Un véritable héros – l’histoire de Yuan Jiang

Le 29 octobre 2001 à Lanzhou, capitale de la province du Gansu, Chine, 3000 policiers ont été lancés sur les traces d’un individu recherché. Tout le monde dans cette ville du nord-ouest de la chine vieille de 2500 ans avec une population de deux millions d’habitants a pu entendre hurler les sirènes. Chaque intersection et chaque hôtel ont été inspectés, et chaque station de bus et de train étaient sous surveillance. La recherche a été ultérieurement étendue aux villes voisines. La police avait donné l’ordre de trouver Yuan Jiang à tout prix.

Qui était donc Yuan Jiang ? Un cerveau criminel notoire ? Yuan Jiang était juste un intellectuel et un des nombreux pratiquants de Falun Gong à être persécutés en Chine.

La persécution du Falun Gong a atteint son paroxysme en 2001, et Yuan Jiang fût arrêté. Après avoir été sévèrement torturé pendant deux mois, il réussit miraculeusement à s’échapper, mais il était grièvement blessé.

Pourquoi son évasion a-t-elle paniqué et effrayé la police et le régime au point qu’ils veuillent le retrouver à tout prix ? Voici toute l’histoire de Yuan Jiang.

1. Un remarquable diplômé de l’université Tsinghua

Yuan Jiang est né en 1972 dans une famille d’intellectuels. Son père était professeur et président du département de physique à l’université normale du Nord-Ouest à Lanzhou. Sa mère était enseignante à l’école élémentaire. Il a trois sœurs plus âgées. Yuan était un étudiant intelligent et travaillait très dur. Il a remporté un prix provincial dans un concours de physique d’études secondaires. Après le lycée, il fût accepté par la meilleure école d’ingénierie en Chine, l’université Tsinghua (aussi connue comme l’Université Qinghua).

Yuan avait toujours été malade depuis sa jeunesse. Il avait développé une myocardite à 17 ans et avait dû quitter l’école pendant un an. Au collège, il était devenu dépendant de la cigarette et de l’alcool, ce qui avait aggravé son état de santé.

En 1993, il assista à un atelier gratuit de Falun Gong, ce qui changea fondamentalement sa vie. Toutes ses maladies furent guéries sans traitement, et il cessa de boire et de fumer. Non seulement il retrouva la santé physique, mais aussi une clarté d’esprit. Après quoi il s’efforça de suivre les enseignements de Vérité-Bonté-Patience du Falun Gong dans sa vie quotidienne.

2. Un assistant bénévole dans le nord-ouest de la Chine

Après le collège, Yuan se vit offrir un emploi par une grande entreprise dirigée par le bureau des télécommunications de Lanzhou. Étant une personne altruiste, honnête et aimable ainsi qu’ un employé assidu et capable, il gagna le respect de ses collègues et de son superviseur et ne tarda pas à être promu directeur général adjoint de la société.

Yuan Jiang avant le début de la persécution du Falun Gong en 1999.

Chaque matin, il allait au campus de l’Université Normale du Nord-Ouest pour pratiquer les exercices du Falun Gong. Au début, il n’y avait que lui et une bannière. Mais de plus en plus de gens l’ont rejoint. En deux ans, il y avait plus d’un millier de pratiquants sur ce site.

Les bénéfices miraculeux tant physiques que mentaux de la pratique du Falun Gong et son impact positif sur la société se propageaient de bouche-à-oreille. De plus en plus de sites d’exercices apparaissaient soudain. Un peu partout dans la ville on pouvait voir les mouvements doux et entendre la jolie musique.

Pour aider les nouveaux élèves à se perfectionner dans leur pratique, Yuan fonda le centre d’assistance bénévole de Lanzhou puis deux autres, un dans la ville de Xining et l’autre dans la ville de Yinchuan, les capitales des deux provinces du nord-ouest, respectivement Qinghai et Ningxia. Il devint la personne de contact pour ces trois centres.

Les ateliers de Falun Gong sont gratuits. Cependant, l’impression des matériaux et la location des espaces pour les ateliers sont coûteux. Tous ceux qui travaillaient dans les centres d’assistance contribuaient volontairement. Yuan, un employé, vivait une vie simple sans voiture ni maison, il donnait des fonds considérables pour les centres chaque année.

