Une bouteille de vin par semaine équivaut au même risque de cancer que la consommation de 5 à 10 cigarettes, selon une étude

Le vin, en particulier le vin rouge, a longtemps été vanté comme étant bon pour le cœur – consommé avec modération, il préviendrait la formation de caillots dans le sang et réduirait l’inflammation des vaisseaux sanguins. Dans ce cas, est-il bon pour la santé de boire un verre de vin par jour ? Étonnamment, une étude publiée dans la revue BMC Public Health a récemment soutenu le contraire.

Des chercheurs de l’University Hospital Southampton NHS Foundation Trust, de l’Université de Bangor et de l’Université de Southampton ont réalisé une étude pour déterminer le risque de cancer associé à la consommation modérée d’alcool et l’ont comparé au risque de cancer associé au tabagisme.

« Nous voulions répondre à la question : en termes purement de risque de développer un cancer, c’est-à-dire en se penchant sur le cancer et en isolant d’autres facteurs, combien de cigarettes y a-t-il dans une bouteille de vin ? », explique la Dre Theresa Hydes, co-auteure de l’étude et chercheure clinique en hépatologie à l’University Hospital Southampton NHS Foundation Trust, selon un communiqué.

Illustration – Shutterstock | SeventyFour

La Dre Hydes et ses collègues ont découvert que consommer une bouteille de vin – soit 10 unités [verres] par semaine – a le même effet cancérigène que de fumer 5 cigarettes par semaine pour les hommes et 10 cigarettes pour les femmes.

Le risque absolu de développer un cancer associé à la consommation d’une bouteille de vin par semaine est de 1 % pour les hommes non fumeurs et de 1,4 % pour les femmes non fumeuses. Autrement dit, sur 1 000 hommes et 1 000 femmes non fumeurs, buvant chacun une bouteille de vin par semaine, environ 10 hommes et 14 femmes pourraient être atteints d’un cancer au cours de leur vie.

Les résultats montrent qu’une consommation modérée d’alcool entraîne « un risque absolu de cancer du sein de 0,8 % chez les femmes non fumeuses ».

Entre-temps, le risque de développer le cancer en buvant trois bouteilles de vin par semaine – soit environ 10 grands verres ou une demi-bouteille par jour – est beaucoup plus élevé. Cela augmente le risque absolu de cancer de 1,9 % chez les hommes et de 3,6 % chez les femmes, soit 19 hommes sur 1 000 et 36 femmes sur 1 000.

Selon l’étude, consommer trois bouteilles de vin par semaine équivaut à fumer environ 8 cigarettes par semaine pour les hommes et 23 cigarettes pour les femmes.

Illustration – Shutterstock | Georgii Shipin 

« Notre étude décrit le pourcentage d’augmentation du risque de cancer, pour la population du Royaume-Uni, associé à différents niveaux de consommation d’alcool, et est la seule étude à offrir un ‘équivalent cigarette’ en termes de dommages », a déclaré la Dre Hydes.

Cependant, la Dre Hydes a souligné que l’étude « ne dit pas que boire de l’alcool avec modération équivaut, de quelconque façon, à fumer », et que les résultats se rapportent au risque de cancer à vie dans la population.

« Selon les individus, le risque de cancer associé à la consommation d’alcool ou de tabac varie et, pour de nombreuses personnes, l’impact de 10 unités d’alcool (une bouteille de vin) ou de 5 à 10 cigarettes peut grandement varier », a-t-elle ajouté.

L’étude souligne que la consommation abusive d’alcool cause chaque année environ 3,3 millions de décès chaque année, soit 5,9 % de tous les décès à travers le monde. De plus, en 2016, dans le monde, l’alcool était la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 49 ans.

La consommation d’alcool est associée au cancer de l’oropharynx, du larynx, de l’œsophage, du colorectum, du foie et du sein.

« Il est bien établi qu’une consommation excessive d’alcool est liée au cancer de la bouche, de la gorge, des cordes vocales, de l’œsophage, des intestins, du foie et du sein », a relevé la Dre Hydes.

Cependant, selon un sondage réalisé en 2017 par l’American Society for Clinical Oncology, 70 % des Américains ne reconnaissaient pas l’alcool comme un facteur prédisposant au cancer.

Le professeur Mark Bellis, directeur des politiques, de la recherche et du développement international à Public Health Wales, et auteur chargé de la correspondance [dans l’article], a déclaré, selon Public Health Wales : « Pendant de nombreuses années, les publicités de cigarette et les inscriptions sur les paquets de cigarettes ont véhiculé des messages de santé [publique] clairs à l’effet que [le tabac] est une cause majeure de cancer. Nous n’avons pas encore d’équivalent pour l’alcool, donc la plupart des gens boivent en étant peu ou pas du tout informés de ses effets cancérigènes. »

« Beaucoup de gens peuvent être surpris qu’une femme buvant environ une demi-bouteille de vin chaque soir présente un risque de cancer similaire à celui d’une femme qui fume plus de 20 cigarettes par semaine », a poursuivi le professeur Bellis.

Comme la consommation d’alcool est généralement perçue par le public comme étant comparativement moins nocive que le tabac, les chercheurs espèrent qu’« en utilisant la cigarette comme objet de comparaison, nous pourrions communiquer ce message plus efficacement afin d’aider la population à faire des choix éclairés », a relevé la Dre Hydes.

Version originale

 
VOIR AUSSI