Le nombre d’or, proportion divine de la vie

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Faites nous part de vos idées sur ces sujets, parfois controversés.

Il existe depuis les temps anciens un nombre magique, ayant aussi bien attiré les artistes de la Grèce antique et de la Renaissance que les astronomes du XVIIe siècle ou les architectes modernes faisant un usage intensif du nombre d’or. Le nombre d’or (le ratio φ =  1,61803399) a des propriétés mathématiques uniques, et sa proportion est omniprésente dans la nature. Il est la caractéristique d’une forme esthétique parfaite.

La fascination des antiques et des modernes pour le nombre d’or

Le nombre d’or, aussi connu comme proportion divine, est représenté par la lettre grecque Φ (phi).

Le nombre d’or présent sur le David de Michel-Ange, une sculpture respectant fidèlement les proportions humaines.

D’un point de vue mathématique ou artistique, lorsque le nombre d’or est défini comme l’unique rapport a/b entre deux longueurs a et b comme la somme a + b des deux longueurs sur la plus grande (a) soit égale à a/b ( c’est à dire le ratio rendant possible l’équation (a+b)/a = a/b)). On obtient un nombre irrationnel unique : (1+√5)/2 égal approximativement à 1,61803399.

Dans l’espace à 2 dimensions, la représentation du nombre d’or apparaît comme une spirale logarithmique, avec une une série de carrés et d’arcs plus petits, chaque paire de carrés et de spirales formant le plus grand « triangle d’or ».

Ce nombre se retrouve dans tous les motifs en forme de spirale de la nature, et sa proportion est présente dans le corps humain lui-même. Derrière ces simples spirales et carrés se cachent des lois universelles plus profondes alors les anciens scientifiques l’ont qualifié de nombre « d’or » et « divin ».

L’astrophysicien contemporain Mario Livio indique que de grands mathématiciens de la Grèce antique comme Pythagore et Euclide ont consacré beaucoup de temps à l’étude du nombre d’or et de ses caractéristiques inhérentes. Mais cette simple proportion fascinante n’est pas réservée aux mathématiciens. Les biologistes, les artistes, les musiciens, les historiens, les architectes, les psychologues et même les mystiques et les penseurs réfléchissent également à la portée universelle de ce nombre, son origine et ses applications.

Le nombre d’or dans l’histoire

Depuis plus de 2400 ans, les intellectuels de différents domaines de la recherche sont attirés par le nombre d’or. Les plus anciennes traces connues de l’utilisation de cette proportion dans l’architecture se trouvent sur le Parthénon, construit entre 447 et 442 av. J.C.  Certains considèrent que les origines de son utilisation remontent à une période plus ancienne, les anciens Égyptiens s’étant penchés sur les propriétés uniques des nombres.

La proportion divine du Parthénon d’Athènes

Selon des recherches historiques, les Égyptiens considéraient le nombre d’or comme un nombre sacré. Il était ainsi une représentation très importante dans le domaine religieux. Les tombeaux et les temples utilisaient ainsi ce nombre dans leur construction. Ils ont aussi utilisé le nombre d’or comme critère esthétique pour la beauté. Leur système d’écriture et le positionnement de leur temple l’employaient également. Les anciens Égyptiens le qualifiaient alors de « proportion divine ».

Le nombre d’or dans la nature

Le nombre d’or est l’une des formes les plus impressionnantes que la nature est capable de générer. Par exemple, l’angle entre le tronc d’un arbre et ses branches se rapporte au nombre d’or. On peut également distinguer des traces du nombre d’or dans le squelette humain ou animal, ainsi que dans les vaisseaux sanguins ou aux embranchements nerveux. Même la géométrie des composés chimiques reproduit la proportion de ce nombre. Le nombre est présent dans son essence dans tout l’environnement naturel, y compris dans le corps humain. Le psychologue allemand Adolf Zeising le qualifie ainsi de « loi universelle ».

En raison de l’unicité du nombre d’or, beaucoup le considèrent comme sacré ou comme un don du ciel représentant la beauté et la profondeur de la vie. La proportion divine se cache selon eux derrière l’harmonie de toutes choses, tout en illustrant la continuité entre elles.

La vidéo suivante présente la proportion divine du corps humain :

 
VOIR AUSSI