En tant qu’assistant bénévole, Yuan Jiang non seulement contribuait à faire connaître le Falun Gong dans les régions du nord-ouest, mais il faisait aussi de son mieux pour défendre la réputation du Falun Gong.

En juillet 1998, le Gansu Daily le plus grand quotidien régional, publia un article diffamant le Falun Gong. Yuan Jiang alla parler aux éditeurs et aux journalistes, et leur fît part de ses propres expériences de bénéfices de la pratique. Sa sincérité et son histoire touchèrent profondément le personnel du journal, qui changea d’attitude envers le Falun Gong et publia par la suite des excuses.

Le Falun Gong était bien accepté dans la société, et le nombre de pratiquants dans le nord-ouest de la Chine ne cessait d’augmenter.

3. La persécution à l‘échelle nationale commence

L’incroyable popularité du Falun Gong en Chine rendit jaloux les dirigeants du parti communiste. Jiang Zemin, le dictateur communiste chinois de l’époque, craignait le Falun Gong, comme s’il posait une menace à son pouvoir. Le 20 juillet 1999, lui et son gang lancèrent la persécution.

Chaque facette de la société fût exploitée pour persécuter et diffamer le Falun Gong. Les personnes de contact dans les centres d’assistants des villes et des cantons à travers le pays furent toutes arrêtées le même jour.

Yuan ne fît pas exception. Lui et ses amis furent emprisonnés dans une chambre de l’hôtel de Lanzhou, qui était étroitement surveillé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. On les força à lire et à regarder des matériaux qui calomniaient le Falun Gong. Le lavage de cerveau dura six mois puis ils furent libérés.

L’employeur de Yuan le démit de son poste de sous-directeur général. Etant un employé essentiel, ils le nommèrent responsable de la technologie. Cependant, il était contraint à se présenter au commissariat local une fois par semaine.

En janvier 2001, la police locale arrêta Yuan de nouveau et l’emmena dans un centre de lavage de cerveau.

Les centres de lavage de cerveau, répondant également à l’appellation de  » prisons noires », ont été mis en place dans toute la Chine pour persécuter les pratiquants de Falun Gong. Après avoir été libéré, Yuan dût quitter son domicile pour éviter davantage de persécution. Il voyagea à travers la Chine, sans-domicile fixe, clarifiant les faits concernant le Falun Gong à tous ceux qu’il rencontrait, une façon de résister pacifiquement à la persécution.

4. Torturé

Le 30 août 2001, Yuan fût de nouveau arrêté dans un bus près de Dunhuang dans la province du Gansu. La police vérifiait alors minutieusement l’identité des passagers dans tous les bus traversant le couloir du Gansu. Ils voulaient empêcher les pratiquants de se rendre à Pékin et d’y faire appel au nom du Falun Gong. Les contrôles d’identité étaient aussi pour eux un moyen d’arrêter les pratiquants.

Yuan n’avait pas de papiers d’identité sur lui. La police le reconnût comme une personne recherchée et un interlocuteur majeur du Falun Gong dans les provinces du nord-ouest. La nouvelle de son arrestation fît la joie de tous les services de police de la province du Gansu. Ils voyaient son arrestation comme une promesse de promotions et de récompenses financières.

Ce qui arriva ensuite à Yuan fût brutal. Il fût suspendu dans un centre de détention à Dunhuang et roué de coups. Plus tard, on l’envoya au centre de détention de Si’ergou dans le district de Xigu à Lanzhou. Les policiers ne mirent pas longtemps à comprendre que la torture physique ne marchait pas avec Yuan. Il refusait de renoncer à sa croyance en Falun Gong.

Reconstitution de torture: Suspension et passage à tabac.

Pour la police chinoise, la torture physique, notamment le passage à tabac, est l’approche « normale » pour forcer le détenu à céder. Mais ils ne voulaient pas en assumer l’entière responsabilité au cas où Yuan viendrait à mourir sous les coups, donc ils essayèrent d’y faire impliquer son ancien employeur.

