Produits d’alimentation chinois : trop de pesticides et trop peu d’inspection

Récemment, une carte de la sécurité alimentaire de la Chine a été publiée sur Internet. La province du Shandong a été classée au sommet de la liste, avec 17 produits alimentaires contenant des niveaux trop élevés de pesticides.

L’extension de l’usage de pesticides hautement toxiques a été repérée dans le canton de Cangshan, une région bien connue pour sa production de légumes. Les agriculteurs sont bien conscients de la toxicité de leurs pesticides, mais ils les utilisent à cause de l’efficacité de leur effet.

Zhang Chunxin cultive des légumes depuis 40 ans. Il utilise contre les nématodes les pesticides Phorate et Shen Nong Dan. Bien que ces deux pesticides soient interdits, ils sont souvent vendus sous la table. Selon Zhang, ces pesticides sont très efficaces et, sans leur utilisation, sa récolte serait réduite de moitié.

L’utilisation extensive de pesticides hautement toxiques a été repérée dans le canton de Cangshan, une région bien connue pour sa production de légumes. (Garycycles8 via flickr CC BY 2.0)

Le fils de Zhang, qui travaille dans un hôpital, refuse de manger les légumes provenant de la ferme de son père. Il achète habituellement ses légumes au marché. Il expliqué que puisque d’autres agriculteurs n’utilisent pas de pesticides interdits, il préfère payer pour leurs produits.

Zhang vend la plupart de ses légumes aux supermarchés locaux et ne conserve qu’une petite partie pour lui-même. Le plus souvent, sa récolte n’est pas inspectée. Il affirme qu’il n’a pas rencontré de problèmes majeurs suite à la consommation de ses légumes, à l’exception d’une diarrhée occasionnelle.

Sun Hua est propriétaire d’un magasin de matériel agricole depuis 10 ans. Il vend principalement des engrais et des pesticides. Selon lui, les pesticides représentent un article très rentable, surtout  le phorate liquide et les isofénphes méthyliques qui sont en forte demande.

En raison de la forte odeur des pesticides hautement toxiques, il a essayé de les remplacer par des pesticides d’une efficacité similaire, mais moins toxiques. Cependant, leurs ventes étaient très faibles, car les agriculteurs demandaient des pesticides avec des niveaux de toxicité plus élevés. En conséquence, Sun n’avait d’autre choix que de se réapprovisionner en articles plus toxiques.

Sun a confié que les fonctionnaires d’État n’avaient jamais inspecté son magasin. En ce qui concerne les produits interdits, il a déclaré : « L’ agriculteur me donne de l’argent et je lui donne les pesticides ; tout est très simple et il n’y a aucun problème. »

Version anglaise : Chinese Food Safety: Too Many Pesticides and Too Few Inspections

 
VOIR AUSSI