Le prix caché de la fabrication des iPhone

Comme des millions d’autres jeunes en Chine rurale, Yi Yeting s’est rendue dans l’une des villes côtières pour chercher un meilleur travail. À Shenzhen, une métropole à côté de Hong Kong, Yi a trouvé un emploi dans une grande société industrielle d’État.

Après deux ans dans cette société, les médecins ont annoncé à Yi, qui n’avait que 24 ans, qu’elle souffrait de leucémie suite à une exposition prolongée au benzène, un produit chimique toxique quasi inodore, strictement réglementé dans les pays développés. En Chine, Yi y a été exposée chaque jour.

Un documentaire révélant une tragédie humaine

Complicit, un nouveau documentaire réalisé par Heather White et Lynn Zhang, présente le sort de Yi et d’autres victimes chinoises des chaînes mondiales d’approvisionnement en produits allant des conteneurs de marchandises aux iPhone d’Apple. En plus des témoignages de dizaines de victimes et des rapports médiatiques chinois et étrangers, ce film contient également des séquences tournées en secret par des militants.

Complicit a été présenté le 12 juin dernier dans une salle de cinéma bondée au Lincoln Center à New York, lors du Human Rights Watch Film Festival. La première scène du film, l’enterrement d’une jeune ouvrière, a rappelé à plusieurs spectateurs le fait qu’ils avaient également joué un rôle dans la tragédie qui se déroulait devant leurs yeux.

Le cortège funèbre de Yi Long. (photo Human Rights Watch)

« Après avoir regardé le film, je me suis senti coupable d’avoir un téléphone portable dans mon sac », a confié Jhoe Garay, qui avait assisté à la première. « Je ne savais rien au sujet des gens qui meurent à cause des téléphones ou des iPad ».

Le film montre que 90 % de l’électronique grand public est fabriqué en Chine. Un grand nombre d’usines, comme celles de Foxconn, le plus grand fabricant d’électronique au monde et fournisseur d’Apple, emploient des travailleurs migrants qui quittent leur ville ou village natal en quête d’un travail mieux rémunéré. En 2016, les statistiques officielles comptaient plus de 280 millions de travailleurs migrants, dont une grande partie étaient adolescents.

Les fournisseurs chinois de marques mondiales forcent les ouvriers à utiliser des solvants chimiques toxiques, tels que le benzène et le n-hexane, car ils sont moins chers ou plus efficaces que d’autres produits moins nocifs.

Cette pratique contraire à l’éthique a conduit à de nombreuses tragédies, dont certaines sont documentées dans Complicit.

En 2009, Ming Kunpeng a contracté la leucémie après avoir essuyé pendant deux ans des composants électroniques avec du benzène dans une usine appartenant à la société néerlandaise ASM International. Le porte-parole d’ASM avait nié le fait que Ming avait été exposé au benzène. Toutefois, la société a finalement proposé une compensation payée en une fois après que la famille de Ming a revendiqué son préjudice.

La santé de Ming s’est détériorée. Ne voulant pas devenir un fardeau pour sa famille à cause des coûts médicaux élevés, il s’est suicidé en se jetant du toit de l’hôpital où il était traité. Il n’avait que 27 ans.

Mettre son courage au service des autres

Une tragédie génère parfois des missions, comme le montre le cas de Yi Yeting, travailleur migrant à Shenzhen : malgré sa lutte contre la leucémie et l’accroissement des dépenses médicales depuis 2005, Yi s’est investi bénévolement auprès d’une ONG basée à Hong Kong. Il voulait aider des dizaines de victimes de maladies et de blessures professionnelles qui demandaient une compensation et une réforme des conditions de travail aux sociétés comme Foxconn.

« J’ai toujours les larmes aux yeux lorsque je regarde ce film, parce que je me sens connectée à ces gens », a confié dans une interview la réalisatrice Heather White. Mme White, qui dirigeait auparavant une ONG de protection des intérêts des travailleurs, a passé toute sa carrière en Chine. Elle a enquêté sur les violations du droit du travail dans les usines.

Faire ce film a été « un parcours incroyable et personnel », a-t-elle déclaré.

La projection du film a été suivie d’une table ronde avec la participation d’Heather White et de Todd Larsen, codirecteurs de l’ONG Green America, qui promeut des pratiques écologiquement durables pour les consommateurs et les entreprises.

Lors de la table ronde, il a été constaté que bien que les fabricants d’électronique violent le droit du travail à travers le monde, en Chine, les pratiques illicites gouvernementales et les abus d’entreprises sont exacerbés. Les autorités acceptent les pots-de-vin de la part des entreprises afin d’étouffer les activités des militants et des ONG plutôt que de mettre fin aux pratiques illégales.

En raison de son militantisme, Yi Yeting a été surveillé, expulsé de son appartement et empêché de quitter le pays. Bien qu’il ait réussi à assister à Genève à la récente première européenne du film Complicit, à son retour, il a été interrogé pendant des heures par les autorités chinoises.

Les violations extrêmes du régime chinois

Yi peut dire qu’il a eu de la chance. Un autre ouvrier, dont l’histoire devait être présentée dans le documentaire, a disparu alors qu’il se rendait sur son lieu de travail. Auparavant, il a organisé des manifestations d’ouvriers dans un quartier proche de l’usine de Foxconn où tout un groupe de personnes victimes de leucémie avait été découvert.

« Nous n’avons plus jamais eu de ses nouvelles », a souligné Heather White lors de la table ronde, ajoutant : « Sa famille ne l’a jamais trouvé. »

« La Chine représente un cas extrême car le gouvernement est autoritaire et répressif, et les travailleurs n’ont pas le droit de s’exprimer », a-t-elle poursuivi.

Mme White a demandé aux consommateurs de faire pression sur les grandes marques mondiales en signant des pétitions, en rédigeant des lettres ou en téléphonant aux entreprises pour dire leur inquiétude au sujet de la protection des ouvriers. Des entreprises comme Apple et Samsung « sont en mesure d’améliorer la qualité des conditions de travail, au moins dans leurs propres usines », a-t-elle martelé.

« Je pense que nous, les consommateurs de la terre d’abondance, sommes fondamentalement connectés à ceux qui fabriquent les produits que nous utilisons », a déclaré le spectateur Jody R. Weiss après avoir assisté à la première du film.

« C’est comme si nous étions un seul battement de cœur – s’ils souffrent, nous souffrons aussi », a-t-il conclu.

Version anglaise : New Documentary Highlights the Hidden Price of Making an iPhone

 

 
VOIR AUSSI