Cédant aux exigences de la police, le bureau des télécommunications mit à disposition un jardin leur appartenant derrière la montagne Baitashan dans la ville de Lanzhou. L’endroit situé à 8 Km du centre-ville, est entouré de montagnes couvertes de bois. Le temps devenait froid et il n’y avait pas de visiteurs, c’était par conséquent un endroit idéal pour que la police y torture Yuan. Ils s’y déplacèrent, emmenant avec eux deux camions pleins d’instruments de torture.

La police voulait obtenir de lui certaines informations, comme ce qu’il avait fait après avoir quitté la maison, quelles villes il avait visité, avec qui il avait pris contact, et où ils pourraient trouver d’autres personnes de contact du Falun Gong. Ils firent tout leur possible pour le torturer, sans rien obtenir de lui. Selon une personne bien informée, bien que Yuan avait apparemment l’air faible, mais sa bravoure et sa ténacité lui gagnèrent même le respect de la police.

5. Une évasion miraculeuse

La police a torturé Yuan pendant près de deux mois, recourant à toutes les méthodes imaginables .Ils l’ont suspendu en l’air avec ses membres écartelés et l’ont battu sauvagement. Lorsqu’ils ont vu qu’il était à l’article de la mort, ils l’ont descendu mais l’ont gardé menotté et enchaîné.

Dans la matinée du 29 octobre, Yuan a miraculeusement retiré ses menottes et ses chaînes, a passé plusieurs portes, escaladé la grille d’entrée, et s’est échappé.

L’état dans lequel l’avait mis la torture ne lui a pas permis d’aller très loin. On pouvait entendre les sirènes hurler à distance. Yuan a rampé jusqu’à une grotte et s’est évanoui.

Il faisait froid à Lanzhou dans la province du Gansu et il y avait de la glace dans la grotte. Yuan portait des vêtements d’été. Il s’est réveillé et s’est évanoui plusieurs fois au cours des quatre jours où il s’y est caché.

Quand les sirènes se sont tues, Yuan a rampé hors de la grotte. Utilisant une branche d’arbre comme bâton, il est arrivé avec peine à une route à proximité. Un chauffeur de taxi l’a emmené gratuitement jusqu’à la maison de Wang Zhijun, un autre pratiquant de Falun Gong.

Wang a été choqué quand il a vu Yuan à la porte. Le visage de Yuan était meurtri ; du sang séché était visible dans son nez et sa bouche. Il y avait quelques radis sauvages dépassant de la poche de sa chemise en lambeaux, indiquant ce qu’il avait vécu au cours des derniers jours. Une zone de peau et de muscle sur son mollet avait disparu, exposant l’os. Les deux jambes étaient noires et bleues, montrant des traces de coups et d’autres formes de torture.

Wang n’a pas pu le reconnaître jusqu’à ce qu’il dise : « Je suis Yuan Jiang ».  Wang avait du mal à croire ce qu’il était advenu de l’élégant jeune homme . Il a éclaté en sanglots.

6. La mort d’un héros

Wang a contacté plusieurs autres pratiquants dont Yu Jinfang. Ils ne pouvaient pas amener Yuan à l’hôpital. Yuan n’avait pas de papiers d’identité ; aucun hôpital ne voudrait l’accepter. En outre, l’hôpital pourrait appeler la police qui était à sa recherche dans toute la ville.

Au plus fort de la persécution dans les années 2001, les décès de nombreux pratiquants de Falun Gong ont été signalés. Non seulement ceux qui étaient responsables échappaient aux conséquences, mais ils étaient récompensés et promus. Yuan serait danger si la police l’attrapait de nouveau.

Les pratiquants ont décidé de le cacher et ont demandé à la fille de Yu de prendre soin de lui. Yuan avait de graves blessures externes et internes. Il saignait souvent du nez et vomissait du sang. Il n’a cessé de perdre et de reprendre conscience pendant quelques jours.

Chaque nuit, Yuan tournait et se retournait de douleur sans pouvoir dormir. Cependant, le matin du 9 novembre, Yuan semblait être dans un sommeil profond, alors personne n’est allé le réveiller pour le petit déjeuner jusqu’à ce qu’un de ses amis vienne lui rendre visite. Ils ont alors découvert que Yuan était décédé au cours de la nuit.

