La veille de Noël, le régime chinois renverse les arbres de Noël et espionne les chrétiens

La veille de Noël, les dizaines de millions de chrétiens en Chine ont dû célébrer très discrètement et dans la peur leur plus importante fête religieuse, alors que le régime du Parti communiste chinois (PCC) avait lancé la plus sévère des répressions de cette fête au cours de ces dernières années. Les offices religieux ont été strictement restreints et surveillés par des caméras, les arbres de Noël ont été renversés et les autorités locales ont parrainé des « manifestations anti-Noël » destinées à pousser les chrétiens dans la clandestinité.

Selon le compte rendu du 23 décembre de ChinaAid, une ONG chrétienne basée au Texas, de nombreux rapports provenant de toute la Chine indiquent que les fonctionnaires d’État et les forces de sécurité ont été mobilisées pour réprimer les célébrations de Noël des chrétiens chinois.

Par exemple, le 21 décembre, le Bureau de la sécurité publique de la ville d’Anqing dans la province d’Anhui (est), a émis un avis intitulé « L’interdiction de toute activité liée à Noël ». L’avis ordonnait à tous les commerces et domaines publics « de ne créer aucune atmosphère de célébration de Noël » et interdisait toute exposition d’arbres de Noël, de Père Noël ou de tout article associé à Noël.

Dans un autre cas qui aurait eu lieu à Pékin, une vidéo récemment postée en ligne montre un grand arbre de Noël renversé par un groupe d’hommes vêtus en noir, jonchant le sol de nombreuses décorations et guirlandes tombées de l’arbre.

Un bon nombre d’églises ont été découragées et dans de nombreux cas interdites par les autorités locales de tenir des services ou des célébrations liés à Noël. Des telles restrictions ont affecté non seulement les « églises de maison », églises clandestines chinoises, mais également les « églises des trois principes d’autonomie » — les églises protestantes approuvées par l’État et institutionnellement contrôlées par le régime faisant vitrine pour représenter tous les chrétiens de la Chine.

Une vidéo récemment postée en ligne montre un grand arbre de Noël renversé par un groupe d’hommes. L’incident aurait eu lieu à Pékin. (Capture d’écran de la vidéo Weibo)

Le rapport de ChinaAid cite un pratiquant de la ville de Heshan dans la province du Guangdong (sud). Il a déclaré que deux semaines avant Noël, les fonctionnaires du Bureau de la sécurité publique avaient « pris le contrôle » de l’église locale des trois principes d’autonomie et avaient installé de nombreuses caméras de surveillance à l’entrée de l’église.

La répression a été la plus sévère pour de nombreuses églises de maison clandestines rependues à travers toute la Chine. Ces églises sont considérées comme illégales par le régime chinois. Une femme qui fréquente une telle église dans la ville de Tonghua dans la province de Jilin (nord-est), a déclaré que le bureau local de la sécurité publique avait interdit « tout rassemblement chrétien incluant plus de huit personnes ».

En raison de la répression intense, de nombreux chrétiens chinois auraient déplacé les célébrations de Noël au début de décembre, ou auraient décidé de ne pas célébrer Noël en public. ChinaAid a publié une photo prise par un pratiquant dans la province côtière du Zhejiang qui montre une très faible présence à l’église pendant le Réveillon de Noël, probablement en raison des pressions des autorités.

« Guerre à Noël »

Le Parti communiste chinois applique officiellement une idéologie athée fondée sur le marxisme-léninisme et la pensée de Mao Zedong. Le PCC interdit à ses membres d’exercer une religion. Malgré l’opposition officielle à la religion, le nombre de chrétiens en Chine a monté en flèche ces dernières années et, selon diverses estimations, compte aujourd’hui des dizaines de millions de personnes.

L’intensification de la répression, qualifiée par certains médias de «  Guerre à Noël », provient, au moins partiellement, de la peur du régime chinois d’une influence religieuse occidentale, qu’il perçoit comme une menace potentielle à son idéologie étatique et donc, à la stabilité du régime lui-même.

Le nombre de chrétiens en Chine a monté en flèche ces dernières années et compte aujourd’hui les dizaines de millions de personnes. Cette photo, prise le 24 décembre 2017, montre les chrétiens chinois assistant à la messe de Noël dans une église de Fuyang, dans la province orientale d’Anhui. (AFP / Getty Images)

La répression des célébrations de Noël par le régime chinois ne se limite pas aux mesures visant à empêcher les chrétiens de fréquenter les églises. Dans de nombreux endroits, les responsables gouvernementaux organisent et soutiennent des « manifestations anti-Noël », comme, par exemple la manifestation tenue récemment dans la province du Zhejiang. Lors de cette manifestation, rapporte ChinaAid, un groupe de « retraités » a défilé sous le drapeau chinois en criant des slogans du genre « Boycotter Noël ! Non à Noël ! ».

Une image de la lettre envoyée aux étudiants de l’Université de Chine méridionale dans la province du Hunan a largement circulé sur la plate-forme populaire de Weibo, l’équivalent chinois de Twitter. La lettre demandait aux membres de la Ligue de la jeunesse communiste de l’Université, une organisation affiliée au PCC, de signer une promesse de ne pas participer aux célébrations de Noël.

Le compte Weibo officiel de la Ligue de la jeunesse communiste a aussi publié un article sur la veille de Noël. Il informe les lecteurs sur des nombreux événements liés à l’histoire de la Chine et survenus le 24 décembre. Ceci dans le but de suggérer que ces événements sont plus importants que Noël.

L’un des événements mentionné par le site est le « cas de Shen Chong », un viol présumé d’une jeune Chinoise par des soldats américains qui serait survenu à Pékin la veille de Noël de 1946. Cette histoire a été complètement réfutée par les historiens et comme faisant partie d’une campagne de dénigrement fabriquée par le Parti communiste et utilisée contre le gouvernement nationaliste chinois pendant la guerre civile.

 

Paul Huang

Si vous avez apprécié la lecture de cet article, laissez-nous un commentaire et partagez-le sur les réseaux sociaux !

Version anglaise

 
VOIR AUSSI