Le tourisme mondial est en hausse

BUENOS AIRES – Le commerce, ce n’est pas seulement envoyer des conteneurs d’un pays à un autre. Il y a du commerce dans les services également et le tourisme est un secteur important de cette industrie. Selon un rapport publié chaque deux ans par le Forum économique mondial (FEM), le tourisme à l’échelle mondiale ne cesse de croître.

« Dans un monde où nous entendons davantage parler de murs et de frontières, nous constatons l’opposé en ce qui concerne le tourisme », a déclaré Peter Vanham, porte-parole du FEM, lors de la présentation du Travel and Tourism Competitiveness Report 2017 le 6 avril dernier à Buenos Aires.

Les arrivées de touristes internationaux ont atteint 1,2 milliard en 2016, soit 46 millions de plus qu’en 2015. Lorsque les citoyens d’un pays vont à l’étranger, logent dans des hôtels et vont au restaurant, cela compte comme une importation de services.

La capacité d’un pays à répondre aux goûts des visiteurs détermine quelle part du gâteau il obtient. Pour évaluer cela, le rapport du FEM utilise différents facteurs, comme l’infrastructure, la facilité de voyager, les sites culturels et naturels, la connectivité numérique et le prix.

En raison de leur richesse culturelle et naturelle, pour 2017, les pays européens dominent le top 10 avec six positions, dont le top 3 avec l’Espagne, la France et l’Allemagne.

Le Canada occupe le neuvième rang, soit un rang plus haut que dans le rapport 2015. Les États-Unis ont chuté de deux places pour se retrouver en sixième, mais ils ont engrangé le plus d’argent venant du tourisme, soit près de 488 milliards de dollars en 2016. De son côté, le Canada a récolté près de 28,5 milliards.

Selon le rapport, le Canada arrive premier en ce qui a trait à l’infrastructure pour le transport aérien, mais il est 97e sur 136 pays évalués en matière de compétitivité des prix.

Les pays comme le Canada et les États-Unis obtiennent des points élevés en matière de connectivité, ce qui devient de plus en plus important pour le tourisme. Les touristes, qui utilisent de plus en plus leurs téléphones mobiles pour planifier et faire des réservations, s’attendent à une expérience fluide entre réserver et voyager. Ils demandent donc des réseaux sans-fil stables, rapides et omniprésents.

De plus, l’internet est un outil promotionnel puissant.

« Si vous considérez combien de gens affichent des photos de leurs vacances sur les réseaux sociaux, alors vous constaterez l’effet publicitaire. Le potentiel de mise en valeur de certaines destinations est incroyable », indique à Epoch Times Roberto Crotti, un des auteurs du rapport.

 
VOIR AUSSI