Yuan Jiang, 29 ans, un brillant ingénieur, un excellent ami, un bon fils, et un honnête citoyen, a résisté pacifiquement à la persécution brutale et s’est levé pour la justice et pour sa foi – et il a perdu la vie. Yuan a consacré tout son temps et son argent pour dénoncer les mensonges du régime à propos du Falun Gong et informer les gens des faits. En dépit d’avoir été soumis à une torture inimaginable, il n’a pas donné d’informations ni vendu aucun autre pratiquant à la police.

La terrible nouvelle a attristé tous les pratiquants des provinces du nord-ouest. Tout le monde se souvenait du visage souriant de cet assistant bénévole et de tout ce qu’il avait fait pour eux.

Le département de police a également appris la nouvelle. Ils ont emmené le corps de Yuan et forcé sa famille à le faire incinérer immédiatement, effaçant ainsi toute trace de la torture. L’équipe mise en place pour interroger Yuan a été dissoute, et le personnel impliqué dans sa torture a été transféré à différents postes et caché.

Comment la famille de Yuan gère-t-elle sa mort ?

Son père, Yuan Zhuguo, ancien président du département de physique de l’Université normale du nord-ouest, a commencé à pratiquer le Falun Gong avant 1999. Sa mère, Ren Canru, une enseignante de l’école primaire, est aussi une pratiquante de Falun Gong. Elle était allée à Pékin faire appel pour le Falun Gong et été arrêtée à deux reprises. Elle était sous surveillance constante.

Lorsque Ren Canru était en prison, la police a dit à Yuan de renoncer publiquement au Falun Gong en échange de la libération de sa mère. Yuan a refusé. Plus tard, Mme Ren a fièrement salué son fils pour ne pas avoir cédé à la police.

Pendant la persécution, les deux parents et le fils ont été séparés à plusieurs reprises, mais ils ont continué à s’encourager mutuellement à rester fermes dans leurs convictions partagée. Jamais les parents n’auraient pensé que leur prochaine réunion serait dans une dépôt mortuaire. Le vieux couple a éclaté en sanglots.

7. La persécution continue

La police de Lanzhou ne s’est pas arrêtée suite à la mort de Yuan. Ils ont lancé une autre arrestation à grande échelle, ciblant ceux qui avaient aidé Yuan après son évasion.

Wang Zhijun et Wen Shixue ont été condamnés à cinq et huit ans et demi respectivement. Yu Jinfang a pris cinq ans et son épouse Xia Fuying en a écopé de trois. Même la fille de Yu, qui ne pratique pas le Falun Gong, a été arrêtée et jugée, parce qu’elle avait pris soin de Yuan pendant deux jours avant sa mort. La police a mis son domicile sous scellés, et elle n’a pas été autorisée à y vivre depuis.

M. Yu Jinfang a été torturé en prison pendant cinq ans. Quand il a été libéré le 13 novembre 2006, il était trop faible pour manger. Sa langue était raide, et il vomissait souvent. Il est décédé 12 jours après sa libération.

M. Wen Shixue a également été torturé en prison. Il a été forcé à lire et regarder des matériaux qui calomnient le Falun Gong. Il a été incarcéré dans une cellule d’isolement et laissé à cuire sous une ampoule à grande puissance pendant des jours. En octobre 2009, il a eu une attaque en prison et il est devenu paralysé.

L’histoire de Yuan Jiang n’est qu’une des nombreuses histoires que des millions de pratiquants de Falun Gong écrivent dans le contexte de l’histoire contemporaine de la Chine. Les normes morales traditionnelles détruites sous le régime communiste sont en cours de restauration par les pratiquants qui protègent et valident les valeurs de Vérité-Bonté-Patience.

Dénonçant les mensonges, mettant fin à la persécution, et rétablissant la justice dans la société, des millions de « Yuan Jiangs » luttent pour la justice, tout comme lui l’a fait jusqu’aux derniers instants de sa vie.

 

Article original : Un véritable héros – l’histoire de Yuan Jiang (1ère partie)

 
VOIR AUSSI