Prenez-vous un café ? Les avis d’experts à propos des bienfaits du café sur la santé

Pourquoi le café est-il toujours une boisson aussi appréciée ? Et qu’est-ce qui explique sa croissance et sa domination dans le marché des boissons chaudes ?

Il y a plusieurs facteurs selon Steven Schreiber, propriétaire de Two Rivers Coffee, un distributeur de café et de thé à grande échelle à Brooklyn. « C’est addictif, légal et peu coûteux », dit-il. « Cela augmente la productivité et encourage la socialisation. »

Le café a toujours été populaire, mais au cours des dernières décennies il est aussi devenu chic. « Avant, on se procurait notre café dans la rue, et on avait notre café dans une main et notre cigarette dans l’autre. Mais ce n’est plus comme ça aujourd’hui », raconte M. Schreiber. « Maintenant, on voit des gens qui sortent du gym et des gens qui prennent à cœur leur santé boire du café. »

Le marché du café s’éloigne des marques populaires de café moulu offertes en contenants grand format et tend davantage vers les cafés biologiques et équitables. D’après M. Schreiber, les consommateurs veulent un breuvage qui les fait se sentir bien. Le café a pris autant de place parce que les consommateurs se sentent moins coupables d’en boire », mentionne-t-il.

Je crois qu’une dose raisonnable d’un café biologique de bonne qualité, destinée à la bonne personne, peut apporter certains bienfaits.

– Keri Layton, naturopathe

La consécration du café en tant que boisson de choix est aussi attribuable aux nombreuses études sur ses bienfaits pour la santé. Plusieurs études qui comparent la consommation de café et la prévalence de maladies suggèrent que le café peut réduire les risques d’être atteint de maladies telles que le Parkinson, l’Alzheimer, les calculs biliaires, les crises cardiaques ainsi que de nombreux autres problèmes de santé chroniques.

Les chercheurs voient maintenant le café sous un autre angle. À partir des années 1950, des études sur la population indiquaient que des effets nocifs pour la santé étaient associés au café, suggérant que le café causait des ulcères et des crises cardiaques. Toutefois, des critiques de ces études soulèvent qu’elles ne tiennent pas compte de facteurs cruciaux comme le tabagisme ou les mauvaises habitudes alimentaires – des habitudes qu’on retrouve communément chez des consommateurs de café.

À la lumière d’études plus récentes et dans un effort de réfuter des vieux mythes, plusieurs spécialistes de la santé sont maintenant pour la consommation de café.

Parmi eux, la naturopathe Keri Layton. Selon elle, si des patients cherchent un remontant, le café est un bon choix. « Si les gens ont de la difficulté à faire face à leur journée et qu’ils hésitent entre un antidépresseur et une tasse de café… Je crois que c’est un choix intermédiaire raisonnable », indique-t-elle.

Compte tenu de ce que les chercheurs ont découvert à propos du café, la naturopathe croit qu’on pourrait même le considérer comme un aliment santé. « Je crois qu’une dose raisonnable de café biologique de bonne qualité, destinée à la bonne personne, peut apporter certains bienfaits », dit-elle.

Les mots « qualité », « dose » et « bonne personne » sont la clé, et c’est ce qui est au cœur de la manière dont plusieurs médecins articulent leurs conseils sur la consommation de café.

Un barista au travail dans un café de Manhattan (Samira Bouaou/Epochs Times)

Buvez du café de bonne qualité, soyez attentif à votre sensibilité

Lorsqu’on parle de qualité, il faut garder à l’esprit que le café est l’un des produits cultivés les plus contaminés au monde, pas seulement à cause des pesticides et des fongicides utilisés pour les faire pousser, mais aussi à cause des produits chimiques employés pour le transformer.

« C’est important que les gens puissent boire du café “vert”, équitable ou biologique afin d’obtenir le maximum de bons effets », précise Keri Layton. Cependant, boire trop de café peut annihiler les bienfaits, ajoute Mme Layton.

Lori Chong, diététicienne au centre médical Ohio State Wexner, est aussi de cet avis. « Si vous buvez trop de caféine sur une base régulière, vous êtes susceptible de ressentir davantage les effets secondaires négatifs que les positifs », mentionne-t-elle.

Cependant, plusieurs personnes, comme les enfants, les femmes enceintes, les gens avec des troubles anxieux ou souffrant d’insomnie montrent une sensibilité à de plus faibles doses de caféine.

Notre sensibilité à la caféine peut aussi se modifier au cours de notre vie et selon nos habitudes. Les fumeurs, par exemple, ont besoin du double de caféine pour sentir le même effet.

Les scientifiques ne croient plus que le café cause des ulcères et des problèmes cardiaques, mais il existe des preuves suggérant que le café peut aggraver ces conditions.

Une bonne source de caféine

Les gens reconnaissent depuis toujours la nature stimulante du café. Selon la légende, la plante a été découverte par un éleveur de chèvres éthiopien il y a environ 1300 ans. Il a remarqué que certaines de ses chèvres avaient plus d’énergie après avoir mâché les fèves rouges et amères, alors il en a ramené à son village.

