La pulsologie chinoise : entre sensibilité et écoute

L’examen du pouls est l’une des méthodes principales en médecine chinoise pour connaître l’emplacement et la nature de la maladie, et est inséparable de la pratique de l’acupuncture et de la phytothérapie. En Occident et même en Orient, son importance a été réduite en raison de la complexité de sa mesure et de son supposé caractère mystique, attribué par certains professionnels avec une compréhension superficielle de la technique.

De façon à bien comprendre ce que nous révèle les poignets, il est d’abord nécessaire de comprendre en profondeur les bases de l’anatomie, de la physiologie énergétique et les théories basiques. Il n’est pas intéressant d’essayer de sentir par la palpation quelque chose que l’intellect n’a pas encore assimilé à travers l’iconographie complète du pouls, ses caractéristiques et sa signification sous-jacente.

Selon Porket : « Rendre compte des différences subtiles ressenties dans les positions des poignets sans la référence la plus stricte et l’attention consciente aux instruments intellectuels prévus à cet usage sur plus de 2000 ans, est comme une tentative d’interpréter un électrocardiogramme après avoir refusé toute la connaissance enseignée sur cette technique médicale dans les facultés par la physique, la physiologie et la médecine clinique. » Tout ce dont nous avons besoin est donc d’un support intellectuel adéquat et des mains biens entraînées.

Un autre facteur empêchant une interprétation correcte des pouls est la déconnexion de l’homme avec l’environnement naturel, qui dévie du Tao et de la compréhension basique des lois naturelles. Le pouls varie selon la période lunaire, la saison et également selon la circulation de l’énergie humaine – où l’énergie sera la plus proéminente dans un système donné toutes les deux heures.

Le Nan Jing (Classique des difficultés) explique qu’en hiver le pouls est comme les pierres dans un cours d’eau, ferme et profond. Au printemps il est tendu, longiligne. En été, il est large et abondant, comme la saison qui prolonge et mature l’impulsion de la vie du printemps. En automne, il est superficiel et dispersé comme « les cheveux dans le vent », ce qui donne l’idée de quelque chose en dispersion, pouvant uniquement être senti à la surface et avec un toucher doux, sans quoi la sensation serait perdue. Selon la phase lunaire, à la nouvelle lune les énergies sont au commencement d’une nouvelle phase et il est alors normal que le pouls se manifeste faiblement. À la pleine lune, l’énergie et le sang sont abondants, et le pouls est fort et abondant.

sb-pulsologia-medicina-chinesa

Dans cette image nous pouvons voir le pouls divisé en trois régions. Chaque région du pouls est évalué à trois profondeurs différentes. Par cet examen, il est possible de connaître l’état énergétique des organes et l’état de circulation de l’énergie et du sang dans notre organisme. Ces trois régions révèlent, grâce à certaines caractéristiques, les troubles dans ces systèmes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, un professionnel expérimenté peut connaître le sexe d’un bébé aussi tôt que le premier mois de gestation, bien avant qu’on puisse le vérifier avec des examens d’imagerie car son état énergétique est déjà révélé. La médecine chinoise montre sa suprématie lorsque ce qui ne peut être vu peut déjà être connu par la compréhension des bioénergies.

Tout comme dans la médecine chinoise, les organes sont aussi responsables de notre psyché, nous pouvons par l’insuffisance ou l’excès d’énergie tracer le profil psychique d’une personne par l’évaluation de son pouls, sans même le savoir. À notre époque, un certain nombre de gens pensent qu’il y a quelque chose de mystique avec cette pratique étant capable de donner avec une certaine précision de nombreuses informations n’ayant pas été dites par le patient. Mais il n’y a rien de mystique à cela. S’il en était ainsi, il serait facile de s’initier à un tel art ésotérique. La réalité est que derrière le voile de la simplicité se trouve une importante base théorique, des cas cliniques et une importante formation afin d’être capable de faire le rapprochement entre ce que nous ressentons et les théories basiques de la pulsologie chinoise.

En plus de servir comme l’une des méthodes de diagnostic, elle sert également comme paramètre du processus suivant de traitement de la maladie. De nombreuses conditions décrites par les traités de pulsologie indiquent des états où l’action n’est plus possible et la mort imminente. Il y a par exemple au Tibet de nombreux comptes-rendus de médecins traditionnels étant capables de prédire la durée de vie d’une personne.

Version portugaise : Pulsologia chinesa: sensibilidade e entendimento

 
VOIR AUSSI