« Notre esprit dépend d’une conscience universelle »

L’univers est rempli de mystères qui remettent en question notre savoir actuel. Dans la série « Au-delà de la science », Epoch Times rassemble des récits à propos de ces phénomènes étranges pour stimuler notre imagination et nous amener à découvrir des horizons insoupçonnés. Sont-ils vrais ? À vous de décider.

J’ai l’honneur d’interviewer le Dr. Larry Dossey au sujet de son dernier livre, One Mind (Esprit Universel).

Larry est l’un des pères de la médecine holistique et pour moi un mentor.

Dr. Lipman : De quoi traite votre livre ?

Dr. Larry Dossey :  Son sujet est la nature de notre esprit. Je montre que notre esprit ne se limite pas à notre cerveau ou notre corps, comme nous l’avons appris, mais il s’étend infiniment à l’extérieur. Notre esprit n’a pas de frontière ou limite, et fusionne donc avec tous les autres esprits pour former ce que j’appelle l’Esprit Universel. Cet esprit supérieur semble infini dans le temps, et est donc immortel et éternel. C’est aussi une grande source de sagesse et de créativité. Cette image se base sur de nombreuses données ainsi qu’une diversité d’expériences de personnes, que j’explore en profondeur dans le livre.

Fondamentalement, le livre traite de la taille de notre esprit – qu’il soit petit, moyen, grand, très grand ou même infini dans son étendue.

C’est sur comment nos esprits individuels ne sont pas juste individuels, mais connectés dans un Esprit Universel.

C’est sur nos relations – comment nos esprits sont connectés l’un à l’autre et avec toute vie sur terre, et pourquoi cela est crucial pour notre survie.

Je dis que vous, votre époux ou épouse, vos enfants, vos frères et sœurs, votre amour, vos ancêtres, vos descendants, même votre belle-mère et votre chien et chat, tous font partie d’une conscience plus grande : l’Esprit Universel.

Durant le XXème siècle nous prenions l’esprit à part. Je le remets dans un ensemble.

On nous a appris que notre esprit était fragmenté, qu’il était divisé en préconscient, subconscient, inconscient et en conscience collective. Ce livre regarde de l’autre côté du télescope. Il montre que nos esprits individuels font partie d’un plus grand tout, une dimension de conscience comprenant tous les esprits – passé, présent et futur, les humains aussi bien que les non-humains.

Dr. Lipmant : Pourquoi cela est-il important ?

Dr. Larry Dossey : Cette prise de conscience est notre meilleur espoir pour notre survie sur Terre. Ce n’est qu’en prenant conscience, au niveau émotionnel le plus profond, de nos connexions avec les autres et la Terre elle-même que nous pouvons rassembler le courage nécessaire pour faire les choix difficiles qui sont nécessaires pour survivre. Ce livre traite donc de rester en vie – sauver la Terre et nos propres peaux.

Alice Walker a dit un jour « tout ce que nous aimons peut être sauvé » – comprenant, je suggère, la Terre elle-même, nous-mêmes, nos enfants et les générations à naître. L’Esprit Universel facilite notre connexion et notre unité avec tout autre chose, et ainsi notre amour pour tout autre chose. L’Esprit Universel nous aide à re-sacraliser le monde.

Comment savons-nous que l’Esprit Universel existe ? Les indices sont tout autour de nous. Ce n’est pas de la simple philosophie. De temps en temps, nous expérimentons tous des événements n’ayant du sens que si nous sommes connectés mentalement l’un à l’autre.

L’amour d’une mère pour son bébé est une recherche dans l’unité, dans laquelle les frontières et l’isolement sont dépassées. Quiconque ayant vécu profondément des expériences avec l’amour a vécu la même chose : une fusion de deux personnes dans laquelle le concept de « l’autre » est mis de côté. La récente augmentation de l’intérêt dans la généalogie, l’étude des origines d’une famille, peut être vu comme une tentative de restaurer des connections et un appel pour l’unité.

De plus, les gens échangent souvent des idées, des émotions et même des sensations physiques à distance. Cela est particulièrement vrai entre des personnes étant émotionnellement proches. L’exemple classique est une mère « sachant » que son enfant est en danger, même de loin – comme si la mère et son enfant avait un esprit commun, une conscience commune.

