La Chambre des représentants de Géorgie adopte à l’unanimité une résolution condamnant les prélèvements forcés d’organes en Chine

Le gouvernement de l’État de Géorgie condamne les prélèvements forcés d’organes systématiques sur les prisonniers d’opinion par le Parti communiste de Chine.

Le 19 mars, la Chambre des représentants de Géorgie a adopté à l’unanimité la résolution HR-944 de la Chambre pour exprimer ses préoccupations au sujet des prélèvements forcés d’organes en Chine.

En 1999, l’ancien chef du Parti communiste, Jiang Zemin, a lancé une persécution nationale contre la pratique spirituelle du Falun Gong, une discipline de méditation basée sur les vertus morales d’Authenticité, Compassion et Tolérance. Entre 70 et 100 millions de Chinois pratiquaient la discipline à la fin des années 1990, selon les estimations officielles et les estimations du Falun Gong.

En 2000, le nombre de transplantations d’organes en Chine augmentaient constamment et rapidement. Des centres de transplantation ont été établis, de nouveaux chirurgiens ont été formés et les hôpitaux chinois ont commencé à annoncer des temps d’attente de quelques semaines seulement pour les greffes d’organes vitaux. Des chercheurs indépendants ont conclu que si ce n’était pas au moment de l’exécution, il était alors impossible de déterminer l’heure exacte à laquelle leur nouvel organe serait prêt pour la transplantation.

La résolution fait référence aux « massacres d’ouïghours, de Tibétains, de certains chrétiens et de pratiquants de Falun Gong afin d’obtenir des organes pour les transplantations ».  Citant de nouveaux rapports d’enquête, la résolution affirme que « le chiffre officiel de 10 000 greffes par an en Chine a été sous-estimé d’un ordre de grandeur inimaginable ».

Selon l’un de ces nouveaux rapports, Bloody Harvest/The Slaughter : An Update (Trafic meurtrier / Le massacre : mise à jour), la plupart des personnes tuées pour leurs organes sont des pratiquants de Falun Gong.

La résolution a été parrainée par 19 représentants, dont Dewayne Hill (R), Bill McGowan (D), Wendell Willard (R) et Brooks Coleman (R). Elle a été adoptée à 156 voix contre zéro, aucune objection.

La résolution stipule qu’« en juillet 1999, le Parti communiste chinois a lancé une persécution intensive, à l’échelle nationale, de la pratique populaire et spirituelle du Falun Gong… incarcérant de manière extralégale des centaines de milliers de pratiquants dans des camps de rééducation par le travail, des centres de détention et des prisons où la torture, la maltraitance et des examens médicaux et analyses sanguines invraisemblables sont monnaie courante ».

La résolution fait appel au régime chinois à mettre fin immédiatement à la pratique du prélèvement forcé d’organes sur tous les prisonniers, en particulier les pratiquants de Falun Gong et d’autres groupes minoritaires. Elle souligne également qu’aucun pays ne devrait permettre à sa population de se rendre en Chine pour des transplantations avant que l’ensemble de l’industrie ne soit transparente et ne fasse l’objet d’une enquête approfondie.

D’autres États ont adopté des résolutions similaires ces dernières années.

Le mois dernier, la Chambre des représentants de l’Arizona a adopté une résolution condamnant les prélèvements d’organes en Chine.

Le 13 juin 2016, la Chambre des représentants fédérale a adopté à l’unanimité la résolution HR-343. La résolution exprimait des préoccupations au sujet du prélèvement d’organes par la Chine sur des prisonniers d’opinion non consentants.

Le même jour, la Chambre des représentants des États-Unis a également adopté la HR.3694, intitulée, Strategy To Oppose Predatory Organ Trafficking Act, qui demande au Département d’État de contrer et de prévenir le trafic d’organes.

En mai 2016, le Sénat de l’État du Minnesota a adopté à l’unanimité la résolution SF-2090 condamnant les prélèvements d’organes.

Et en 2006, alors que les preuves du prélèvement d’organes menées par l’État chinois ne faisaient que poindre, la Chambre des représentants de l’État de l’Illinois a adopté une résolution condamnant le régime chinois.

En avril de la même année, juste avant la visite aux États-Unis de l’ancien dirigeant du Parti communiste chinois Hu Jintao, le Sénat et la Chambre des représentants de l’État du Colorado ont adopté la résolution conjointe 06-027 condamnant les prélèvements d’organes par le régime chinois.

Version originale

 
VOIR AUSSI