Une vidéo montre le côté sombre du « tourisme de l’éléphant », vous ne monterez plus jamais sur un éléphant

Une fois que vous saurez ce que les éléphants ont à subir comme horribles traitements avant d’effectuer des tours et des promenades, vous réfléchirez à deux fois avant de vous lancer dans l’une de ces activités touristiques.

Le « tourisme de l’éléphant » est le commerce le plus rémunérateur en Asie du Sud, en particulier en Thaïlande, où plus de la moitié de la population d’éléphants est prévue pour divertir les touristes.

Mais, on sait peu de choses sur ce que la plupart de ces éléphants subissent avant d’être utilisés pour le tourisme.

Capture d’écran Youtube | Circa News

Dans une vidéo postée par Circa, un bébé éléphant traverse un processus de « formation » séculaire appelée « phajaan » ou « écrasement de l’éléphant » qui consiste en des phases de torture. Cette pratique trouve son origine dans les communautés de la tribu des collines en Inde et en Asie du Sud-Est.

Le pauvre éléphant est maintenu dans une enceinte avec ses jambes liées avec des cordes. Des pointes acérées et des clous chauffés sont enfoncés de façon répétée dans sa tête et dans son corps. Un homme âgé, assis sur le dessus de l’éléphant frappe la tête de l’éléphant avec une pioche.

De telles méthodes barbares et cruelles, qui incluent non seulement le tabassage, mais aussi la privation de nourriture et d’eau, sont déployées pour écraser l’esprit des éléphants sauvages, pour rompre leur volonté. De tels processus de « formation » sont épuisants et durent généralement plusieurs jours ou semaines – jusqu’à ce que les éléphants se soumettent aux humains.

Capture d’écran Youtube | Circa News

Ce processus de formation brutale a longtemps été maintenu dans l’obscurité jusqu’à ce que Sangduen « Lek » Chailert, cofondateur de Elephant Park Nature à Chiang Mai en Thaïlande, ait parlé au nom de ces éléphants qui souffrent.

Lek et les bénévoles à son sanctuaire d’éléphants de 250 acres contribuent à sensibiliser la population aux réalités sombres de l’industrie du tourisme de l’éléphant.

« Quand je vois qu’il y a autant d’éléphants qui souffrent, je choisis de parler pour eux », a dit Lek, qui révèle que 85 % des éléphants dans son sanctuaire arrivent avec des problèmes mentaux.

Capture d’écran Youtube | Circa News

Lek aime chanter aux éléphants qu’elle a récupéré et son chant les aide à se détendre. Dans une vidéo elle chante pour un éléphant âgé de 7 ans, appelé Faa Mai. On voit le doux géant se coucher lentement sur le sol, se sentant évidemment en sécurité et confortable à l’écoute de la berceuse de Lek, avant de claquer ses oreilles, d’arrondir son dos et de somnoler.

« Ma mission est de faire de Elephant Nature Park une maison pour les éléphants, où ils se sentent en sécurité, où ils peuvent recevoir de l’amour et rester loin de la violence », a-t-elle dit dans une interview avec Global Green Voyage .

À travers son travail, Lek veut aussi diffuser un message aux touristes : « Qu’ils voyagent en Thaïlande ou dans un autre pays, ils doivent respecter les animaux et ne pas les exploiter. »

« Les touristes attendent beaucoup des éléphants. Et quand les touristes attendent… alors les entreprises touristiques se mettent en compétition. Je ne blâme pas les gens qui font des promenades à dos d’éléphant parce qu’ils ne savent pas », dit-elle.

Capture d’écran Youtube | Circa News

Selon Thailandelephants.org, ce ne sont pas seulement les éléphants captifs qui subissent de tels abus horribles. Quoi qu’il en soit, ce genre de torture terrible, révélé dans cette vidéo est encore largement utilisé en Thaïlande, en Inde et en Asie du Sud-Est.

Lek vous donne un conseil sur la manière d’aider ces éléphants : « Faites passer le mot au nom des animaux. Ils ont besoin de votre voix ».

Des informations complémentaires pour choisir votre refuge pour éléphants, ici.

Voir la vidéo :

Version anglaise : Shocking video reveals the dark side of elephant tourism—You’ll never ride an elephant after watching this

 
VOIR AUSSI