Shen Yun à Aix-en-Provence : « Je m’imaginais que c’était moi qui descendais du ciel »

AIX-EN-PROVENCE – Pour la deuxième année consécutive, le Grand Théâtre de Provence recevait vendredi 17 mars, l’excellence de la danse et de la musique classique chinoise. La compagnie newyorkaise Shen Yun Performing Arts était de retour à Aix-en-Provence avec un tout nouveau programme.

Le public était au rendez-vous, désireux de découvrir les différents tableaux dansés aux couleurs des ethnies qui ont peuplé la Chine cinq mille ans durant, de rêver aux héros des grandes œuvres littéraires classiques ou des mythes et légendes…

Les héros sont aussi parfois ceux qui peuplent notre quotidien, et peut-être est-ce le cas de Marcel Chapapria. Ce cadre retraité de la Sécurité sociale, ancien adjoint à la mairie de Marseille et bénévole impliqué dans des associations caritatives, appartient à cette catégorie d’humains qui savent donner d’eux-mêmes. Son engagement et son dévouement ont ainsi été reconnus et mis à l’honneur puisqu’il a été fait Chevalier de l’Ordre du Mérite et nouvellement Chevalier des Palmes académiques.

Il était présent à la représentation de vendredi soir à Aix : « C’est la première fois que je vois un tel spectacle, c’est magnifique ! », s’est-il exclamé, enthousiaste. Il explique ainsi que venir au spectacle est pour lui un moyen de se projeter « dans une autre vie ». « Quand je vois un spectacle comme celui-là, je m’imagine que je suis dans le spectacle, alors je rêve avec eux… Après, je vais récupérer ma voiture et retourner dans mon embouteillage ! », a-t-il déclaré en riant.

Avec Shen Yun, « je m’imaginais que c’était moi qui descendais du ciel ! », précise-t-il. En faisant revivre la culture traditionnelle chinoise, Shen Yun fait revivre la relation si particulière qui existait entre les Chinois et le divin. La Chine était d’ailleurs autrefois appelée « Empire Céleste » et on disait que la splendeur de sa culture était un cadeau des dieux.

« Je prends conscience qu’il y a d’abord des gens qui sont persécutés. Alors, je leur dis : Tenez bon, ne baissez jamais les bras et devant la persécution, il faut toujours résister. »

Il est ainsi rapporté que cette culture du divin était pratiquée par tous, du plus humble paysan au plus grand des empereurs. Tous savaient rendre hommage, respecter et entretenir cette relation au divin. Sur le site ShenYun.com, il est expliqué que dans la Chine antique, les artistes cultivaient la vertu. Ils pensaient que l’art existait pour célébrer le divin. Afin de conserver un état d’esprit pur et humble, les artistes pratiquaient la méditation et l’introspection pour créer leur art. Aujourd’hui les artistes de Shen Yun perpétuent cette tradition pour y puiser l’énergie et la beauté qu’ils offrent sur scène.

Cet état d’esprit, Marcel Chapapria l’a ressenti. Les techniques de sauts et d’acrobaties propres à la danse classique chinoise l’ont interpellé, « étonné de voir la souplesse de ces jeunes gens ». Mais, à travers les mouvements, c’est « une grande paix » et « une sérénité » qu’il a ressenties chez les danseurs. « Même s’ils doivent faire des efforts physiques extraordinaires, on sent qu’un courant passe », explique-t-il. Ce sont « des artistes qui vivent en paix avec eux-mêmes. Et qui aspirent à être un peu plus considérés, dans le sens où l’être humain doit être considéré dans toute sa plénitude… C’est incontournable pour moi ! »

Parmi les tableaux dansés présentés par les artistes de Shen Yun, ceux présentant des histoires contemporaines ont particulièrement touché Marcel Chapapria. Ces scènes contemporaines décrivent la réalité de la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine. Cette pratique de méditation est gravement réprimée depuis 1999, rendant hors la loi près de cent millions de Chinois.

« J’ai pris conscience que je n’avais pas souvenir, qu’en Chine, il y avait des gens qui étaient persécutés, ça m’avait un peu échappé. Et maintenant je prends conscience qu’il y a d’abord des gens qui sont persécutés. Alors, je leur dis : Tenez bon, ne baissez jamais les bras et devant la persécution, il faut toujours résister. »

Propos recueillis par NTDTV.

Shen Yun Performing Arts poursuit sa tournée à Bruges, puis Birmingham, Rotterdam, etc. avant d’être de retour en France, à Paris les 21 et 22 avril. Suivront Montpellier (25-26 avril) et Nantes (28-29 avril).
Pour en savoir plus, consultez fr.shenyun.com. La compagnie Shen Yun Performing Arts est basée à New York et comprend cinq compagnies présentant des spectacles simultanément partout dans le monde.

Epoch Times est média partenaire de Shen Yun.

 
VOIR AUSSI