Y a-t-il des mystères cachés dans le losange doré de Stonehenge ?

Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Partagez vos idées avec nous sur ces sujets, parfois controversés.

Une découverte moins connue du site emblématique de Stonehenge est l’artéfact spectaculaire et mystérieux des lames de dragon, qui a été trouvé près du cercle dans la tombe de ce qu’on suppose être un ancien chef ou grand prêtre. Les richesses de sa tombe pourraient-elles avoir une signification astronomique?

En 1808, un archéologue britannique nommé William Cunnington a trouvé un riche patrimoine d’artéfacts qu’on a baptisé les joyaux de la couronne du «roi de Stonehenge».

Pourrait-il être logique qu’un roi soit relié aux pierres anciennes ? La découverte a été faite à un grand monticule de l’âge de bronze à seulement 800 mètres de Stonehenge, aujourd’hui connu sous le nom de Bush Barrow. Mais la tombe est assez proche du cercle et du complexe plus large pour croire que son positionnement n’est pas dû au hasard.

Un losange d’or, une boucle de ceinture en or et une dague en cuivre ayant appartenu à Wilsford G5, Bush Barrow. Maintenant dans le musée Wiltshire, à Devizes. (Domaine public)

Cunnington a écrit à son archéologue supérieur, Sir Richard Colt Hoare : «Nous avons trouvé le squelette d’un homme grand et robuste. En approchant de la poitrine du squelette, on a immédiatement trouvé une fine plaque d’or sur la cage thoracique. La pièce en forme de losange était fixée sur un fin morceau de bois, dont les bords étaient enveloppés d’or

Il y avait un grand crochet de ceinture en or à sa taille, qui était décoré de lignes délicates et imprimées ainsi que d’un petit contour en forme de diamant taillé.

 Le losange d’or est rare, sinon unique, à cette période

Un losange d’or, un des biens de Wilsford G5, Bush Barrow. (Domaine public)

La découverte est importante sous plusieurs aspects. Tout d’abord, trouver une vieille sépulture intacte et non pillée est extraordinaire. L’enterrement daterait d’il y a 4000 ans et l’or à l’âge de bronze n’est pas commun.

Deuxièmement, la décoration (si cela en est une) trouvée sur le losange d’or est rare, sinon unique, à cette période. Elle se compose de lignes imprimées dans un motif qui indique une connaissance de la géométrie qui serait considérée comme avancée et même avant-gardiste. Le design de précision a été évalué par certains comme produit en répétant des hexagones dans une série de trois cercles concentriques, en utilisant un angle de 60 degrés répété.

D’autres analystes ont détaillé une dimension astronomique possible à l’agencement des angles. Si ces analyses sont correctes, une connaissance sophistiquée des mathématiques et de la géométrie est à envisager. Ceci, combiné aux compétences nécessaires pour utiliser ces connaissances de manière pratique, est quelque peu inattendu pour l’époque. David Dawson, directeur du Musée Wiltshire, décrit ce travail d’artiste comme «le travail des dieux».

Une troisième question dans la découverte de cette pièce est donc de savoir si cela indique une fonction déterminée pour la pièce. Est-ce juste un objet d’art ou est-ce qu’elle a une application pratique ?

Est-ce juste un objet d’art ou est-ce qu’elle a une application pratique ?

Un design du losange de Bush Barrow, âge de bronze (Domaine public)

Même si l’utilité du losange d’or reste non résolue, il y a des théories inévitables. Certains sont convaincus qu’il s’agissait d’un instrument astronomique qui logiquement serait lié au grand cercle de pierre. L’astronome Gerald Hawkins a conçu une théorie selon laquelle Stonehenge lui-même était utilisé comme une structure astronomique énorme qui pouvait mesurer avec précision les mouvements solaires et lunaires, ainsi que les éclipses.

Un autre chercheur, le Dr Derek Cunningham, propose que la structure géométrique des lignes soit une forme d’écriture astronomique. Cette théorie suggère que, parce que les premiers astronomes n’avaient pas de système alphabétique, ils ont simplement fait ce qui s’impose, c’est-à-dire écrire leurs valeurs astronomiques sous forme d’angles. Le motif sur le losange est alors lié à l’écriture astronomique et, dans une certaine mesure, testé.

«Le losange de Bush Barrow est clairement conforme au fait qu’il s’agisse d’une forme archaïque d’écriture …»

– Dr Derek Cunningham

Bien que cela puisse être conforme, cela ne signifie pas que c’est vraiment ce que représente le losange. Il se pourrait que les compétences d’un forgeron exceptionnel de l’âge du bronze aient simplement été utilisées pour produire des bijoux adaptés à un individu de haut rang. Roi ou prêtre, astronome ou architecte, le débat se poursuit.

Version anglaise : Are There Hidden Depths to the Golden Lozenge of Stonehenge?

 
VOIR AUSSI