La caféine est la substance psychoactive la plus populaire au monde, mais c’est aussi de cette propriété que proviennent beaucoup des bienfaits du café sur la santé. Une étude publiée en 2005 révèle que le café est notre source alimentaire principale de polyphénols antioxydants (beaucoup plus que le thé vert, le jus de raisin ou de bleuet) et qu’une grande partie de ce pouvoir antioxydant a été attribuée au café.

Des recherches montrent que le café décaféiné ne présente pas les mêmes bénéfices pour la santé que celui qui est caféiné. De plus, les solvants qui sont utilisés pour enlever la caféine ne font qu’ajouter des produits toxiques dans le café.

La nature chaude et sèche du café peut être adoucie avec quelque chose de froid et d’humide, comme le lait ou la crème.

Le marché des produits caféinés d’aujourd’hui offre beaucoup de choix, mais la meilleure option demeure le café, suggère Alexandra Allred, une entraîneuse personnelle, coach de bien-être et instructrice de kinésiologie. Elle note que le café est naturel et qu’il est employé par de nombreuses cultures depuis des centaines d’années, contrairement aux boissons énergisantes ».

« Notre corps ne sait pas quoi faire avec la caféine synthétique », explique Mme Allred. « Prenez une tasse de café, il va la métaboliser de la meilleure manière. »

Abuser d’une bonne chose

Même si la caféine a des qualités, c’est tout de même une drogue. Cela crée de la dépendance (par exemple, on peut devenir constipé si l’on arrête soudainement d’en boire) et le sevrage peut générer des maux de tête.

La caféine peut aussi contribuer à la tension, à la fois mentale et physique. Jordan Rothstein, qui est massothérapeute certifié depuis plus de 30 ans, a constaté une forte corrélation entre l’utilisation de stimulants (comme le café, le thé et le chocolat) et avoir les muscles tendus et rigides.

« Si je travaille sur des gens qui ont cessé l’utilisation de ces drogues – et ce sont des drogues – la fois suivante, lorsque je les traite, je sens que leur corps est plus relaxé avant même de commencer. Si je les sens rigides, je leur demande s’ils ont recommencé à consommer », mentionne M. Rothstein.

Les gens se tournent souvent vers la caféine lorsqu’ils se sentent fatigués, mais cette forme de compensation énergétique est une sorte d’illusion. « La caféine ne peut pas donner de l’énergie, mais simplement une stimulation chimique, un état d’urgence qui peut conduire à l’irritabilité, aux sautes d’humeur et aux crises de panique », écrit l’auteur Stephen Cherniske dans son livre Caffeine Blues : Wake Up to the Hidden Dangers of America’s #1 Drug.

L’illusion d’énergie provenant de la caféine fonctionne en bloquant une substance chimique présente dans le cerveau appelée adénosine. Pour répondre à ce blocage, le cerveau compense avec d’autres substances comme la norépinéphrine et la dopamine et stimule les glandes surrénales pour qu’elles produisent des hormones de stress, ce qui donne la sensation d’être plus alerte.

Cependant, la caféine devient problématique lorsqu’on se fie à cette illusion d’énergie pour naviguer dans la vie alors que l’on n’est pas en mesure de récupérer durant le sommeil. Éventuellement, le café force les glandes surrénales à produire plus d’adrénaline que les réserves qu’elles contiennent, ce qui provoque un épuisement des glandes, entraînant la fatigue et une éventuelle dépression.

La bonne dose pour vous

Comme avec d’autres drogues, la nature addictive du café peut parfois rendre difficile l’évaluation de la dose adéquate et, comme la sensibilité individuelle à la caféine peut varier énormément, une formule unique ne convient pas à tous. Certains peuvent en prendre plus, alors que d’autres ne pourront tolérer même des petites quantités.

Selon la Dre Abrams, la sensibilité à la caféine est génétique. Les gens qui ont des défauts dans leur gène COMT ne peuvent pas métaboliser l’adrénaline. Pour ces gens, le café a un effet beaucoup plus fort.

Ajouter du yin au yang du café

Sucrer le café diminue ses bienfaits sur la santé (ne vous attendez pas à ce qu’un latté au caramel conjure le diabète), mais y ajouter de la crème pourrait être sage. L’acupunctrice dit que la nature chaude et sèche du café peut être adoucie avec quelque chose de froid et humide, comme le lait ou la crème. « Un élément gras, humide et “centré” équilibre la nature énergique excitante du café », dit-elle.

Alors que le lait peut amortir l’énergie du café, rappelle-t-elle, nous devons quand même faire preuve de retenue. « Comme le tabac, c’est quelque chose qui peut avoir une emprise sur vous, donc vous pourriez ne plus en faire usage de façon raisonnée », rappelle-t-elle. « Nous voulons nous assurer que le café ne nous contrôle pas et que nous en consommons modérément et raisonnablement. »

Version originale : To Brew or Not to Brew ? Expert Advice on Coffee’s Health Benefits

 

 
VOIR AUSSI