Christianophobie : une nouvelle église des Yvelines victime d’un acte de vandalisme

L’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte a été vandalisée le 10 février. Des dégradations qui viennent s’ajouter à celles déjà constatées dans quatre autres lieux de culte catholiques depuis le début du mois de février. 

Cette fois-ci, c’est l’église Saint-Nicolas de Maisons-Laffitte qui a fait l’objet d’actes de malveillance.

Dimanche dernier, le tabernacle de l’église a en effet été renversé tandis que le coffre renfermant la patène – petite assiette qui sert à présenter l’hostie avant de la consacrer – présentait « des traces de pesée » selon une source policière citée par le site actu.fr.

C’est le prêtre de l’église Saint-Nicolas qui a constaté les dégâts vers 19 heures avant de prévenir les autorités.

Des actes de vandalisme « inadmissibles » rapidement condamnés par Jean-Jacques Brot, préfet du département qui a fait part de sa « vive émotion » :

« Ce vandalisme s’inscrit dans un contexte sensible et affligeant puisque l’église Saint-Nicolas de Houilles a également subi des dégradations par trois fois la semaine dernière », a déclaré le représentant de l’État.

« C’est une atteinte à la liberté de culte puisque l’on s’attaque là à ce qui est le cœur de la croyance », a-t-il ajouté.

Une émotion partagée par Jacques Myard, maire de Maisons-Laffitte, qui a dénoncé un « vandalisme imbécile » avant de témoigner son « plein et entier soutien » aux catholiques de la ville et à leur curé, le père de la Taille.

Confondu par celui-ci, un sans-abri de 35 ans a été appréhendé par la police et placé en garde à vue pour « dégradations dans un lieu de culte » selon le site infonormandie.com.

Il s’agit du cinquième lieu de culte catholique vandalisé depuis la fin du mois de janvier.

Située à moins de 5 km de celle de Maisons-Laffitte, l’église Saint-Nicolas de Houilles a été visitée trois fois depuis 10 jours : un Christ portant sa croix a été jeté au sol dans le chœur et le siège sur lequel le prêtre s’assoit a été renversé, tandis qu’une statue de la vierge à l’enfant en terre cuite a été réduite en pièces sans que le ou les auteurs ne puissent être interpellés.

Des édifices catholiques à Nîmes, Dijon et Lavaur ont également été la cible d’actes malveillants depuis le début du mois de février.

Cet article vous a intéressé  ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous un commentaire pour nous donner votre avis. 

VIDÉO RECOMMANDÉE :

À Saint-Chartres, les cloches dérangent un habitant qui porte plainte

 
VOIR AUSSI