Plus de 75 % des insectes auraient disparu de l’Allemagne depuis 1989, une hécatombe qui pourrait être similaire en France

Nous sommes tous préoccupés par la disparition des abeilles, celle-ci a été tellement médiatisée – mais il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg. Les abeilles ne sont pas les seuls insectes volants nécessaires aux écosystèmes, et plus de 75 % de ces derniers auraient disparu en Allemagne en moins de 30 ans.

Ces chiffres proviennent d’une étude publiée en octobre dernier dans le magazine scientifique en ligne PLOS ONE. Les chercheurs ont mesuré la biomasse totale des insectes volants dans 63 zones de protection en Allemagne, ce qui pourrait bien montrer la tendance générale en Europe.

Le « syndrome du pare-brise »

Pixabay

Si vous étiez déjà derrière un volant il y a une trentaine d’années, vous pouvez facilement le constater : des centaines d’insectes s’écrasaient sur votre pare-brise. Si vous n’avez pas connu cette époque, renseignez-vous autour de vous.

Aujourd’hui, en comparaison, les pare-brises sont de plus en plus propres, et cela, peu importe le profil plus ou moins effilé du véhicule que vous conduisez, ce qui prouve bien qu’il y a de moins en moins d’insectes volants attirés par les phares de nos voitures.

C’est un phénomène que les entomologistes appellent le « syndrome du pare-brise » et qui permet à tout un chacun de constater par lui-même que la disparition des insectes n’est pas juste une question de statistiques dans une étude scientifique.

Statistiques

Pixabay

«Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76 % en moyenne et jusqu’à 82 % au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement vingt-sept ans », indique le rapport de Caspar Hallmann, de l’université Radboud aux Pays-Bas, et de ses collègues. « Cela excède considérablement le déclin quantitatif, estimé à 58 %, des vertébrés sauvages depuis 1970.»

Les raisons de cette hécatombe préoccupante sont très probablement liées aux pesticides agricoles, et plus particulièrement les néonicotinoïdes, qui ne tuent, malheureusement, pas uniquement les abeilles.

Pixabay

Un constat qui pourrait être étendu à la France et à l’Europe ?

Évidemment, l’étude n’analyse que des données de l’Allemagne. Cependant, les systèmes agricoles allemand et français ont beaucoup de points communs et il est fort possible que les statistiques relevées chez nos voisins puissent être étendues chez nous et dans d’autres pays.

Pixabay

 «On ne peut pas l’affirmer, mais je dirais qu’il y a une bonne ‘chance’ pour que l’Allemagne soit représentative d’une situation bien plus large. Si c’est effectivement le cas, alors nous sommes face à une catastrophe écologique imminente», indique le coauteur de l’étude Dave Goulson, de l’université du Sussex au Royaume-Uni.

Catastrophe écologique

Formant l’une des bases de la chaine alimentaire, les insectes ont une importance extrême. S’ils disparaissent, qu’adviendra-t’il des oiseaux insectivores dont le régime alimentaire est constitué pour 4/5e de ces petites bêtes ?

Pixabay

Sans compter la pollinisation des plantes : sans les insectes qui travaillent toute la journée pour le faire, devrons-nous le faire nous-mêmes à la main comme c’est déjà le cas dans les vergers du Sichuan en Chine ?

«On peut difficilement imaginer ce qu’il pourrait se passer si la disparition des insectes ailés continue ainsi», conclut Caspar Hallman, directeur de l’étude.

Si vous avez aimé cet article, partagez-le et écrivez un commentaire.

 
VOIR AUSSI