Comme dans l’expression anglaise : « Il pleut des chats et des chiens » ? Non, c’est seulement du poisson

Les résidents de la ville côtière de Tampico, au Mexique, connaissent un phénomène bizarre, signalé depuis l’Antiquité : la pluie de poissons. Selon les responsables de la Défense civile du nord-est du Mexique, les pluies fines du 28 septembre étaient accompagnées de petits poissons tombant du ciel.

« À Tampico, cas étrange de pluie légère accompagnée de petits poissons littéralement tombés du ciel », a écrit sur Facebook l’agence de Défense civile de l’état de Tamaulipas, montrant des images de quatre poissons dans un sac et d’un poisson sur le sol.

L’agence de la défense civile de l’État mexicain de Tamaulipas a affiché cette photo de poissons tombés du ciel (Proteccion Civil Tamaulipas/Facebook)

Ce n’est pas la première fois que d’étranges objets tombent du ciel. Au cours de l’histoire, il y a eu de nombreux cas de pluies de poissons, de grenouilles, de méduses, DE haricots, de noix, de graines et de toutes sortes d’objets bizarres et inusités tombant sur des gens qui ne s’y attendaient pas.

Un long historique d’objets qui pleuvent

Gravure de pluie de poissons, 1555 (domaine public)

L’un des premiers cas recensé d’objets « pleuvant » vient des écrits de Pline l’Ancien, philosophe et naturaliste romain, qui a consigné les cas de tempêtes de grenouilles et de poissons au cours du 1er siècle après J.-C. dans ce qu’est actuellement l’Italie. Au IIIe siècle après J.-C., Athénée, rhétoricien et grammairien grec,  a écrit ce qui suit, dans son ouvrage « Les deipnosophistes » (Livre VIII) :

« À Paeonia et à Dardania, il y a, dit-on, par le passé, plu des grenouilles; et le nombre de ces grenouilles était si grand que les maisons et les routes en étaient pleines. Au cours des premiers jours, les habitants se sont efforcés de les tuer et fermant [les portes de] leurs maisons, ils ont enduré ces pestes. Mais alors qu’ils ne firent rien ensuite, ils constatèrent que tous leurs canaux en étaient remplis, que tout ce qu’ils mangeaient était des bouillies ou du rôti de grenouilles, qu’ils ne pouvaient se servir d’eau, ni mettre leurs pieds sur le sol qui en était couvert et que l’odeur de celles qui étaient mortes les agaçait. Ils ont alors fui la campagne. »

Depuis lors, de nombreux autres cas d’objets inhabituels ont été recensés, y compris des milliers de graines d’arbres de Judée, partiellement germées et originaires d’Afrique centrale, qui sont tombées au cours d’une tempête, en Italie, en 1840; un saupoudrage de cristaux de sucre en 1857 dans le comté de Lake, en Californie; une pluie de noisettes sur Dublin, en Irlande, en 1867, de moules vivantes à Paderborn, en Allemagne, en 1892 et de méduses, à Bath, en Angleterre, en 1894.

De l’argent tombé du ciel

(kalhh)

Le 16e siècle a connu l’une des «pluies» les plus excitantes, celle de pièces de monnaie tombées du ciel le 16 juin 1940 dans le village de Meschera, en Russie. Les archéologues ont émis l’hypothèse qu’un vent fort avait balayé un trésor enfoui qui était remonté à la surface du sol par l’érosion, avant que le vent ne le refasse tomber.

L’un des premiers scientifiques à s’intéresser à ces phénomènes d’étranges pluies a été EW Gudger, un ichtyologiste de l’American Museum of Natural History.

Au début du 20e siècle, Gudger a publié un article dans la revue Natural History, intitulé « Rains of Fishes » [Pluies de poissons], dans lequel il avançait quatre explications des phénomènes d’averses d’espèces marines.

Premièrement, il a suggéré que certaines espèces animales «non natives» pourraient s’être simplement trouvées en migration. Deuxièmement, que des poissons ou d’autres espèces marines se sont échouées sur la terre après le débordement d’un étang ou d’un cours d’eau. Troisièmement, que des poissons, réveillés par de fortes pluies, étaient remontés à la surface. Quatrièmement, que les poissons avaient été emportés hors d’un lac ou de l’océan par des trombes d’eau ou des tornades et qu’ils avaient été jetés à plusieurs kilomètres de là.

Une piste suggère que des trombes marines entraînent des animaux marins dans le ciel

Une trombe près de la Floride (Dr. Joseph Golden, NOAA)

Cette dernière théorie serait la plus plausible. Jerry Dennis écrit dans son livre « Il pleut des grenouilles et des poissons: quatre saisons de phénomènes naturels et les bizarreries du ciel », que les calculs suggèrent qu’un « grêlon de la taille d’une balle de golf exige un courant ascendant de plus de 160 km à l’heure, ce qui serait plus que suffisamment puissant pour faire tomber des petits poissons d’un nuage d’orage. »

La Bibliothèque du Congrès des États-Unis approuve. Selon les rapports sur la dernière apparition de pluie de poissons au Mexique, la bibliothèque soutient : « Bien sûr, il ne pleut pas des grenouilles ou des poissons dans le sens où il pleut de l’eau – personne n’a jamais vu des grenouilles ou des poissons se vaporiser dans l’air avant une pluie. Cependant, les vents forts, comme ceux d’une tornade ou d’un ouragan, sont assez puissants pour soulever des animaux, des personnes, des arbres et des maisons. Il est possible qu’ils puissent aspirer un banc de poissons ou de grenouilles et les «pleuvoir» ailleurs. »

Cependant, certaines occurrences d’objets qui tombent ne peuvent pas être expliquées aussi facilement.

Cependant, certaines occurrences d’objets qui tombent ne peuvent pas être expliquées facilement par cette théorie. Le phénomène de la pluie de pierres, par exemple, a été connu pour durer plusieurs jours ou même des semaines, avec des roches trop grandes pour être transportées sur de longues distances par le vent. À l’époque médiévale, ces phénomènes bizarres étaient attribués à des gobelins, des brownies [personnages du folklore écossais] ou des démons jetant des pierres.

« À l’époque médiévale, ces phénomènes bizarres étaient attribués à des gobelins, des brownies ou des démons jetant des pierres. »

Les scientifiques ont admis qu’ils n’ont pas vraiment de réponse définitive à l’étrange phénomène des pluies de pierres. Au fil des années, de nombreuses théories ont été proposées, passant de l’activité poltergeist d’êtres surnaturels, de gangs de lanceurs de pierres, de volcans, de météorites, de tornades et même de rétributions divines, comme le montre la référence de la Bible (Josué 10:11): « L’Éternel fit tomber du ciel sur eux de grosses pierres jusqu’à Azéka, et ils périrent. »

Comme avec beaucoup de phénomènes inhabituels et inexpliqués, les scientifiques et les universitaires ont été réticents à examiner le sujet de manière rigoureuse. Vraisemblablement, l’examen de la nature des roches et si elles sont locales à la zone dans laquelle elles tombent ou de plus loin, y compris à partir de l’espace, pourrait aider à faire lumière sur le mystère. Jusque-là, il nous reste de simples spéculations sur ce qui cause ce phénomène bizarre.

Cet article a été republié avec autorisation, lire l’original à Ancient-Origins.net .

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Partagez vos idées avec nous sur ces sujets, parfois controversés.

 
VOIR AUSSI