Ce père atteint d’une maladie rare s’est enfermé chez lui pendant des décennies. Puis un jour, les médecins voient ses mains

Certaines maladies rares sont si épouvantables que les victimes perdent toute confiance en elles face aux autres. Un homme du Bangladesh souffre depuis plus d’une décennie d’un état appelé epidermodysplasia verruciformis. Ce désordre de la peau se produit par des éruptions ou des lésions semblables à de la verdure, qui peuvent se produire n’importe où sur le corps. Depuis que la main de cet homme en a été affectée, il s’est caché à l’intérieur pour éviter les gens. Cependant, après l’opération sa vie s’est bien améliorée.

Ses mains ressemblaient à des écorces d’arbres

Abdul Bajandar est un homme de 27 ans originaire du Bangladesh, qui souffrait d’épidermodysplasie verruciformis. Il n’avait pas le courage d’affronter le monde extérieur, alors il a vécu dans la solitude pendant de nombreuses années jusqu’à ce qu’enfin il ait été soigné. Bien qu’il ne soit pas contagieux, les médecins l’ont traité avec un gant double couche et des masques spécialement conçus pour se protéger.

Les chirurgiens craignaient qu’il ne devienne cancéreux et ainsi, au Dhaka Medical College Hospital, ils ont réussi à lui enlever toutes les lésions des mains. La main touchée n’avait pratiquement plus de peau après l’opération, alors les médecins lui ont greffé de la peau d’autres parties de son corps pour couvrir les blessures.

« Il est probablement le patient le plus aimé et le plus longtemps hospitalisé dans cet hôpital », a dit le médecin de garde Nurun Nahar.

Après l’opération, ses mains présentaient quelques brûlures. Il aura toutefois une vie normale après leur guérison.

L’état de Abdul était horrible avant l’opération. Il ne pouvait pas bouger ses mains et gardait ses mains couvertes pour les garder hors de la vue des gens. Cependant, les blessures sont en train de guérir et les médecins s’attendent à un prompt rétablissement.

Cette maladie provient d’un gène qui n’est hérité que lorsque deux gènes anormaux EV proviennent de chaque parent. On n’ a pas trouvé de méthode de traitement fiable pour ce trouble, mais un diagnostic précoce peut l’empêcher d’être cancéreux.

Abdul fut le premier cas opéré au monde, puis s’en est suivi un deuxième succès avec un homme de 42 ans vivant à Gaza en Israël, nommé Mohammed Taluli.

Regardez ici des vidéos du premier homme à être libéré de cette maladie :

Crédit des photos : Capture d’écran YouTube vidéo 1vidéo 2.

Version anglaise

 
VOIR AUSSI