Un exemple : des personnes gagnent souvent une connaissance des choses de façons inexplicables. Le grand inventeur Thomas Edison a dit un jour : « Je n’ai jamais rien créé. J’ai des impressions de l’Univers dans son ensemble et je les travaille. »

Selon Larry Dorsey, l’expérience de l’Esprit Universel implique une appréhension directe de l’univers comme un être universel sans frontières ou divisions à l’intérieur.

Un autre exemple : des savants, étant souvent profondément handicapés mentalement, ne pouvant pas lire et étant incapables d’apprendre, démontrent une information détaillée qu’ils ne pourraient pas avoir possiblement appris. D’où cela vient-il ? Je suggère qu’ils se connectent avec un réservoir de sagesse qui est l’Esprit Universel.

Certaines personnes ont souvent des rêves détaillés des événements futurs, ce à quoi j’ai dédié un livre entier, La Science des prémonitions.

Les expériences de mort imminente sont un portail vers l’Esprit Universel. Dix millions d’Américains ont vécu une EMI. Le point commun de ces expériences est un sens d’unité avec tout ce qui est – une prise de conscience si profonde que leur vie en est transformée après leur rétablissement.

Je parle d’une grande diversité d’expériences de ce genre. Il n’est simplement pas possible que des événements comme ceux-ci puissent être expliqués par la vision conventionnelle selon laquelle notre esprit est confiné à notre cerveau, que nous n’acquérons de l’information qu’à travers nos sens physiques, et que nos esprits sont séparés de tous les autres esprits. Une vision plus grande de la conscience est nécessaire – ce que j’appelle l’Esprit Universel.

Tout montre que notre esprit n’est pas limité à notre cerveau et notre corps. Et s’il n’est pas limité ou confiné à des endroits spécifiques dans l’espace, nos esprits individuels doivent alors être liés d’une certaine façon ensemble – encore, comme je le suggère, dans l’Esprit Universel.

Les bénéfices sont énormes. Si nos esprits individuels n’ont pas de frontières et se mélangent avec tous les autres esprits, cela veut dire que nous avons accès à toute la créativité et la sagesse possible. Et comme l’Esprit Universel est infini non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps, il doit être immortel d’une certaine façon. La vision de l’Esprit Universel nous fournit donc une certitude indirecte de la survie du corps après la mort.

Dr. Lipman : Comment vous est venu cette idée ?

Dr. Larry Dossey : Le concept d’Esprit Universel existe depuis longtemps. On peut le tracer à 3000 ans avec la philosophie de l’Inde ancienne, où il s’appelait les Annales akashiques. Il se retrouve dans le concept hindou d’union de l’homme et du divin : Tat Tvam Asi de « Tu es Cela ».

De nombreuses traditions honorent l’expérience de l’Esprit Universel. Il a été appelé satori dans le Zen, samadhi dans le Yoga, fana dans le Soufisme, et la conscience du Christ dans la Chrétienté. D’autres termes comprennent la conscience cosmique, l’illumination, l’éveil, et ainsi de suite. L’expérience de l’Esprit Universel, peu importe comment il est nommé, implique une appréhension directe de l’univers comme un être universel sans frontières ou divisions à l’intérieur. Tout est connecté avec tout le reste. La partition et la séparation sont des illusions. Comme le note le psychologue Lawrence LeShan : « Il n’y a pas de séparation entre des entités, que ce soit par le temps ou l’espace. L’univers tout entier est perçu comme ‘un tout sans un autre’. L’expérience porte en elle le sens qu’une personne a appréhendé une vérité inéluctable. » (Source : Lawrence LeShan, Landscapes of the Mind. Guilford, CT:  Eirini Press;  2012: 91).

Il y a des allusions à cette idée dans le Nouveau Testament. Saint Paul parle « d’une paix de Dieu dépassant toute compréhension ». Comme le remarque le mythologue Josheph Campbell, Jésus affirme que le royaume des cieux est à l’intérieur. Qui est aux cieux ? Dieu. Cela veut dire, indique Campbell, que Dieu est dans chaque personne – infini, sans limite, immortel, un.

L’idée d’inconscient collectif du psychologue suisse Carl Jung est une version de l’Esprit Universel.

