Syrie : ce reporter arrête de photographier pour sauver un garçon blessé dans une explosion

Une forte explosion a touché un bus rempli de personnes qui essayaient d’évacuer la Syrie. Ce reporter de guerre a décidé de ne pas faire de clichés mais de sauver un maximum de victimes. Un autre journaliste le photographiera alors qu’il est en train de sauver un garçon grièvement blessé.

En constatant le chaos qui régnait autours d’eux, la dévastation qui les entourait – les gens qui se débattaient pour sauver les blessés, pour constater qui était mort, les familles en pleurs – le photographe de guerre Abd Alkader Habak et ses collègues ont mis de côté leur reportage et sont allés sauver un maximum de vies.

Habak a découvert un garçons grièvement blessé – il saignait mais respirait encore – et l’a ramassé pour courir au plus vite vers une ambulance. Cet instant a été pris par un autre journaliste et envoyé ensuite à CNN.

©YouTube Screenshot | CNN
©YouTube Screenshot | CNN

« Cette scène était horrible, surtout lorsque j’ai commencé à voir des enfants pleurer et mourir devant moi, a déclaré Habak pour la CNN. On a donc oublié nos appareils photo et on a couru pour sauver les blessés. »

©YouTube Screenshot | CNN
©YouTube Screenshot | CNN
©YouTube Screenshot | CNN
©YouTube Screenshot | CNN
©YouTube Screenshot | CNN

Au premier décompte, 126 personnes sont mortes dans l’explosion qui a fait lâcher son appareil à Habak.

Habak a également affirmé que le garçon respirait encore alors qu’il atteignait l’ambulance, mais qu’il ne savait finalement pas s’il avait survécu.

©YouTube Screenshot | CNN

Une autre photo prise d’Habak le montrera à genoux en train de pleurer près d’un petit cadavre.

« J’étais accablé par l’émotion, a-t-il dit, ce dont nous avons été témoin, moi et mes collègues, est indescriptible. »

En tant qu’êtres humains nous sentons lorsque les autres ont désespérément besoin d’aide. Parfois c’est tout simplement à notre tour d’agir. Notre humanité – chacun la possède au fond de lui – nous rend courageux et nous pousse par tous les moyens à protéger des vies.

Version originale

 
VOIR AUSSI