Une introduction aux arts martiaux chinois

Les arts martiaux chinois (aussi connu sous le nom de kung fu) sont enracinés dans la culture ancienne chinoise et possèdent de très profondes connotations. Ils prennent leur origine dans l’École du Tao et sont en conséquence liés à la cultivation de soi (xuilian). Outre le fait d’élever sa moralité et ses capacités artistiques, ainsi que de préserver et de renforcer la santé, ils peuvent également stopper la violence et assurer l’autodéfense, c’est dans ce sens que le mot chinois pour «arts martiaux» est constitué de deux caractères: « arrêt » et « transpercer ».

Dans la longue histoire de la Chine, les arts martiaux ont fait leur apparition il y a plus de quatre mille ans sous une forme similaire au catch, comme dans l’ancienne légende de « l’Empereur Jaune battant Chi You ». Durant la Période des États en Guerre (475-221 av.J.C.), l’escrime était développée. Durant les Dynasties Han (202 av. J.C.-220 ap. J.C.) et Tang (618-907 ap. J.C.), davantage de connotations artistiques ont été introduites dans l’escrime. Par exemple, les «Trois Demandes du Grand Empire Tang » se référait à la poésie de Li Bai, à l’escrime de Pei Min et à la calligraphie de Zhang Xu. Ceci montre qu’en ce temps-là, l’escrime atteignait son sommet dans l’histoire chinoise aux côtés de la poésie.

Après les Dynasties Song (960-1279 ap. J.C.) et Yuan (1271-1368 ap. J.C.), le taoïste Zhang Sanfeng a fondé le Tai Chi durant son xiulian. Dans les Dynasties Ming (1368 – 1644 ap. JC) et Qing (1636 -1912 ap. JC), la Paume au Huit Trigrammes et la boxe Xingyi (Libre arbitre) ont été propagées depuis la communauté des pratiquants taoïste. Tandis que dans la société ordinaire, la Boxe Waijia ( Combat Externe) gracieuse et rapide s’est développée, tels que les styles Cha, Hua, Pao, Hong et Hua, qui appartiennent tous au style de boxe longue, aussi bien que d’autres styles comme la Boxe Ba Ji (Huit Directions), la Boxe Tong Bi (Plein-bras), la Boxe Fan Zi (Chute) et la Boxe Tang Lang (Mante). Le célèbre style d’art martial Shaolin est divisé entre le style du Nord et le style du Sud, où la boxe est un trait distinctif du style du Sud et les coups de pieds du style du Nord.

Lors de leur création et de leur développement, les arts martiaux ont formé les catégories de styles suivantes :

1. La Boxe Neijia (Combat Interne), qui met l’accent sur la cultivation intérieure. Ce sont les formes telles que le Tai Chi, Ba Gua (Paume des Huit Trigrammes) Xingyi (Libre Arbitre), etc.

2. La Boxe Waijia (Combat Externe), qui met l’accent sur les formes d’entraînement externes. Elle exige la transformation graduelle à partir de la forme d’entraînement externe pour la cultivation interne et de parvenir à l’unité de l’esprit et du corps. Elle inclut Cha, Hua, Pao, Hong, Hua, la Boxe du Sud, Shaolin, Tong Bi (Plein Bras), Tanglang (Mante), Fanzi (Chute) et la Boxe Baji (Huit Habiletés) etc.

Qu’ils soient Neijia ou Waijia, les arts martiaux chinois incluent des armes de styles différents, comme le couteau, la lance, le sabre, le bâton, la hache, le tomahawk, le crochet et la fourche, lesquels sont tous appelés « instruments d’arts martiaux ».

S’agissant de leur nature, les arts martiaux chinois encouragent la cultivation du caractère moral, l’appréciation artistique, la santé physique, et l’auto-défense. En terme d’habileté et d’art, ils possèdent de profondes connotations. Par conséquent, les arts martiaux sont une partie importante de la culture traditionnelle chinoise de transmission divine.

Source : Clearharmony

 
VOIR AUSSI