William James, le fondateur de la psychologie américaine, était partisan d’un esprit collectif et unique.

Les transcendantaux américains ont évoqué le concept d’un Esprit Universel – l’idée d’Emerson d’une âme supérieure.

De nombreux grands scientifiques dans différents domaines ont approuvé cette idée. Elle a fait surface dans la physique moderne avec les écrits du gagnant du prix Nobel Erwin Schrödinger, dont les équations d’ondes reposent au cœur de la physique quantique. L’éminent physicien David Bohm a également fortement soutenu l’idée d’un seul esprit supérieur comprenant tous les esprits individuels.

L’idée de l’Esprit Universel a donc commencé il y a un millénaire et persiste jusqu’à ce jour, et est soutenu par certaines des figures les plus reconnues de la science moderne et de la psychologie.

Dr. Lipman : Vous êtes médecin. Cela a-t-il quelque chose à faire avec votre intérêt pour l’Esprit Universel ?

Dr. Larry Dossey : Oui, certainement. Au début de ma carrière d’interniste, j’ai vécu plusieurs événements qui ont totalement changé mes vues sur la conscience. J’ai trouvé ces expériences déconcertantes.

J’étais un croyant typique de l’idée selon laquelle l’esprit et le cerveau sont la même chose. Mais lorsque j’ai commencé à expérimenter des rêves précognitifs, obtenant de l’information sur le futur avant qu’un événement n’arrive, j’ai commencé à remettre en question le dogme disant que ces événements ne pouvaient pas arriver. Ce n’était pas juste moi, mes patients, des infirmières aussi bien que d’autres médecins m’ont tous fait part d’expériences similaires.

À la fin des années 1980, des expériences ont commencé à être publiées dans des revues médicales concernant l’impact des intentions guérisseuses et des prières sur l’état clinique des patients dans des hôpitaux distants et des unités de soins coronariens. Des expériences semblables ont été réalisées sur des non-humains et avec des organes et des cellules. Nos intentions, nos pensées et nos souhaits peuvent dépasser le corps et faire une différence dans « le monde extérieur ».

Différentes évaluations de ce domaine ont été publiées, appelées systématiques ou méta-analyses. C’est une façon de combiner les résultats de nombreuses études de façon à considérer l’ensemble d’un domaine particulier. Beaucoup de ces analyses ont été publiées dans des revues évaluées par les pairs. La plupart d’entre elles sont positives, indiquant que ces effets sont réels. Pourtant, ils n’ont pas autant éveillé notre conscience qu’elles auraient dû.

Il est vital de se rendre compte – et cela est pratiquement toujours oublié par les sceptiques – que les résultats de ces expériences n’ont pas seulement des effets chez les hommes mais aussi chez les animaux, les plantes, les microbes, et même des réactions chimiques. Pourquoi est-ce important ? Les sceptiques avancent généralement que si une personne répond, par exemple, aux intentions guérisseuses d’un individu distant, cela serait un simple effet placebo – le résultat de la pensée positive, de la suggestion ou de l’attente. Mais si un animal, une plante, des microbes ou des réactions chimiques sont affectés, l’effet distant ne peut plus être rejeté comme un placebo car pour autant que nous le sachions, les animaux, les plantes, les microbes et les réactifs chimiques ne pensent pas positivement. Ils n’ont pas de réponse placebo. Ces études sur les non-humains suggèrent donc fortement que des intentions guérisseuses à distance et qu’un phénomène similaire non local est réel, et que nous ne nous trompons pas nous-mêmes.

Ce n’est qu’en prenant conscience, au niveau émotionnel le plus profond, nos connexions avec les autres et la Terre elle-même que nous pouvons rassembler le courage nécessaire pour faire les choix difficiles qui sont nécessaires pour survivre.

Des expériences diverses pointent vers l’Esprit Universel. Elles montrent qu’un certain aspect de notre conscience opère en dehors du cerveau humain et du corps, et ne peut être confiné ou limité, mais est non local ou sans limite. Et s’il est sans limite, l’esprit n’a pas de frontière et doit aller ensemble avec tous les autres esprits.

D’autres études appelées des expériences sur le « pré-sentiment » ou des expériences sur « l’anticipation consciente » montrent que nous pouvons acquérir de l’information du futur, avant même qu’un événement ne se déroule.

