 7 000 fois plus important que celui d’un lac en Suède testé à titre de comparaison.

Les marchés en mutation étudiés dans le rapport ont non seulement mis en évidence le problème de la pollution par les usines pharmaceutiques en Asie, mais a également étudié en détail les chaînes d’approvisionnement d’Asie, d’Amérique et en Europe. Il a appelé à une plus grande transparence, car il était difficile, et dans de nombreux cas impossible, de trouver les liens dans les chaînes d’approvisionnement à l’aide de données accessibles au public.

Chaque année aux États-Unis, 2 millions de personnes tombent malade à cause des super-bactéries et 23 000 en meurent. (Crédits Greentea Latte/Shutterstock)

Au-delà des frontières de la FDA aux États-Unis

La Food and Drug Administration (FDA) américaine envoie des inspecteurs aux usines pharmaceutiques indiennes et chinoises, et a fait de grands progrès pour régler ces problèmes, bien que beaucoup subsistent.

Rien qu’en 2015, la FDA a émis des avis de non-conformité à 80 sites de production chinois. Un tel avis se traduit généralement par une interdiction d’importation.

Dans un courriel à Epoch Times, la FDA a déclaré: « Les médicaments approuvés pour la commercialisation aux États-Unis sont tenus aux mêmes normes de qualité, indépendamment de leur lieu de fabrication. Notre examen de l’application de ces normes et l’inspections des sont effectuées avec la même rigueur indépendamment de l’emplacement géographique du fabricant ».

Toujours selon la FDA, les inspecteurs tiennent compte de la façon dont les entreprises gèrent leurs déchets selon les prescriptions générales applicables au processus de fabrication, tels que « Ordures et déchets organiques sont stockés et éliminés dans des conditions de temps opportunes et sanitaires » (21 CFR 211,56).

Comme le taux de décès à cause de la RAM, l’ancien député Henry Waxman et le Sous-secrétaire au ministère de la Santé et des Services sociaux, Bill Corr, travaillent sur une campagne pour encourager les entreprises américaines à assainir leurs chaînes d’approvisionnement. Ils encouragent également la FDA à mettre la pression sur les autorités en Inde et en Chine pour renforcer les réglementations locales.

À l’échelle mondiale, environ 700 000 meurent chaque année, et il est prévu que ce nombre passe à 10 millions par an d’ici 2050. (Crédits Funnyangel / Shutterstock)

Chaque année aux États-Unis au moins 2 millions de personnes tombent malades à cause des super-bactéries, et au moins 23 000 en meurent, selon les Centers for Disease Control. À l’échelle mondiale, environ 700 000 meurent chaque année, selon un rapport commandé par le gouvernement britannique ce printemps, et il est prévu que ce nombre passe à 10 millions par an d’ici 2050.

Version anglaise : Big Pharma Pressured to Clean Up Pollution That Creates Superbugs

 
VOIR AUSSI