En recoupant ces données, il émerge une image non locale de la conscience, ce qui veut dire que nos esprits ne sont pas localisés ou confinés en des points particuliers de l’espace ou du temps. Et si nos esprits sont sans limite, ils doivent se rassembler en une certaine dimension pour former une seule entité : l’Esprit Universel.

Dr. Lipman : Cela semble assez radical, vous ne pensez pas ?

Dr. Larry Dossey : Je le pensais ainsi, mais plus maintenant. Des idées nouvelles en science, en art, en musique, en mathématiques, en éducation, etc. semblent souvent radicales lorsqu’elles sont proposées pour la première fois. C’est particulièrement vrai quand la conscience est concernée. Comme un sceptique l’a indiqué sur la conscience non locale et sans limite, « C’est le genre de chose que je ne croirais pas, même si c’était vrai ».

Le physicien Max Planck, principal fondateur de la physique quantique, a rencontré cette résistance. Il a déclaré que l’ancienne génération de scientifiques mourrait et que des individus plus jeunes et ouverts d’esprit prendraient leur place. La vision de Planck a été paraphrasée par « la science change de funérailles en funérailles ».

Un changement radical dans tout domaine rencontre pratiquement toujours une résistance.

C’est la même chose en science. Beaucoup de sceptiques semblent penser que les concepts conventionnels de la conscience sont gravés dans la pierre – ou dans le cerveau.

Mais de nouvelles perspectives sur la conscience se sont continuellement présentées dans l’histoire. Au XXème siècle nous avons vu un grand nombre de nouvelles idées sur la conscience – l’inconscient, le préconscient, le subconscient, et l’inconscient collectif. L’Esprit Universel est une version du conscient collectif, qui a été deviné par le grand psychologue Carl Jung, le psychologue William James, et beaucoup d’autres. Mais nous avons quelque chose que Jung et James n’avaient pas : de nombreuses données empiriques soutenant cette idée.

Dr. Lipman : Quelle différence la conscience de l’Esprit Universel a-t-elle faite dans votre propre vie ?

Dr. Larry Dossey : La conscience de l’Esprit Universel a énormément contribué à ma paix, ma tranquillité et mon bonheur.

Vous voyez, je suis introverti de nature, enclin à la solitude. La conscience de ma place dans l’Esprit Universel m’a aidé à dépasser ma tendance innée pour l’isolement. Je sens avoir trouvé une place plus authentique dans l’Univers. C’est un peu comme rentrer à la maison et se rendre compte que vous ne l’avez jamais quitté. C’est un sens d’appartenance, de trouver votre place naturelle dans le grand ordre des choses.

La grande peur humaine de la mort est écartée. En tant que médecin c’est important pour moi, car je crois que la peur de la mort et de l’annihilation ont causé plus de souffrance à travers l’histoire humaine que toutes les maladies physiques combinées. L’Esprit Universel réduit cette peur et la souffrance qui va avec. Pourquoi ? Car l’Esprit Universel appelle à l’immortalité par le moyen de notre infinitude dans l’espace et le temps.

La conscience de l’Esprit Universel a affecté la façon dont je me comporte avec les autres. Je suis devenu bien moins compétitif, donnant plus, soutenant plus, plus compréhensif des difficultés et des problèmes des autres, et interagissant plus avec les autres. (J’ai encore beaucoup à faire !)

La conscience de l’Esprit Universel m’aide à voir comment je peux faire une différence. Dans le monde d’aujourd’hui, nous pouvons nous sentir dépassés par les défis que nous rencontrons. Quelle différence mes efforts en tant qu’individu seul peuvent-ils bien faire ? L’Esprit Universel augmente notre sens d’adéquation et de ce qui est possible, car à travers lui nous avons accès à toute la sagesse et la connaissance. Nous nous rendons compte que nous ne savons pas tout et ne faisons pas tout individuellement, car nous sommes partie d’une grande connexion. Nous ne sommes jamais seuls. Nous sommes une équipe infinie, pas un loup solitaire. La pression devient plus faible. Une lumière de l’esprit se montre, et peut-être un sens de l’humour. Voilà ce qui est différent !

Version anglaise

 
VOIR AUSSI